La peur a-t-elle changé de camp ? par M.Benarous

16/04/2015 - 15:52

KABYLIE (SIWEL) — À en croire les activités récentes du pouvoir colonial, et l’accroissement de sa politique inquisitrice, je suis convaincu qu’Alger et ses sbires tremblent, et s’affolent. À voir l’émissaire rouge envoyée par ses maîtres à la maison de la culture le 18 avril 2015 pour prendre attache avec le suppôt numéro un de Tizi-Ouzou, je ne vois qu’une réplique potentielle et un futur énième plan maléfique. Affaire à suivre …


La peur a-t-elle changé de camp ? par M.Benarous

Déjà hier, le 15 avril 2015, quatre kabyles circulant en voiture ont été lâchement interpellée pour une raison farfelue, à vous dire et je pense que vous allez rire, selon l’administration coloniale, un kabyle n’a pas le droit de conduire un véhicule qu’il ne lui appartient pas.

Ainsi, le propriétaire a dû se déplacer pour récupérer la dite voiture mise en fourrière, car il n’avait absolument pas le droit de la prêter. Je n’invente rien, cela émane de source policière et à très haut échelon. Aujourd’hui, bien plus qu’hier, Alger et son système répressif ont décidé d’agir.

En effet, à l’approche du 20 avril 2015, en panique, l’État coloniale d’Alger représenté par une administration inique et cynique a décidé d’exercer une pression morale et intellectuelle envers notre leader et notre structure établi sur notre territoire. Dès ce matin, le 16 avril 2015, un membre de notre direction habitant Iwadhiyen (Ouadhias) a été interpellé. Hocine Aze est toujours soumis à l’heure actuelle à un interrogatoire.

De manière concomitant, Bouaziz Aït-Chebib, lors du lever du soleil, a vu jaillir un attroupement d’enquêteur, d’homme en bleu et en civil. Tous étaient sur excités à l’idée de le capturer et d’’être présent dans la demeure de notre leader. Il est également en salle de questionnement et d’intimidation. Il aurait fallu des dizaines voire des centaines de personnes du service de sécurité pour appréhender deux Kabyles au pied du lit.

Nous savons tous que la Kabylie est en insécurité croissante, alors maintenant vous voyez a quoi servent les reliquats et les implantations massives de représentant sécuritaire coloniale. Pire qu’un essaim d’abeille auprès de leur reine, un nombre incalculable d’agent de toute sorte et de toute espèce (service) étaient et sont d’ailleurs encore présent à la place Sliman Azem.

Ce qu’ils ne savent pas encore, c’est qu’ils ne peuvent en aucun cas lutter contre l’avènement de notre État. D’autre part, nous sommes chez nous et nous faisons ce que bon nous semble dans l’intérêt exclusif de la Kabylie et pour les Kabyles.

Par leur agissement, ils ne font "que" ralentir notre volonté d’aboutir. Des lois sont d’ores et déjà promulgués et leur décret d’application sont, ou vont être, signés. La décision d’inaugurer notre place a été votée, et cela se fera tout comme les levés de notre drapeau à Vgayet, Tuvirets, et Tizi-Wezzu.

J’avance maintenant en émettant que jamais un membre du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie a fui sa responsabilité. Ils ont toujours assumé leur responsabilité et ont toujours agi à visage découvert. Ils suffisait de les convier ou de les convoquer au sein de vos commissariats pour qu’ils expliquent leur agissements légitimes.

Nous ne sommes pas des lâches et des fourbes. En parlant de ces derniers, je vais parler de deux entités. Si l’un, par le passé, a essayé d’infiltrer notre mouvement, ils se sont fait démasquer. Ce n’étaient, pour l’essentiel, que des vulgaires agents du service de sécurité. Si pour l’autre, appeler à une marche le 20 Avril 2015 n’a eu aucun souci avec le pouvoir colonial, c’est qu’ils sont certainement des associés.

Pour ne pas vous faire un affront et vous manquer de respect en parlant de ce parti qui se dit démocrate, je vais quand même avertir sur les dangers de la compromission. À vous maintenant d’assumer vos actes et choix.

Nous sommes unis, nous sommes uniques, nous sommes Kabyles.

Par Mohamed Benarous

SIWEL 151552 AVR 15



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu