Le MAK dénonce la mascarade de la lutte contre la corruption

22/03/2013 - 11:06

KABYLIE (SIWEL) — Dans un communiqué rendu public sur son site officiel le MAK dénonce toutes les dérives du régime algérien, notamment la toute dernière mascarade du régime algérien: la lutte contre la corruption. Le MAK déclare : "L’exhibition d’une lutte contre la corruption par un président mort-vivant n’est qu’un slogan creux destiné à duper ce qui reste des algériens encore crédules et surtout la communauté internationale, qui loin d’être dupe, reste néanmoins complaisante. Ci-après la déclaration du Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie (MAK).


Le MAK dénonce la mascarade de la lutte contre la corruption
Après la mascarade électorale, la mascarade de la lutte contre la corruption



TIMANIT I TMURT N YIQVAYLIYEN

MOUVEMENT POUR L’AUTONOMIE DE LA KABYLIE

51 ans après les accords d’Evian, le clan d’Oudjda qui a assassiné, Krim Belkacem, le signataire de ce qui aurait pu être l’acte de naissance d’une Algérie véritablement indépendante, est toujours aux commandes pour accomplir une seule et unique mission : empêcher l’émancipation des peuples d’Algérie en général et du peuple kabyle en particulier.

En Algérie, à l’exception des appareils répressif et idéologique d’endoctrinement, toutes les institutions de l’Etat sont vacantes. La violence érigée en mode de gouvernance finira par sonner la fin d’un régime d’un autre âge maintenu sous perfusion.

L’exhibition d’une lutte contre la corruption par un président mort-vivant n’est qu’un slogan creux destiné à duper ce qui reste des algériens encore crédules et surtout la communauté internationale, qui loin d’être dupe, reste néanmoins complaisante. Cette lutte, quand elle n’est qu’une manœuvre de diversion, est détournée de sa mission pour être instrumentalisée au service de la lutte des clans dans les rouages de l’Etat.

Chekib Khellil, ex-ministre des hydrocarbures et quelques hauts cadres de Sonatrach, bien qu’ils soient coupables, ne sont que des boucs-émissaires d’un régime qui a fait de la dilapidation des richesses nationales son activité favorite. Le pouvoir algérien n’a fait que sacrifier quelques membres pour donner l’illusion d’une lutte contre la corruption et sauvegarder ainsi sa mainmise sur la manne pétrolière.

La corruption touche tous les niveaux politiques, le gouvernement comme l’opposition. Tous les généraux et « leur » président ainsi que leurs Bachaghas, sont les premiers coupables et doivent être jugés pour haute trahison.

Sur un autre plan, le pouvoir algérien a démontré toutes ses limites en matière de sécurité en en allant jusqu’à élever en modèle de réussite le crime organisé avec sa loi d’amnistie du terrorisme. Comme à l’accoutumée, il déploie ses services de répression contre les libertés démocratiques pendant qu’il ferme complaisamment les yeux sur le terrorisme islamiste et l’insécurité envahissante.

Pour se perpétuer et dissimuler sa complicité dans les massacres qu’a connu l’Algérie depuis l’avènement du terrorisme islamiste, ce dernier découlant directement de la politique idéologique de l’Etat, le régime algérien avait adopté le projet de la concorde civile et de la réconciliation nationale, qui a abouti à l’amnistie des terroristes islamistes. Pis encore, aux terroristes il offre l’amnistie, l’impunité, des logements et de l’argent, à leurs victimes qui réclament en vain justice et vérité, le mépris et l’obligation de "silence" !

L’une des conséquences, de cette politique soutenue par la majorité des forces politiques en Algérie, est le fait que ces "repentis" qui n’ont jamais demandé pardon, sont restés fidèles à leur idéologie obscurantiste et surtout à l’usage de la violence. Un technicien monteur au service du journal télévisé à l’ENTV, Tarek Goulmamine, a été assassiné à l’arme blanche par un terroriste "officiellement" repenti.

Le MAK qui n’a jamais cessé de dénoncer cette politique d’amnésie forcée, réitère son soutien aux victimes du terrorisme islamiste de même qu’à toutes les victimes du régime algérien. Il tient le pouvoir et ses amis terroristes pour responsables de tous ces crimes contre les peuples d’Algérie.

Les citoyens, particulièrement en Kabylie, sont livrés au banditisme et recherchent eux-mêmes les victimes des kidnappings. Une caravane citoyenne est organisée par les habitants d’At Dwala pour la libération de l’un des leurs : le jeune Ali Laceuk, disparu depuis le 22 février. En cette circonstance, le MAK apporte son soutien à sa famille, dénonce la démission des services de sécurité censés être interpellés par cette industrie du rapt en Kabylie.

Le 30 janvier dernier, le MAK a dénoncé la répression post-électorale qui a sévi dans les municipalités kabyles. En effet 10 jeunes du village de Taqervust ont été arrêtés et sont toujours en détention provisoire. Leur crime semble être leur refus de cautionner un faux scrutin, une vaste supercherie orchestrée par une administration de type colonial, destinée à museler la Kabylie Ceux qui ruinent la Kabylie, ne sont jamais inquiétés. Ils agissent au contraire sous la protection du pouvoir qui programme la disparition du peuple kabyle. Le MAK exige la libération immédiate et inconditionnelle des 10 jeunes de Taquervust.

Une certaine presse aux ordres, tente vainement de salir l’image de la société kabyle à travers des articles orduriers et racistes. La Kabylie tient à son honneur, à sa laïcité, à son droit et à sa liberté. Elle élève ses enfants en leur inculquant des valeurs comme le respect de la dignité humaine, la solidarité, la fierté de leurs origines et de leur identité. Les crapuleuses campagne médiatique de la presse aux ordres ne sauraient en avoir raison.

Le pays kabyle, cible privilégié de toutes les politiques délétères du régime raciste d’Alger n’aura de salut que dans la disparition de ce système mafieux, criminel et jacobin et passe impérativement par l’avènement d’une Kabylie libre.

Kabylie, le 21 mars 2013

Bouaziz Ait Chebib, président

SIWEL 221106 MARS 13




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu