La police algérienne poursuit ses exactions dans le Mzab et rentre par effraction dans un domicile

29/07/2015 - 14:54

GHARDAIA (SIWEL) — Hier, la famille d'un mozabite actuellement détenu dans les geôles de l'Etat algérien a de nouveau payé les frais de la pacification algérienne dans le Mzab. La police algérienne, sans aucun mandat de perquisition, a sauvagement fait irruption dans la maison de ce détenu politique par effraction en passant par la clôture et non pas la porte et sans avoir prévenu ceux qui occupent la maison familiale de leur visite.


Police et gendarmerie algérienne à l'oeuvre contre les Mozabites à Ghardaia en symbiose avec les Châambas
Police et gendarmerie algérienne à l'oeuvre contre les Mozabites à Ghardaia en symbiose avec les Châambas
Le motif invoqué par les policiers algériens est que le père de famille est recherché et qu'ils sont venus l'arrêter alors que la personne en question a été arrêté et emprisonnée avec Kameleddine Fekhar.

Le père de famille étant en prison depuis des semaines, les policiers algériens ont alors procédé à l'arrestation de ses deux enfants âgé de 17 et de 22 ans.

La police algérienne ne sait pas qui elle arrête et qui elle emprisonne, elle entre par effraction dans des domiciles sensés être inviolable, pour aller arrêter des personnes qui croupissent déjà dans leur prisons et à défaut d'assouvir de nouveau leur haine à travers l'arrestation d'un prisonnier politique, ils se rabattent sur ses enfants, dont un mineur.

cdb/zp
SIWEL 291454 JUIL 15





Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche