La police coloniale arrête un militant pour « organisation de réunions pour le MAK »

08/06/2016 - 18:36

TIZI WEZZU (SIWEL) — Nous avons rapporté précédemment qu'un militant du MAK, Chawqi Houacine, dit Cacnaq, a été interpellé par la BRI algérienne aujourd'hui, 08/06/2016, après lui avoir fermé son cyber-café. Il vient d'être relâché avec la fille qui travaille avec lui. Il est accusé d'organiser des réunions du MAK.


Suite à a la mobilisation des militants et des citoyens d'at Waεvan, Cacnaq et la fille qui travaille au cyber ont été relâchés. Cependant les deux ordinateurs qui ont été embarqués par la police coloniale sont toujours confisqués.

Cacnaq, handicapé moteur (atteint d'une myopathie) a dû subir plus de 4 heures d'interrogatoire des plus intimidants.
A rappeler qu'hier c'est son associé, Houcine, qui a eu à répondre aux questions de la police algérienne sur cette nouvelle activité informatique que les deux militants ont lancé il y a moins de 3 semaines.

Cacnaq, à sa sortie du commissariat, a informé qu'il est accusé d'avoir organisé des réunions du MAK dans son cyber. Organiser une réunion du MAK, un mouvement pacifiste qui défend les intérêts de la Kabylie, est donc, selon la police algérienne, un délit.
Sachant que cette accusation repose sur le seul fait que des militants du MAK se connectent depuis son cyber.

myd,
SIWEL 0806 JUN 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu