SIWEL | Agence kabyle d'information

Le harcèlement policier contre les militants du MAK se poursuit

09/04/2013 - 18:37

TIZI-OUZOU (SIWEL) — Mercredi de la semaine dernière, deux étudiants et un lycéen, tous les trois militants du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK) ont été arbitrairement interpellés par la police près du state Oukil Ouramdane. Ils ont été sommés de « montrer » leurs papiers avant d’êtres embarqués dans une voiture de police, comme de vulgaires criminels, au commissariat le plus proche. Une attitude que les éléments de police algérienne ont interdiction absolue d’avoir face aux terroristes « repentis » de Bouteflika dont ils sont, au contraire, chargé d’assurer la sécurité et le bien être, en particulier, ne pas être embêtés par les familles des victimes de leurs actes criminels.


Le harcèlement policier contre les militants du MAK se poursuit. (PH/DR)
Le harcèlement policier contre les militants du MAK se poursuit. (PH/DR)
Une fois arrivés au commissariat, les trois militants ont dû remplir des fiches de renseignements, sans même avoir été informés des « motifs » de leur interpellation. Ils n’ont été relâchés qu’après avoir rempli ces fiches de renseignements.

Le samedi d'après, les trois militants, sont passés devant le commissariat où ils avaient été embarqués, le policier se trouvant la guérite, les a alors à nouveau appréhendé sans aucune raison puis il a appelé un de ces collègue qui les a alors emmenés à l’intérieur commissariat où les trois jeunes militant ont subi le même traitement que le mercredi d'avant: ils leur ont, à nouveau, rempli les mêmes fiches de renseignements.

C’est alors que les trois militants du mouvement autonomiste kabyles se sont insurgés contre cet abus de pouvoir et ont demandé la raison qui incitaient la police à les interpeller ainsi sans raison et à leur faire remplir les mêmes documents tout en rappelant qu’ils n’avaient à aucun moment enfreint une quelconque loi, c’est alors qu’un officier de police leur a textuellement répondu : « Pour le moment vous n'avez rien fait, mais on ne sait jamais à l'avenir », indiquant par-là que des « doutes » sont émis sur l’attitude de militants autonomistes kabyles dont le combat est pacifique tandis que les assassins multirécidiviste du terrorisme islamiste sont « chouchoutés » par les institutions de l’Etat en leur garantissant l’impunité de leurs crimes, des casiers judiciaires vierges, des compensations financières en plus d’une protection judicaire contre les éventuelles plaintes des familles des victimes.

Le président du MAK, aussitôt informé de la mésaventure des militants s'est entretenu avec les jeunes victimes du harcèlement policier. Il les a assurés de son soutien ainsi que de l’ensemble du mouvement autonomiste. Pour le président du MAK « ça dénote la panique qui règne au sommet du régime face la détermination du peuple kabyle à aller dans le sens de sa libération ».

cdb,
SIWEL




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu