Le MAK à Larbaa Nath Iraten : Retour sur les événements de ces derniers jours

13/10/2013 - 14:16

LARBAA NATH IRATEN (SIWEL) — Après avoir rendu public un communiqué intitulé « Kabylie : une colonisation de peuplement », où le Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie (MAK) s’est solidarisé avec la population de Larbaa Nath Iraten (LNI) et incombé toute la responsabilité des récents événements tragiques au régime et à sa politique coloniale pratiquée en Kabylie depuis 1962, les responsables du MAK ont préféré aller à la source pour s’enquérir des dernières évolutions de la situation.


Le MAK à Larbaa Nath Iraten : Retour sur les événements de ces derniers jours
Une délégation du MAK composée de son président Bouaziz Ait Chebib, son conseiller Hachim Mohand Ouamer et Hocine Azem secrétaire national aux relations extérieures, s’est déplacéé en fin de matinée à LNI pour rencontrer les citoyens de cette localité. Sur les lieux, les membres du MAK se sont entretenus avec de jeunes citoyens dont un délégué de la coordination de LNI.

La gendarmerie de Timizart est considérée comme l’origine de l’insécurité qui sévit à Asif n At Σisi et les environs. Pour cause, les gendarmes de cette brigade entretiennent des relations très amicales avec les voyous des bidonvilles notamment ceux de Zarzara. Ils ont l’habitude d’y aller pour passer leur temps libre là bas et même collaborer dans le trafic de stupéfiants, selon les qu’en-dira-t-on. De ce fait, ces gendarmes ont assuré les voyous de l’impunité pour ne pas dire de leur protection a indiqué un citoyen.

« L’agression des familles de IΣezzuzen qui se sont arrêtés au bord de la route pour contempler le barrage de Taqsevt le 06 octobre a été perpétrée par ces voyous de zarzara. Ne pouvant pas supporter l’humiliation que ces derniers ont voulu infliger à leur familles, ils ont défendus leur honneur contre des voyous venus en surnombre et munis d’armes blanche.

Cette agression a fait 4 blessés dont un demeure dans un Etat comateux. La situation a dégénéré trois jours après notamment avec l’information qui a circulé et rapporté par l’ensemble des témoignages concordant recueillis sur les lieux selon lesquels un des blessés aurait succombé à ses blessures.
Suite à quoi, la population des At Yiraten, ne pouvait rester immobile et s’est mobilisée pour se révolter contre ce diktat imposé par des arabes importés par le régime. « La population s’est donc rendue directement au bidonville dans le but de connaître les vrais agresseurs pour être jugés. Sur place, la colère s’est emparée des jeunes et l’affrontement a éclaté. Les voyous de Zarzara ont fait appel aux habitants des bidonvilles de Oued Aissi qui sont venus en renfort en remplissant un mini-bus Toyota » a raconté un autre citoyen.

4 heures d’affrontement sans que les services de sécurité interviennent.« Mais je tiens à signaler en étant présent, qu’aucune femme ni enfant n’a été agressé. Bien au contraire, nous les avons protégés car nous n’avions rien contre eux et nous ne sommes pas des sauvages comme ces voyous qui sèment l’insécurité et la barbarie » a signalé un jeune.

« Après les affrontements nous sommes rentrés mais nous étions obligé de repartir car les habitants de Zarzara ont mis le feu au village Adeni. Ce dernier a été sauvé de cet incendie criminel grâce à la mobilisation de ses habitants et celle des citoyens de LNI en général ».

A la question de savoir comment ses arabes ont occupé ces terrains pour y construire leurs habitations, un des interlocuteurs a répondu aux responsables du MAK en précisant que « ces terrains ont été nationalisés par les autorités algériennes. Au moment où les pouvoirs publics justifient l’absence d’investissements en Kabylie par manque de foncier, ces étrangers à la région, bénéficient de terrains de construction. Ils étaient à At Σisi où ils occupaient des bidonvilles. Les pouvoirs publics leur ont octroyés des résidences et des terrains dans la commune d’Irdjen pour les rapprocher de la population pour des fins d’arabisation et d’assurer des voix électorales au FLN et au RND pour prendre le pouvoir local » ».

Ayant apprécié le communiqué du MAK, ils ont salué la sagesse et la sincérité du soutien du MAK qui n’a pas fait ni dans la manipulation encore moins dans la récupération. Les interlocuteurs de la délégation du MAK se sont posés la question de savoir « pourquoi dans la coordination, il y a deux députés du RND ? N’essayent-ils pas de manipuler et de récupérer les événements au profit de la lutte des clans au sommet de l’Etat ? Où sont passés ceux du FFS ? ».

La délégation du MAK a réitéré sa position qui consiste à incomber toute la responsabilité au pouvoir et sa politique de colonisation de peuplement qu’il pratique en Kabylie. Elle a suggéré à ses interlocuteurs de s’inspirer de l’organisation socio-politique de la Kabylie antique en faisant appel à l’ensemble des Archs pour faire face dans l’union à ce fléau qui gangrène le pays kabyle depuis la révolution agraire avec ses villages socialistes dont le seul but est d’arabiser et de dékabyliser la Kabylie qui reste le seul bastion de la démocratie, du progrès et de l’opposition au régime raciste d’Alger.

Ce qui frappe la population d’At Yiraten est loin d’être un cas isolé. Ils concernent l’ensemble de la Kabylie. Il ne s’agit pas d’une quelconque xénophobie mais juste une résistance contre une politique de dépersonnalisation et de minorisation de la Kabylie chez eux ». Une proposition saluée par les présents qui ont rappelé que « ce que nous vivons actuellement n’est pas un cas isolé. Il y a quelques années, ce sont ceux de Mekla qui se sont plaints des bidonvilles et de châoufa et de leur voyous qui semaient la terreur. Les citoyens de LNI ont prêtés main forte aux habitants de Mekla pour mettre fin au diktat des voyous importés par le régime algérien ».

La délégation du MAK n’a pas cessé d’en appeler à la sagesse légendaire qui a toujours animé les combats du pays kabyle depuis la nuit des temps face à tous les occupants successifs de cette région du sud de la Méditerranée qui fait l’objet d’un projet d’arabisation tous azimuts.

Au terme de la visite le Président du MAK concluant par dire : « nous ne pouvons construire l’avenir que sur la connaissance et la fierté de notre passé »

cdb,
SIWEL 131416 OCT 13




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu