Le MAK dénonce et condamne la violation de la liberté d'expression de la communauté estudiantine kabyle

17/01/2012 - 20:49

TIZI-OUZOU (SIWEL) — Dans un communiqué parvenu à Siwel, le MAK par son président Bouaziz Ait Chebib dénonce et condamne avec vigueur l'interdiction faite à l'initiative des étudiants kabyles à marcher pacifiquement pour dénoncer l'insécurité qui règne au sein des campus et résidences universitaires.


M. Ait Chebib lors de la marche interdite de Yennayer (PH/Siwel)
M. Ait Chebib lors de la marche interdite de Yennayer (PH/Siwel)
Le MAK a fait face à un empêchement de la manifestation populaire organisée pour célébrer le nouvel an amazigh, c'est au tour des étudiants de la résidence universitaire « TAMDA » de l’université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou de « subir les affres des forces de répression au cours d’une marche nocturne organisée le dimanche 15 janvier contre l’inacceptable insécurité à laquelle ils font face quotidiennement ».

« Au lieu de protéger la communauté estudiantine contre les bandes de voyous qui se livrent à de graves actes de délinquance et exercent librement leur dictat dans les campus et résidences universitaires, le régime raciste d’Alger, fidèle à ses pratiques criminelles envers le peuple kabyle, s’évertue à déployer son arsenal répressif contre les étudiants afin de museler toute forme de mobilisation et de contestation visant à dénoncer l'insécurité qu'endure la Kabylie depuis le Printemps noir ».


Pour les dirigeants du MAK, « cette énième agression contre les étudiants kabyles dévoile, une fois de plus, les intentions macabres de ce pouvoir arabo-islamique qui vise, par sa politique perverse et criminelle, l'extinction du peuple kabyle par tous les moyens possibles : tromperie, infiltration, manipulation, terrorisme islamique et terreur d’Etat, répression, assassinats (individuels et collectifs), appauvrissement, arabisation, fanatisation. »

Le MAK explique ce redoublement de répression comme une réponse aux avancées enregistrées par la question kabyle sur le plan international, grâce à la mobilisation du GPK et de la diaspora kabyle, « qui recourt à son seul mode d’expression : la violence, qui toujours selon le mouvement autonomiste n’est rien d’autre que l’aveu pathétique de sa faiblesse et de son désarroi face à la légitimité de la revendication du peuple kabyle à disposer de lui-même. »

S'exprimant à propos des réformes annoncées par le pouvoir d'Alger, le même communiqué annonce : « Nous savons par avance que les pseudos réformes de Bouteflika se feront au détriment des droits inaliénables du peuple kabyle, qu’elles n’auront rien de démocratiques et qu’elles ne seront que des leurres afin de nous spolier de notre kabylité dans le but d’installer durablement et définitivement l’idéologie arabo-islamiste au détriment de notre identité millénaire. A cet effet, le Mouvement réitère son appel à l'ensemble des forces vives de la Kabylie à faire échouer les plans diaboliques de ce pourvoir maléfique en boycottant massivement les prochaines échéances électorales. »


cc
SIWEL 172049 JAN 12




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche