Lâché par ses parrains : Ould Ali El Hadi dans de mauvais draps

09/02/2015 - 14:12

TIZI-WEZZU (SIWEL) — Contesté depuis quelques jours par un groupe d’artistes, Ould Ali El Hadi est depuis un moment dans une mauvaise posture. Si l’initiateur de l’action de protestation contre Ould Ali n’est pas le mieux indiqué pour porter haut et fort l’envie des kabyles d’en découdre avec le KDS Ould Ali, il n’en demeure pas moins que M. A. A, a choisi le bon moment pour attaquer.


Ould Ali lâché par ses parrains. PH/DR
Ould Ali lâché par ses parrains. PH/DR

En fait, le Bachagha Ould Ali est lâché depuis un moment par ses parrains. Depuis le départ de Khalida Toumi (Messaoudi) du ministère de la culture, aucun soutien ne lui est resté pour continuer son sale boulot. A Tizi-Wezzu, les citoyens ont remarqué que toutes les activités culturelles se font en collaboration avec la Direction de la jeunesse et des sports (DJS). Le wali (Préfet) qui a de tout temps sollicité les services d’Ould Ali Lhadi ne subit plus de pressions pour faire bonne figure et associer le bachagha dans toutes ses œuvres.

Quant à la manifestation contre El Hadi Ould Ali qui n’avait pas drainé une grande foule, il faut savoir que l’initiateur est aussi un « mauvais » pion de la culture locale. Son concours de Miss Kabylie est aussi émaillé de scandale « sexuels ». Ceci dit, l’initiateur ne cherchait qu’à joindre sa bouche à la mangeoire que détient El Hadi Ould Ali. Ce dernier qui cumule plusieurs postes "stratégiques" en Kabylie est en fait, le directeur de wilaya de la culture, directeur du théâtre régional, directeur de la Maison de la culture et directeur des Beaux arts…

Dans la loi algérienne, un directeur de wilaya doit théoriquement détenir un diplôme universitaire. Or, Ould Ali El Hadi en manque cruellement. Mais comme il était, à deux reprises, directeur de campagne du président algérien Abdelaziz Bouteflika, tout en étant chef de gangs à Tizi-Wezzu, il a pu se passer des conditions théoriquement requises pour toutes les fonctions qu'il a cumulé. Il y a une fin à toute carrière, y compris les carrières frauduleuse des vendus qui finissent par s'estomper surtout quand les enchères tirent vers le haut.

Les réels détenteurs du pouvoir, en dignes représentants de l'Etat algérien en Kabylie n'on plus besoin de lui. Il n'est plus en mesure d'accomplir sa mission, la Kabylie sature de ce personnage qui personnifie désormais le plus haut degrés de trahison "assumée". Ould Ali El Hadi sera certainement appelé à d’autres fonctions, l’argent et les entrées ne manquent pas, la dignité quant à elle se conjugue à un passé révolu…Mais si pour avoir trop servi, Ould Ali El Hadi est en disgrâce, nul doute qu'il sera efficacement "remplacé"...

dm/zp
SIWEL 08 1412 FEV 15




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu