La secrétaire d'état française à la jeunesse, Jeannette Bougrab en visite à Alger

09/10/2011 - 14:30

ALGER (SIWEL) — La secrétaire d'État française chargée de la Jeunesse et de la Vie associative, Jeannette Bougrab, d'origine algérienne et dont le père était harki, effectue, à partir d'aujourd'hui, une visite de deux jours en Algérie, sur invitation de son homologue algérien, El Hachemi Djiar.


Jeannette Bougrab  à Arles, le 26 mai 2011 (Photo AFP/Pascal Guyot)
Jeannette Bougrab à Arles, le 26 mai 2011 (Photo AFP/Pascal Guyot)
Elle rencontrera plusieurs ministres du gouvernement Ouyahia, outre El Hachemi Djiar, ministre de la Jeunesse et des sports, il y aura Halim Benattalah, secrétaire d'Etat auprès du ministère des Affaires étrangères chargé de la communauté nationale algérienne établie à l'étranger, Mohamed Benmeradi, ministre de l'Industrie, de la PME et de la Promotion de l'Investissement et Tayeb Louh, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale. Le cloture de la visite de la responsable française aura lieu après la tenue d'une conférence à la résidence d'état, Djenane El Mithak.

Au programme de cette visite officielle, la visite de quelques sites de la jeunesse et des sports, notamment l'ISTS, des maisons de jeunes et le CIAJ.

La secrétaire d'Etat française avait déjà visité l'Algérie en faisant partie de la délégation française accompagnant l'ancien président Jacques Chirac lors de sa visite en 2004.

C'est lors de la formation du Gouvernement Fillon III suite au remaniement ministériel du 14 novembre 2010 que Jeannette Bougrab a été nommée secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative, chargée de la Jeunesse et de la Vie associative.

Proposée par la présidence de la République française, elle fut présidente de la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde), succédant ainsi le 23 mars 2010 à Louis Schweitzer. En juin 2010, elle est mise en difficulté par Le Canard enchaîné qui l'accuse d'avoir obtenu le doublement de son indemnité de présidente de la HALDE (passant de 6 900 à 14 000 euros mensuels), affirmation qu'elle récuse et contre laquelle elle porte plainte pour diffamation; Jeannette Bougrab est finalement déboutée en mai 2011, le tribunal correctionnel de Paris estimant que l'enquête menée par le journal était sérieuse et les chiffres avancés étaient « tout sauf fantaisistes ».

Jeannette Bougrab est née en 1973 d'un père ouvrier métallurgiste et harki, décoré de la Légion d'honneur à titre militaire.
Dans le langage courant, en France, le terme "Harki" désigne les supplétifs engagés dans l’armée française de 1957 à 1962, durant la guerre d'Algérie et par extension, on a dénommé « harkis » tous les Algériens musulmans soutenant le maintien de l'Algérie française durant cette période. Le terme, en Algérie, est devenu synonyme de traître et collaborateur (définition Wikipédia).

wbw
SIWEL 091430 OCT 11




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu