Le "Bachagha" Ould Ali El Hadi récidive et tente d'organiser un gala avec "Cheb Yazid" pour le 8 mars, la population ne se laisse pas faire

08/03/2016 - 20:54

TIZI-OUZOU (SIWEL) — Le "Bachagha" Ould Ali El Hadi récidive en ce 8 mars 2016. Promu ministre de la Jeunesse et des Sport de la république arabo-islamique algérienne, il a tenté d'organiser un gala au stade du 1er novembre de Tizi-Ouzou avec un chanteur arabophone, Cheb Yazid en l’occurrence, qui devait encaisser un cachet de pas moins de 300 millions de centimes, et bien sur aucun artiste kabyle n'a été convié.


Le "Bachagha" Ould Ali El Hadi récidive et tente d'organiser un gala avec "Cheb Yazid" pour le 8 mars, la population ne se laisse pas faire
Au vu de sa mission scélérate qui vise à acculturer et à dénaturer le peuple kabyle, ce n'est effectivement pas le Bachagha Ould Ali El Hadi qui aurait invité par exemple le chanteur kabyle Oulahlou. Toutefois, face à cette scandaleuse initiative, la population s'est vite mobilisée pour faire annuler ce gala de la honte et de la trahison des lourds sacrifices du peuple kabyle pour son authenticité kabyle et amazighe.

En effet, sous la pression des comités de quartier de Tizi-Ouzou, le Bachagha a été obligé d'annuler son gala arabe en plein Tizi-Ouzou, évoquant des considérations d'ordre organisationnel et des risques de "débordements".

On se souvient que le Bachagha Ould Ali El Hadi avait déjà défrayé la chronique le 8 mars 2013 en organisant, avec ses acolytes islamistes de l'association El irsha Wa El islah du défunt et non regretté Nahnah, un véritable hold-up historique sur Fadhma N Summer, et ce,sous le haut patronage de l'autre grande Bachagha Khalida Toumi qui était ministre de la culture. Ces deux Bachagha s'étaient auparavant distingués en invitant le prédicateur de la haine et des enfers, El Qaradaoui, à un cycle de conférences à la maison de la culture Mouloud Mammeri (sic!).

Rappelons enfin que le Bachagha Ould Ali El Hadi, promu « ministre de la Jeunesse et des Sports », en récompense des services rendus au Gouvernement colonial arabo-islamique en terre kabyle, s’était copieusement fait huer par la jeunesse kabyle, lors de ces dernières apparitions publiques, notamment, en 2014, lors de la commémoration de l'assassinat de Matoub Lounès à Tawrit Moussa.

zp,
SIWEL 082054 FEV 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche