Le Conseil démocratique kurde appelle à une nouvelle marche samedi 18 octobre à Paris: "Kobanê ne doit pas tomber !"

17/10/2014 - 15:25

PARIS (SIWEL) —Le Conseil démocratique kurde de France appelle à une nouvelle marche à Paris ce samedi 18 octobre à 15h, de Bastille à Nation. Ils en appelle au soutien et à la solidarité de tous " Malgré l’indifférence et l’inaction de la communauté internationale, malgré les spéculations diverses et variées sur la chute de Kobanê, les forces de défense kurdes ont réussi contre toute attente à gagner du terrain contre Daesh grâce à leur résistance farouche et courageuse, même si elles ont dû pour cela payer un lourd tribut. N'en déplaise à la Turquie et à tous les autres Etats criminels de la région qui soutiennent Daesh, n'en déplaise aux puissances occidentales qui ne veulent pas du développement d'un système démocratique au Moyen-Orient, Kobanê n'est pas tombée! "


"La lutte contre Daesh n'est pas seulement celle des Kurdes et des autres peuples qui se battent à leurs côtés à Kobanê. Elle doit être universelle."

Manifestation samedi 18 octobre à Paris, de la Bastille à la Nation: "Kobanê ne doit pas tomber !" (PH/DR)
Manifestation samedi 18 octobre à Paris, de la Bastille à la Nation: "Kobanê ne doit pas tomber !" (PH/DR)



Kobanê ne doit pas tomber !

Mobilisons-nous pour soutenir la résistance de Kobanê contre Daesh !

Appel à manifester samedi 18 octobre, 15h, de la Place de la Bastille à la Place de la Nation

Depuis le 15 septembre, les gangs de l’Etat islamique (EI ou Daesh en arabe) lancent des offensives sur trois fronts contre le canton de Kobanê, au Kurdistan de Syrie, utilisant des armes lourdes saisies en Irak et en Syrie, et soutenus par la Turquie qui leur apporte une large aide militaire, politique et logistique.

Depuis près d'un mois, les forces d'autodéfense kurdes (YPG-YPJ) résistent avec acharnement mais n'ont pas suffisamment d'armes pour freiner l'avancée de cette organisation surarmée. Les hordes de barbares sont maintenant dans Kobanê. Le massacre de milliers de civils est à craindre.

Depuis l'invasion de Daesh, des dizaines de milliers de civils contraints de fuir sont amassés le long de la frontière entre la Turquie et la Syrie, et pris en étau entre les djihadistes et l'armée turque. Par ailleurs, les autorités turques répriment dans le sang toutes les manifestations de solidarité avec Kobanê. Au cours des trois derniers jours, cette répression a causé la mort de quelque 40 manifestants kurdes tués par les forces de l'ordre ou par des membres du Hezbollah turc proche de Daesh.

Conditionnant son entrée dans la "coalition internationale contre Daesh" à la création d'une zone tampon placée sous son autorité, la Turquie poursuit l'objectif d'occuper le Rojava (Ouest-Kurdistan, nord de la Syrie) en le vidant de sa population kurde et en en détruisant l'administration autonome. Cette administration établie démocratiquement par la population a permis jusqu'à présent, grâce à un système d'autodéfense, de préserver la paix dans la région et de protéger les différentes communautés ethniques et religieuses contre les forces du régime et, surtout, contre les gangs de Daesh.

La communauté internationale reste sourde aux appels au soutien et aux alertes de massacres lancés par les Kurdes. Ceux-ci n'ont reçu ni aide humanitaire, ni aide militaire. Jusqu'à présent, les frappes effectuées par la "coalition internationale contre Daesh" n'ont pas été efficaces, faute de coordination avec les forces kurdes sur le terrain. L'inaction coupable de la communauté internationale expose la population de Kobanê à un danger imminent de génocide.

Mêmes seuls, les Kurdes poursuivent leur résistance farouche contre Daesh et sont déterminés à chasser les djihadistes de la ville de Kobanê quel qu'en soit le prix à payer. En luttant contre ces barbares, ils défendent les valeurs universelles de la dignité humaine et de la démocratie.

Afin de mettre fin à cette tragédie humaine et afin de freiner l'avancée de Daesh, nous demandons d'urgence à la communauté internationale, à la France en particulier :

• De fournir immédiatement aux forces des YPG et des YPJ des moyens de défense adéquats pour leur permettre de résister contre l'EI;

• De prendre des mesures urgentes pour protéger la population civile de Kobanê

• D'apporter une aide humanitaire aux réfugiés qui ont dû fuir Kobanê.

La résistance de Kobanê est une résistance pour l'humanité et la dignité !

Ne pas soutenir la résistance kurde aujourd'hui serait être complice de Daesh !

Le Conseil démocratique kurde de France

SIWEL 171525 OCT 14




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu