« La révolution n’avait d’autre choix que de supprimer Abane ! »... Ferhat Mehenni réagit

02/11/2015 - 14:19

DIASPORA (SIWEL) — Suite à la franche manifestation d'hostilité manifesté par un ministre algérien envers le père de la révolution algérienne, Abane Ramdane, le président du Gouvernement provisoire kabyle, Ferhat Mehenni, a réagit en relevant d'emblée que la cohabitation pacifique avec l’impérialisme arabo-islamique étant ce qu'il est, la révolution n'avait d'autre choix que de liquider Abane" en effet ! ... et bien d'autres...encore !

Nous publions ci-après l'opinion de Ferhat Mehenni


A gauche l’apparatchik de l'Etat algérien, Daho Ould Kablia, grand festoyeur à toutes les mangeoires. A droite, le militant de toujours, fils de maquisard, fils de martyr, lui-même maquisard et père de martyr … ( PH/DR)
A gauche l’apparatchik de l'Etat algérien, Daho Ould Kablia, grand festoyeur à toutes les mangeoires. A droite, le militant de toujours, fils de maquisard, fils de martyr, lui-même maquisard et père de martyr … ( PH/DR)
OPINION

« La révolution n’avait d’autre choix que de supprimer Abane ! »

A l’occasion de l’anniversaire du déclenchement de la guerre d’indépendance algérienne (01/11), l’ex « Malgache » et ex ministre de l’intérieur algérien qui voulait créer un mouvement kabyle contre la Kabylie, M. Dahou Ould Kablia justifie l’assassinat d’Abane Ramdane.

Même si nous savons que ce n’est là qu’un contre-feu que le régime colonial algérien allume pour faire oublier la reconnaissance du droit du peuple kabyle à son autodétermination par le Maroc devant l’assemblée générale de l’ONU, cette sortie appelle une réponse de notre part pour remettre les choses en place.
D’après cet apparatchik, « …la vision de Abane était isolée et qu’il n’avait pas de partisans. En outre, il méprisait délibérément ses compagnons du djihad. Je le dis, cet homme avait de l’orgueil »

Première leçon : Attention ! Que chacun le sache : Au royaume malgache (MALG), la solitude est un crime pour lequel on vous tue. Si cet isolement est doublé d’orgueil, vous êtes condamné à une atroce strangulation, jusqu’à ce que mort s’ensuive.

Deuxième leçon : Ouf ! Abane n’était donc pas le traître pour lequel d’aucuns voulaient le faire passer. Le moins que l’on puisse dire est que cette version des faits d'Ould Kablia est en totale contradiction avec celle du non moins raciste et haineux feu Ali Kafi qui accusait Abane d’intelligence avec l’ennemi.

Ould Kablia continue : « Abane Ramdane avait une perception différente de la gestion de la Révolution, il était en total désaccord avec les autres dirigeants militaires ». « Ce point de discorde entre Abane et les chefs militaires de la Révolution s’est transformé au fil du temps en une question de vie ou de mort ! En fait, si vous voulez une réponse à votre question sur la liquidation de Abane, je dois vous dire que tous les écrits et les opinions ont un point commun, c’est que la révolution n’avait d’autre choix que de supprimer Abane".

Troisième leçon : C’est donc l’un des deux principes énoncés au Congrès de la Soummam, notamment « la primauté du politique sur le militaire » dans la conduite de la guerre d’indépendance qui lui a valu son exécution. Quant à l’assertion selon laquelle, « la révolution n’avait pas d’autre choix que de supprimer Abane » est une manière d’assumer un assassinat qui aurait pu être évité. Il y avait un autre choix : celui de le destituer au lieu de le tuer. S’il était isolé et n’avait pas de partisans, il était plus facile de le déposer que de l’assassiner.

Quatrième leçon : L’assassinat d’Abane a été celui d’une Algérie politique par une Algérie militaire.

Toutefois, le projet Algérie, qu’il soit celui d’Abane, de Ben Bella ou de Boumediene, celui d’une Algérie politique ou d’une Algérie militaire était strictement le même. C’était celui d’une Algérie arabo-islamiste dans laquelle la Kabylie n’allait pas, de toutes les façons, trouver sa place.

Cinquième leçon : En vérité, pour ce projet Algérie, Abane ignorait qu'en tant que Kabyle, il n'était pas, pour ses adversaires, la personne qualifiée, l'homme de confiance qu'il fallait pour le mener à son terme.

Aujourd'hui encore, ceux des Kabyles qui rêvent du projet Algérie oublient toujours qu'il n'est qu'un cauchemar pour eux d'abord, leurs enfants et enfin pour toute la Kabylie.

M. Ferhat Mehenni

SIWEL 021439 NOV 15




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu