Le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) en visite officielle au Maroc

02/02/2014 - 02:32

MARRAKECH (SIWEL) — Deux personnalités importantes du MNLA ont été reçues par le roi Mohamed VI, Bilal Ag Acherif et Mossa Ag Attaher, respectivement Secrétaire général et Porte-parole du Mouvement touareg. Les deux responsables du MNLA ont été reçus au palais de Marrakech en présence du ministre des affaires étrangères, Salahedine Mezouar, et du directeur de la (DGED), les services secrets extérieurs du royaume du Maroc. Selon un communiqué du Cabinet Royal, cette rencontre s’inscrit dans le cadre "des efforts soutenus et permanents du Roi, en vue d’instaurer durablement la paix et la stabilité au Mali et de contribuer à un règlement de la crise malienne, et ce depuis son déclenchement, en janvier 2012"... C'est la première fois que le MNLA est reçu officiellement par un chef d'Etat en exercice, c'est déjà une victoire en soi, tant il est vrai que tout a été fait, par tous les États impliqué, pour marginaliser le MNLA, mais il reste à savoir en quoi cette rencontre sera utile aux touaregs.


Le roi du Maroc, Mohamed VI a reçu en audience les deux responsables du MNLA, Mossa Ag Attaher et Bilal Ag Acherif. Le communiqué du Cabinet Royal précise qu'au cours de cet entretien, "Mohamed VI a réitéré le souci constant du Royaume du Maroc de préserver l’unité territoriale et la stabilité de la République du Mali" ainsi que sa volonté de "contribuer à une solution et à un compromis qui permettraient de lutter contre les mouvements intégristes et terroristes qui menacent aussi bien les pays du Maghreb que la région du Sahel et du Sahara". Le Secrétaire général du MNLA, Bilal AG Cherif, avait de son coté exposé au roi du Maroc sur le développement de la situation dans l'Azawad. Bila Ag Acherif a pris acte et n'a pas manqué de remercier Mohamed VI pour son engagement dans la lutte contre l’extrémisme et le terrorisme, deux fléaux qui menacent la région du Sahel et du Sahara et tout particulièrement dans l'Azawad, otage de la nébuleuse terroriste.
Pour le MNLA, selon un communiqué rendu public le 31 janvier, "cette audience s'inscrit dans le cadre des efforts soutenus et permanents du MNLA à transmettre le message du peuple de l'Azawad et solliciter l'accompagnement de toutes les bonnes volontés pour l'aboutissement des aspirations légitimes du peuple de l'Azawad en vue d'instaurer durablement la paix et la stabilité au Mali en général et dans l'Azawad en particulier". Le MNLA a également affirmé être "décidé à engager une diplomatie active auprès de tous les Etats soucieux de la paix et de la stabilité dans la région en vue de dépasser les blocages et l'impasse dans lesquels le gouvernement du Mali est entrain de mettre dangereusement le processus politique en cours."

C'est la première fois que le MNLA est reçu à titre officiel par un chef d'Etat en exercice. Il est à noter que le roi du Maroc a encouragé le MNLA à poursuivre ses efforts dans la ligne du dialogue et des négociations et à s’inscrire dans le cadre d'une dynamique régionale, telle qu'elle a été initiée par l'ONU et la CEDEAO. Il a fortement encouragé le MNLA à opter pour une approche réaliste, à même de parvenir à une solution définitive et durable à la crise actuelle.

Il est rappeler que depuis les accords de Ouagadougou, les négociations sont bloquées par le Mali depuis l'élection d'Ibrahim Boubakar Keita, pourtant élu à la faveur de ces mêmes accords. Depuis, le Mali n'a respecté aucun de ses engagements et n'a cessé de tergiverser pour éviter toute négociation avec les touaregs, violant ainsi, dans la forme et dans le fond, quasiment tous les termes de l'accord. L'ONU et la France, qui sont les principaux artisans de cet accord, commencent à perdre patience. Le 23 janvier, le Conseil de sécurité de l’ONU a invité le gouvernement malien à accélérer la réconciliation politique avec les groupes touareg et arabes du nord du pays. Dans une déclaration unanime du Conseil de sécurité, ce dernier a réitéré son "appel en faveur d’un processus de négociations crédible et sans exclusion ouvert à toutes les communautés du nord du Mali, avec pour objectif d’assurer une solution politique durable à la crise".
Par ailleurs, profitant de la mise en "stand-by" volontaire des accords de Ouagadougou par le Mali, Alger tente de se réintroduire dans le conflit qui oppose l'Azawad au Mali pour se positionner à nouveau comme partenaire incontournable dans la résolution du dit conflits, sauf que les précédents accords négociés sous la main de l'Algérie se sont tous soldés par des échecs cuisants pour les azawadiens. Ces derniers ont d'ailleurs ouvertement manifesté leur désaccord pour une médiation de l'Algérie, d'une part par le retrait des touaregs comme des arabes du MNLA et du MAA lors de la dernière rencontre à Alger, et d'autre part, la médiation algérienne a également été désavouée par des manifestations populaire à Kidal et dans les camps de réfugié de Mauritanie et du Brukina où des pancartes sur lesquelles étaient inscrit "Non à la médiation de l'Algérie" étaient brandies.

Certes, le moins que l'on puisse dire c'est que le royaume du Maroc est un Etat hostile aux Amazighs, mais il est certain que cette rencontre officielle demeure une belle victoire diplomatique du MNLA, en espérant qu'elle sera "concrètement" utile pour les Touaregs, sachant que le Makhzen marocain pratique une politique anti-amazighe.

zp,
SIWEL





Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu