Le MAK rend hommage à la "zone libre" d'Ibarbachen

27/11/2014 - 19:18

VGAYET (SIWEL) — "le Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) tient à apporter son soutien et sa solidarité à la « zone libre d’Ibarbachen » qui est en parfait accord avec la tradition ancestrale de liberté, de dignité et de solidarité du peuple kabyle. En effet, point de commissariat, de gendarmerie, de prison ou de tribunaux algériens chez les Ibarbachen. La sécurité est assurée par les citoyens organisés en comité de villages et la justice est rendue par les conseils des sages, selon la tradition ancestrale des Âarchs et confédération des Âarchs." Nous publions ci-après l’intégralité de la déclaration de soutien et de solidarité du Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie à la" zone libre d'Ibarbachen", suivie d'un vidéo racontant la commune libre d'Ibarbachen.



AFRANIMAN I TMURT N IQVAYLIYEN

MOUVEMENT POUR AUTODÉTERMINATION DE LA KABYLIE

M.A.K



Honneur à la zone libre d’Ibarbachen

Depuis 2012, la Kabylie de la Soumam nous donne une leçon de courage et de dignité : 27 000 kabyles de la commune d’Ibarbachen (Barbacha), regroupant une trentaine de villages kabyles, sont entrés en désobéissance civile vis-à-vis de l’Etat algérien, de ses représentants officiels comme de sa prétendue « opposition ». Ibarbachen a renoué avec la tradition ancestrale d’autogestion juste et équitable à travers la gestion collégiale de la volonté populaire via les comités de villages et les conseils des sages tels que pratiqué depuis toujours par la Kabylie.

Le point de départ de cette désobéissance civile a été la mascarade des élections municipales de novembre 2012, où une alliance entre le RDC, le FFS et le FLN a tenté de s’imposer à la population d’Ibarbacen au détriment d’une liste de représentants du PST élue par la population. C’est la population toute entière d’Ibarbacen, y compris les militants de base du RCD et du FFS, qui s’est révoltée contre le mépris de leur volonté démocratiquement exprimée et contre les pratiques de l’indigne coalition. Ils ont alors décidé de se passer de représentation agréée par l’Etat algérien et de retourner aux sources ancestrales. Depuis, la commune libre d’Ibarbachen s’autogère à travers une Assemblée générale ouverte, composée de délégués de chaque village. Elle gère elle-même diverses activités municipales, dont celle non négligeable de la sécurité des citoyens. La région ne connait d’ailleurs ni les Kidnapping, ni le terrorisme « résiduel » qui sévissent dans les zones sous contrôle de l’Etat algérien avec ses milliers de soldats postés tous les 200 mètres.

De ce fait, le Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) tient à apporter son soutien et sa solidarité à la « zone libre d’Ibarbachen » qui est en parfait accord avec la tradition ancestrale de liberté, de dignité et de solidarité du peuple kabyle. En effet, point de commissariat, de gendarmerie, de prison ou de tribunaux algériens chez les Ibarbachen. La sécurité est assurée par les citoyens organisés en comité de villages et la justice est rendue par les conseils des sages, selon la tradition ancestrale des Âarchs et confédération des Âarchs.

Cela prouve que le salut de la Kabylie réside bien dans son autogestion et non dans sa soumission à un Etat qui ne voue que haine et mépris à la Kabylie. Le MAK considère que le salut de la Kabylie réside dans l’éclosion de milliers de « zones libres », à l’image de la commune libre d’Ibarbacen.


Kabylie, le 27 novembre 2014

Farid Jenadi, Secrétaire Général





Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche