Le MAK rend hommage à Mohand-Arav Bessaoud

11/01/2016 - 14:25

AQAWEJ - WAGNUN (SIWEL) — Fidèlement à ses principes politiques et moraux, le Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) a honoré aujourd’hui, soit à la veille de la grande marche de Yennayer, la mémoire de Mohand-Arav Bessaoud, dont la dépouille repose au village d’Akaoudj, dans la commune d’At-Aïssa-Mimoun.

C’est dans la matinée d’aujourd’hui effectivement qu’une importante délégation du MAK, à sa tête, Bouaziz Aït-Chebib, s’est rendue dans ce village majestueux à partir duquel on peut dominer toute la vallée de Sébaou.


La cérémonie de recueillement s’est traduite par l’observation d’une minute de silence à la mémoire du fondateur de nombreuses références berbères dont le drapeau et le calendrier Amazighs, un dépôt d’une gerbe de fleurs sur sa tombe, puis enfin le président du MAK, Bouaziz Aït-Chebib qui a fait un discours qui a, comme d’habitude, captivé l'attention des présents .

En effet, dès le début de son allocution, le Président du MAK dira qu’«à l'orée de ce Yennayer 2966, une année de lutte et de combat vient de s’achever et une autre de la même nature commence.»; « Cette continuité de combat et de sacrifice, poursuit l’orateur, se justifie par le fait que nous n’ayons pas encore atteint notre objectif final, à savoir l’autodétermination de notre peuple. »

En références au défunt Mohand Arab Bessaoud, Bouaziz Aït-Chebib notera toutes ses créations, entre autres la création du calendrier berbère, le drapeau amazigh, la réappropriation de l’alphabet de tifinagh…sans oublier l’Académie Berbère en tant qu’institution ayant permis le regroupement d’intellectuels et créateurs kabyles et ayant, dans le même temps, fourni un espace pour le travail et la réflexion qui a permis à l'époque d’éviter au monde Amazigh une disparition à jamais....telle que programmée par les Etats illégitime d’Afrique du Nord et leurs mentors d'Orient et d'Occident

Le MAK rend hommage à Mohand-Arav Bessaoud
Concernant le drapeau Amazigh, le premier responsable du MAK a signalé que «même si nous les Kabyles, en tant que peuple, nous avons notre drapeau spécifique, il n’en demeure pas moins que le drapeau fédéral Amazigh nous représente et nous nous réclamons aussi parce qu'il a été réfléchi et élaboré par le défunt Mohand-Arab Bessaoud pour le destiner à l'ensemble des peuples Amazighs et donc évidement pour le peuple kabyle aussi, à l’instar des autres peuples Amazighs qui disposent également de leur propre drapeau».

Par ailleurs, le président du MAK a tenu à rappeler que le drapeau fédéral Amazigh a été porté haut et fort par le MAK : «Nous avons été les premiers a hisser avec fierté le drapeau amazigh. Nous l’avons hissé au moment où les autres n’avaient pas le courage de le faire, quand ils ne le combattaient pas carrément par crainte de paraître "régionalistes" »

S’agissant du calendrier berbère lequel est devenu une reconnaissance à l’unanimité, vu son exactitude, Bouaziz Aït-Chebib fera un aperçu historique sur les travaux scientifiques du défunt lesquels ont abouti à l’établissement du calendrier en question, repris et adopté par l'ensemble des peuples Amazighs qui ont pu, grâce au travail colossal de l'Académie berbère, de se rapproprier des pans entier de leur Histoire "volontairement cachée" par des gouvernants "illégitimes"

Le MAK rend hommage à Mohand-Arav Bessaoud
Le Président du MAK a rappelé ce que Mohand-Arav Bessaoud avait dû subir suite à son engagement indéfectible dans le combat pour la reconnaissance du monde Amazigh, aussi bien de la part du régime algérien que du gouvernement français d’alorsqui était entièrement complice, notamment dans le complot ourdi contre lui et qui a conduit à la fermeture de l’Académie Berbère. « C’est suite à ce complot, affirmera l’orateur, que Mohand-Arav Bessaoud cherchera à s’exiler en Angleterre ».

Bouaziz Aït-Chebib ne manquera pas aussi ce rendez-vous d’Akaoudj pour démentir, encore une fois, les allégations mensongères portées contre feu Mohand-Arav Bessaoud sur ses sentiments envers les autres. En effet, l’orateur citera la déclaration exacte du défunt, et d’ailleurs connue de tous aujourd’hui : « Je n’ai jamais dit aux Kabyles de haïr les autres, mais de s’aimer entre eux. »

Notons que c’est par un appel à la marche, prévue pour demain à Tizi-Ouzou, à l’occasion de Yennayer, que le Président du MAK a terminé son allocution. Il va sans dire que la cérémonie de recueillement s’est terminée par la visite de l’exposition de documents historiques qui a eu lieu dans une pièce de la maison ayant appartenu jadis au défunt et bien entendu les prises de photos pour immortaliser cette action marquée du sceau exclusif du MAK.

st,
SIWEL 111425 JAN 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche