Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»

27/02/2016 - 16:44

AT-ZELLAL (SIWEL) — Le troisième Congrès du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) s’est tenu hier, vendredi 26 février 2016 à At-Zellal, commune de Souamaâ.

A l’issue de ce rendez-vous, qui a regroupé plus de 700 congressistes en dépit d’au moins 200 militants retenus toute la journée dans les commissariats de police coloniale algérienne juste pour les empêcher d’y assister, Bouaziz Aït-Chebib a été reconduit à l’unanimité des congressistes dans ses fonctions de Président du MAK pour un autre mandat, de même que Ferhat Mehenni a été reconduit à la tête du Gouvernement provisoire kabyle en exil.


Concernant la réélection de Bouaziz Ait-Chebib, (nous reviendrons sur celle du président de l'Anavad, Ferhat Mehenni) il faut reconnaître que nonobstant les nombreuses compétences existantes au sein du MAK, Bouaziz Aït-Chebib a été le seul à s’être porté candidat à sa propre succession. Il semble évident que les personnalités reconnues aptes à assurer la présidence du MAK ont préféré laisser cette mission délicate à celui qui a déjà fait ses preuves, autrement dit, à celui qui a acquis une expérience dans la pratique présidentielle, Bouaziz Aït-Chebib en l’occurrence.

Juste après la proclamation de sa reconduction à la tête du MAK, l’homme remerciera tout d’abord les militantes et militants du MAK pour la confiance placée en lui pour faire ensuite le serment de servir le peuple avec loyauté et abnégation. Le président réélu n’a pas manqué de remercier chaleureusement le Réseau Anavad et les militants du MAK au Canada et aux USA pour l’aide précieuse qu’ils ont apportée à la tenue de ce Congrès.

Le deuxième volet de son intervention sera axé sur ce qui semble être ses projets prioritaires, à savoir la mise sur pied d’un Parlement kabyle ou un Conseil consultatif kabyle, un département pour la formation et l’orientation et enfin un département pour l’environnement. Dans la foulée des débats, le Président du MAK a également insisté sur la nécessité de mettre sur pied un Etat kabyle dans quatre ans au plus tard.

Les travaux de ce 3ème Congrès ont porté également sur le choix des résolutions à appliquer. Celles-ci seront publiées intégralement et dans leur teneur et expression exactes dans notre prochaine édition. A noter que plusieurs invités ont marqué de leur présence ce rendez-vous du MAK, entre autres Younès Adli, Idir Ounoughene et Mohand Laârvi Tayeb qui ont activement participé aux débats de haute volée lors de ce congrès.

Quelques militants de la diaspora ont pu également assister à ce rendez-vous historique, entre autre Yacine Cheraiou, Nacer Tigrine, Mourad Itim, Mastanabal Boudjemaâ, Aghilès Mehenni. Bouhas Menouar dit Mazigh, parti spécialement en Kabylie pour participer au Congrès, n’a quant à lui, pas pu être présent à At Zellal, il a été "cueilli" à un barrage et a passé la journée dans un commissariat de police.

Plusieurs centaines de policiers ont été mobilisés par le régime d'Alger avec ordre d’empêcher la tenue du 3ème Congrès du MAK. Et la consigne a été bien respectée. En effet, plus de 200 militants ont été conduits à différents postes de police où ils ont été gardés durant plusieurs heures, pour certains plus de 9 heures, à l’image de Belaid Amar khodja, Amar Zebbar, Ahcène Chérifi et Zeghoud Mohand.

Pour certains militants, les policiers sont passés au pallier au-dessus puisqu’ils ont usé de la violence physique à leur endroit. Boussad Becha a témoigné à SIWEL que lui-même et deux de ses camarades, Mouloud Kab et Juba Medjbeur en l’occurrence, ont été sérieusement passés à tabac dans les locaux du commissariat central de Tizi-Ouzou. Idem pour Bouhas Menouar dit Mazigh qui a subi une arrestation pour le moins musclée et aussi pour un jeune étudiant de Vgayet tabassé au commissariat d’Azazga parce qu’il avait réclamé la restitution du drapeau kabyle qui lui avait été confisqué.

Certains membres de l’exécutif du MAK sont également restés bloqués dans les barrages ou dans les commissariats, à l’image de Mohand Boukla, dit Muh Taheccat, Boussad Becha, ou encore Hocine Azem, bien que ce dernier ait quand même pu rejoindre, tardivement, les congressistes après avoir subi pas moins de trois contrôles d’identité.

L'ensemble des congressistes, à leur tête le président réélu, n'ont pas manqué de remercier chaleureusement Lɛerc (confédération, ndlr) des At Vu Cɛayev dont fait partie At Zellal pour avoir accueilli leur Congrès malgré les pressions et les intimidations.


De Tizi-Ouzou, Saïd Tissegouine,

SIWEL 271644 FEV 16































Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu