Le MAK rend hommage à Said Takhlijt et exprime toute sa solidarité à la famille de la victime

24/11/2012 - 15:07

TAQERVUST (SIWEL) — Hier en fin de journée, une délégation du MAK a été rendre hommage au jeune étudiant kabyle, Said Takhlijt, décédé la veille. Saïd Takhlijt, originaire du village Takerboust, dans le département de Tuvirett (Bouira), a succombé avant-hier à ces blessures après six mois de calvaire, suite à l'explosion de gaz survenue à Tlemcen où il était étudiant.


L'appel à solidarité qui avait été lancé par Radio Taqerbut pour sauver Said Takhlijt.PH/DR
L'appel à solidarité qui avait été lancé par Radio Taqerbut pour sauver Said Takhlijt.PH/DR
Saïd Takhlijt, victime de l'explosion de gaz, survenue fin mai dernier dans l'enceinte de la résidence universitaire de Tlemcen, est décédé avant-hier à Alger, à l'Hôpital Mustapha Bacha.

A défaut de prise en charge sérieuse de la victime par l'Etat, comme il s'y était engagé, Radio Taqerbust, une radio locale citoyenne, avait lancé un appel à solidarité pour sauver le jeune étudiant. Hélas, il a finit par succomber à ses graves blessures. Rappelons que la victime souffrait d'un grave traumatismes crâniens et que l'un de ses poumons avait subit des dégâts irréversibles à la suite de l'explosion de Gaz.

Le frère de la victime, Abderrahim Takhlijt, avait fait part de sa colère au quotidien algérien El Watan dans lequel il avait précisé que les promesses tenues par l'Etat n’avaient pas été tenues. «Il n’y avait aucune prise en charge réelle de mon frère. Il a été rapatrié sans qu’il soit guéri après juste un mois d’hospitalisation en France. A ma connaissance, il a été rapatrié à cause des problèmes financiers entre la CNAS et les hôpitaux français». Le frère de la victime s'est par ailleurs interrogé sur le calvaire de l'hospitalisation de son frère : « comment se fait-il de le rapatrié alors qu’il était dans un état critique après seulement un mois d’hospitalisation, alors que d’autres victimes dont les cas étaient de moindre gravité devraient passer 18 mois ?».

Toujours dans les colonnes d'El Watan, Abderrahim Takhlijt a précisé que même après le rapatriement de son frère, sa prise en charge avait fait défaut : «Tout ce qu’on a eu de la part des autorités, c’est un chèque de 05 millions de centimes. Le directeur de la santé de la wilaya et celui de la direction d’action sociale (DAS) de Bouira n’ont pas tenu leurs engagements».

Sur les onde de radio Taqrebust, la délégation du MAK, qui s'est rendue à Taqervust pour apporter toute sa solidarité à la famille de la victime, a déclaré par la voix du président du mouvement autonomiste kabyle qu'il n'y avait « rien à attendre du régime d'Alger qui ne s'investi, à coût de millions pris dans les caisses de l'Etat, que de la santé des vampires de l'Algérie soignés dans les hôpitaux militaires français» et que « le pouvoir algérien a tout simplement laissé mourir ce jeune et brillant étudiant », rajoutant que « Le pouvoir algérien, assume l’entière responsabilité du décès de Saïd Takhlijt ».

zp,
SIWEL 241507 NOV 12




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu