La première sortie sur le terrain après sa réélection, Bouaziz Aït-Chebib l’a réservée pour Tuviret (Bouira)

12/03/2016 - 20:20

TUVIRET (SIWEL) - Après sa réélection à la tête du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK), à l’issue du congrès tenu, rappelons-le, le 26 février 2016 à At-Zellal, dans la commune de Souamaâ, Bouaziz Aït-Chebib a réservé sa première sortie sur le terrain, laquelle a eu lieu aujourd’hui, 12 mars 2016, pour le département de Bouira. La mission exacte du Président du MAK dans cette partie géographique de Kabylie repose en fait sur plusieurs segments, entre autres le renouvellement de certaines structures du MAK et le passage en revue de certains volets politiques avec les responsables locaux.


En effet, au niveau de Bouira centre, Bouaziz Aït-Chebib a procédé au renforcement des structures du Conseil Universitaire, et ce sans omettre de passer en revue les défis que doit relever la grande famille militante et patriotique du MAK, notamment son aile universitaire. Bouaziz Aït-Chebib saisira également cette opportunité pour renouveler son soutien des plus indéfectibles à Mazigh Tamsawt suite aux harcèlements et pressions dirigés contre sa personne par les policiers. L’une des agressions policières dont a été victime Mazigh Tamsawt remonte à Samedi dernier. A cause de son appartenance au MAK, sa présence à la gare de Bouira, lieu public pourtant, a donné suffisamment de prétexte aux policiers pour l’embarquer au commissariat où il a subi toute sorte d’aléas.

Une fois rassuré ce militant et combattant de la cause kabyle de la sympathie que lui manifeste le MAK, Bouaziz Aït-Chebib prend la direction de Raffour où il a procédé à l’installation provisoire de la coordination MAK locale. Et il l’a fait déjà auparavant à Bouira centre, le Président du MAK a développé devant les cadres locaux du MAK, juste après leur installation à leurs postes de responsabilités des enjeux mondiaux du moment et des missions à court, moyen et long terme du MAK pour atteindre enfin le seul et unique objectif : l’autodétermination du peuple kabyle. En sa qualité de spécialiste des sciences politiques, le Président du MAK a pu informer ses interlocuteurs de Raffour de la signification et la portée des grandes décisions politiques arrêtées à l’échelle internationale et régionale.

Une fois sa mission à Raffour terminée, Bouaziz Aït-Chebib prend ensuite la direction de Lesnam où il a rencontré les membres de la coordination MAK locale. Le président du mouvement souverainiste kabyle a rassuré ses interlocuteurs de sa solidarité et son soutien agissant devant les pressions et les harcèlement policiers dont ils sont victimes. A rappeler que plusieurs militants de cette localités ont été empêchés d'atteindre le lieu du 3ème congrès et transféré dans plusieurs commissariats de Tizi Ouzou où ils ont subi des interrogatoires.

A l’instar de leurs camarades de combat de Raffour, les cadres du MAK de Lesnam ont pris connaissances des lourds dossiers de géopolitique et géostratégique en vigueur, et bien entendu l’élément principal de l’équation : l’autodétermination du peuple kabyle.

Notons enfin que le calendrier du Président du MAK est très chargé à l’heure actuelle et le restera certainement durant plusieurs mois à venir. En effet, après avoir amorcé le virage ayant conduit à l’organisation du congrès, Bouaziz Aït-Chebib et ses collaborateurs sont tenus d’instruire à présent de très lourds dossiers. Et le pouvoir d’Alger le sait parfaitement d’où la panique qui s’empara de lui. Les meetings animés respectivement par le MSP et le RND à la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou à une semaine d’intervalle où maladroitement ont crié à « sauver l’unité nationale » sont bel et bien des indicateurs de l’effritement de l’Etat-nation à l’Algérienne. Pour certains observateurs, c’est aussi cette fin de croyance à cette « Algérie, une et indivisible » qui a poussé certains hauts dirigeants algériens, en association avec des organisations criminelles internationales, à détourner du trésor public algérien 850 milliards de dollars. C’est ce montant, qui durant longtemps, a été considéré comme les réserves nationales algériennes de change.

Le MAK poursuit son combat dans la dignité et la fraternité kabyle. Ni la répression, ni les intimidations encore moins les pseudo-solution telles que l'officialisation de T amazight ne pourront altérer sa détermination à libérer la Kabylie.

Said Tissegouine



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu