" Le 20 avril et ces journalistes qui…" Contribution de Djaffar Benmesbah

26/04/2015 - 01:21

(SIWEL) — " Des journalistes timides et silencieux devant des lois qui ne sont ni plus ni moins qu’un régime de retraite spécial, assurant considération, protection et pension confortable aux terroristes, couvrent haine aidant et convictions à plats, les marches du 20 avril dernier avec la ferme intention, ordre donné, de minimiser voire occulter le vecteur MAK générateur de la plus grande partie des foules. Qu’importent les clivages claniques, les trahisons multiples, les relations traditionnelles avec le pouvoir, les tyrannies, on a déjà compris que dans la presse, les usurpateurs ne s’embarrasseraient pas - c’est le moins qu’on puisse dire- du principe de loyauté envers leurs lecteurs. Dédaigneux, ils jugent le lecteur débile, incapable de réfléchir seul, sans leur concours ; n’est-ce pas cette logique qui durant les années 70 avait provoqué la lassitude de l’opinion et laissé prospérer la stagnation sociale ? "

Extrait de la contribution de Djaffar Benmesbah


Le pouvoir algérien se décide subitement à officialiser tamazighte, quelle charité ! Mais au passage, après les imposantes marches du 20 avril dans toute la Kabylie, on ne peut se défendre d’une sorte de déception en constatant avec énormément d’amertume pour ne pas utiliser le mot "dégoût" la reddition de bons nombres de titres de la presse algérienne devant l’opportunisme, la forfaiture et le déni. De ce qui est du strict point de vue éthique, existe-t-il encore des journalistes qui font consciencieusement leur travail ? C'est-à-dire, rapporter l’information, uniquement l’information –ce pourquoi ils sont payés- sans dériver dans des commentaires justifiant l’éclosion à la tricherie. Au sortir de la langue boueuse qui retient encore les dupes et les démangeaisons politico-financières, certains journaux paraissent plus angoissés par la naissance de l’Anavad que par le naufrage de l’Etat algérien sur tous les volets provoqué par ces mêmes responsables pour lesquels ils font, l’échine courbée, visages de bananes et bouches en cul de dinde. Quel est le journaliste qui rapporte avec honnêteté les manifestations du Mak ou alors interviewé ses dirigeants ? Quel est le journaliste qui s’est posé des questions sur l’absence du MCB ? Le MCB a-t-il disparu parce que son combat s’était dépouillé d’opiniâtreté et surtout de prudence dans les alliances de ses chefs avec les clans du pouvoir ? A-t-il disparu parce que bâtardisé dans des aphorismes deshumanisants qui excitaient des gueux, à force de le monnayer comme s’il s’agissait d’une activité de loisir ou d’une dérive romanesque, d’un métier ou d’une intermittence dans le domaine du spectacle ? Certes, au même titre que le 8 mars quand il est politiquement nécessaire d’avancer la question du statut de la femme pour des besoins électoraux, il ne refaisait surface que quelques journées d’avril puis à chaque fois mis au repos le temps que s’ourdissaient les compromis. Dieu des vents, sa disparition ne cache pas de mystère, il n’est plus depuis que la question de l’autodétermination de la Kabylie s’est imposée sur l’échiquier. Le maintenir donc en vie et clamer tel un paon que ses revendications sont en passe d’aboutir serait une entreprise visant à en faire des béquilles qui ne serviront qu’à maintenir debout sur le sol kabyle l'affreuse ossature de Bouteflika et les velléités néfastes du régime d'Alger.

Des journalistes timides et silencieux devant des lois qui ne sont ni plus ni moins qu’un régime de retraite spécial, assurant considération, protection et pension confortable aux terroristes, couvrent haine aidant et convictions à plats, les marches du 20 avril dernier avec la ferme intention, ordre donné, de minimiser voire occulter le vecteur MAK générateur de la plus grande partie des foules. Qu’importent les clivages claniques, les trahisons multiples, les relations traditionnelles avec le pouvoir, les tyrannies, on a déjà compris que dans la presse, les usurpateurs ne s’embarrasseraient pas - c’est le moins qu’on puisse dire- du principe de loyauté envers leurs lecteurs. Dédaigneux, ils jugent le lecteur débile, incapable de réfléchir seul, sans leur concours ; n’est-ce pas cette logique qui durant les années 70 avait provoqué la lassitude de l’opinion et laissé prospérer la stagnation sociale ?

À Dieu vat, notre langue à eu droit à quelques éloges de ses traditionnels ennemis ! Même la trotskyste rentière, Louiza Hanoune, l’agent privilégié des services Ahmed Fatani et l’entremetteur du régime Ali Benflis se préparent déjà à tirer la couverture sur eux.
Ali Benflis avait géré la tuerie qui avait fait 128 morts et des centaines d’handicapés en Kabylie et Louisa Hanoune, rescapée de la IV internationale, voyait dans la physionomie des militants qui, en aout 1980, s’étaient regroupés en séminaire à Yakourène des individus de sacs et de cordes. Pourtant, le séminaire s’étendait politiquement sur des propositions touchant la décentralisation des moyens et des pouvoirs de décision ; c’est-à-dire, la consultation et la participation des travailleurs et des paysans pour tout ce qui relevait de leur domaine. De la poudre aux yeux qu’elle vociférait tant le séminaire mettait en relief la problématique de l’identité culturelle du peuple algérien. Et pour elle et pour les autres fractions trotskystes, GCR compris, la question berbère était une revendication de bourgeois contre-révolutionnaires qu’il fallait à tout prix isoler. Plus tard, en même temps qu’elle formulait un timide et discret soutien à la première ligue des droits de l’homme initié par Ali Yahia, Said Sadi, Ferhat Mehenni et Arezki Ait Larbi, elle la disait tout de même organisation à caractère politique, berbériste et fascisante. Avait-elle une seule fois dans la littérature de son parti l’OST, demandé la libération des militants cités et leurs camarades ? L’élargissement des détenus était devenu son terme chéri quand il était question, plus tard, des éléments du FIS. Communiste donc irréligieuse, haussée de surcroit par le régime jusqu’à doter son parti d’une quantité non négligeable de députés, alors que les trotskystes dans le monde n’avaient jusque là qu’une seule petite mairie à Mexico, elle avait clairement soutenu le prêche télévisé du vendredi par le sinistre ministre des affaires religieuses Sassi Lamouri qui appelait les terroristes à ne pas tuer les gendarmes et les policiers car ceux-là n’étaient ni communistes ni laïques, bien évidement assimilés aux kabyles.

Ahmed Fatani, le directeur de l’Expression avait écrit lorsqu’il dirigeait le quotidien Liberté que le dictateur tunisien Zine el-Abidine Ben Ali l’avait consulté au préalable avant de destituer Bourguiba. Fatani était alors chef du bureau de l’APS à Tunis. Cet aveu montre bien les liens sacrément cachés entre les régimes nord-africains et aussi, qui sont les véritables interlocuteurs de ces mêmes Etats qui font de leurs ambassadeurs et consuls de simples jouets épidermiques. Journaliste à El Moudjahid et chargé du BSP (bureau de sécurité et de prévention), il avait lancé une pétition dans le milieu de la presse et dans laquelle il condamnait le mouvement d’avril 1980. Il n’avait trouvé qu’une signature, celle du journaliste de l’APS Benzeghou, plus tard assassiné par les islamistes à Bab El Oued. Peut-il nous étonner quand il titrait à la une de son journal que Ferhat Mehenni était un homme dangereux ?

Des journalistes affiliés aux différentes chapelles issues de l’ex du Pags (Parti de l’Avant-Garde Socialiste) manifestent leur hostilité à la cause kabyle, pourtant en 2001, ils se faisaient voix enjouées d’une Kabylie en révolte. Etait-ce juste parce qu’en cette période la guerre devait se déclarer entre un clan et un autre à la condition que cela soit les autres à la faire pour après retourner la satiation ? En 80, de la plume d’un des plus célèbres gauchiste, aujourd’hui reconverti démocrate, on avait lu dans Sawt Chaab, organe du Pags semi clandestin un article adjurant le pouvoir de réprimer sévèrement les militants de la cause identitaire.

L’effervescence autour d’une Kabylie libre fait réagir un kabyle, partisan zélé de l’arabisme. Sans citer son nom ni celui de son torchon, il serait juste de lui rappeler que son organisation l’UCLA (union des communistes léninistes algériens) avant de rallier Hamrouche était née à l’intérieur même de l’académie militaire de Cherchell en 1982. Cette organisation dirigée un temps par le batnéen Mohamed Tahar Bensaada, ancien cadet de la révolution et plus tard journaliste et collaborateur à l’hebdomadaire Algérie-actualités s’était illustrée en 1985 en revendiquant sous l’appellation "Commando Amirouche" un attentat à la bombe dans une synagogue en Turquie. La même période devait se dérouler le procès des fondateurs de la ligue des droits l’homme assimilée par Chadli à un parti kabyle qu’il fallait d’avance diaboliser aux yeux des démocraties occidentales. En guise de représailles simulées, le pouvoir avait arrêté et torturé Rabah Benkhellat, un militant de cette organisation résident à Akbou qui ignorait totalement les desseins de son organisation dont le chef se refugiait à Moscou. Le journaliste dont il est question réapparaitra juste après l’assassinat à Paris de l’avocat Ali Mecili par le régime d’Alger. Dans sa revue "Algérie Nouvelle" un mensuel en couleurs, il applaudissait le crime en prenant sienne la fameuse citation attribuée au General Custer en guerre contre Geronimo : "un pro sioniste mort vaut mieux qu’un pro sioniste vivant", parlant ainsi de Mecili.

Il n’y a pas de presse indépendante en Algérie. Il n’y en a quasiment jamais eu. Il n’y en aura jamais. Si Boumediene et Chadli se suffisaient d’un seul El-Moudjahid, Bouteflika en veut dix pour lui. Dans ce magma, la pensée des journalistes attachés aux partis démocrates est plus insultante que puérile. Ils ont tous mille et une preuve des accointances du pouvoir avec les milieux islamistes, criminels et mafieux mais se fient aveuglement à leurs maîtres à penser qui avancent l’alternative de développer, avec la bénédiction d’un clan du régime, une nouvelle république en dehors d’un État gangrené par la mafia. Nous ne savons pas ce que le pouvoir d’Alger fabrique comme amulettes pour tenir des démocrates bérberistes dans l’illusion d’une Algérie unie où le fils d’Aksil et celui de Okba jouiront un jour d’une même impulsion fraternelle, ce que nous savons, c’est que tout se qu’ils régleront entre eux, sans nous, se fera certainement contre nous.

Au final, heureusement que internet existe et qu’il est à la portée de tout individu possédant un portable de faire suivre par l’image une information telle qu’elle a été vécue. Ainsi, les journalistes de service quand ils se mouillent dans le mensonge et sachant que la vérité arrivera à bonne destination pourront dire comme on dit dans notre jargon : "Le lecteur corrigera de lui-même "

Djaffar Benmesbah.


SIWEL 260129 AVR 15



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche