La mort de Houssain BELKICH, alias RIFINOX, une tragédie de plus dans le RIF...! Par Rachid OUFKIR

24/03/2015 - 15:42

RIFLAND (SIWEL) — Le corps identifié comme étant celui de Houssain Belkich a été retrouvé dimanche matin par des randonneurs. Originaire de la banlieue de Nador dans le RIF, Houssain était à peine âgé de 22 ans. Son nom d’artiste était RIFINOX. Malgré son jeune âge, ce jeune artiste était largement connu dans le Rif en raison de son engagement pour l’identité et la culture du Rif ainsi que son engagement dans la lutte contre les inégalités sociales dont le Rif est particulièrement victime. La mort du jeune artiste, révolté contre l’injustice, soulève un grand émoi dans le Rif…et bien des questions. Nous publions ci-après la contribution de Rachid Oufkir qui revient sur le destin tragique du jeune artiste rifain engagé


La mort de Houssain BELKICH, alias RIFINOX, une tragédie de plus dans le RIF...! Par Rachid OUFKIR

La mort de Houssain BELKICH, alias RIFINOX, une tragédie de plus dans le RIF...! Par Rachid OUFKIR

Le corps découvert ce dimanche 22 mars 2015 dans la forêt à Iznoudn prés du village de Ihdaden est bien celui de Hussain BELKICH, 22 ans. Il gît désormais à la morgue à l’hôpital El Hassani à Nador (RIF)

Le corps de la victime a été retrouvé par un groupe de personnes en randonnée, en état de décomposition avancée et il n’a pu être identifié que grâce à ses effets personnels, notamment ses chaussures.

Le 2 mars 2015, il avait été porté disparu, suite à quoi sa famille a donné l’alerte et signalé sa disparition. Un avis de recherche a été diffusé largement sur les réseaux sociaux.

La victime était sorti de la maison familiale pour faire des achats, depuis il n’y est pas retourné. Sa famille ne connait toujours pas les causes et les circonstances de sa mort. Les autorités locales n’ont toujours pas communiqué à ce sujet.

L’affaire va faire couler beaucoup d’encres : Règlement de compte, mort accidentelle après une bagarre ou assassinat politique ?

Hossain n’avait aucun casier judiciaire et n’était pas un voyou non plus qui jusitifierait un réglement de compte. Sa mort a rapidement été classée comme “suspecte”.

Aucune piste n’est à écarter. Pour le moment nous ignorons si une autopsie a été pratiquée pour préciser les circonstances de sa mort et aucune communication n’a été faite là-dessus.

Cependant il faut se montrer prudent sur toute hypothèse et attendre les conclusions du médecin-légiste, encore que.... !



Artiste engagé

Houssain BELKICH est un militant connu du public dans tout le RIF pour son engagement pour l’identité et la culture amazighe dans le RIF.

Hossain est un artiste un peu particulier dans l’univers du RAP, ses productions à succès sont dues un style se caractérisant par la dimension politique de ses paroles, ses thématiques sociétales, son engagement et la pensée individuelle incarnée dans ses chansons. Il a toujours fait ses propres recherches dans la patrimoine écrit et verbal rifain afin de composer ses propres poèmes.

A travers ses œuvres l’artiste souligne plus particulièrement les inégalités sociopolitiques et économiques dans son environnement.

Depuis son enfance il écrivait des poèmes mais pour avoir plus d’échos, il fallait trouver un cadre adéquat, et ce fut le rap, et c’était en 2012, c'est là qu’il a pu exercer son talent, par le biais duquel il pouvait faire passer ses propres messages sans être censuré. Ce fut le cas de sa chanson « Azul » ou « Azzough » . c‘est ce talent qui lui a fait découvrir l’immensité de l’identité amazighe et il ne cesse d’inciter la jeunesse à s‘y attacher plus pour ETRE.

Ces dernières années le RIF a vu naître ce style musical où la conscience politique y est plus forte. Le rappeur RIFAIN, comme partout ailleurs, s’exprime dans un langage politiquement incorrect et en Tamazight sur la marginalisation, la jeunesse, l’immigration, le délabrement de la culture.
Les textes en général, sont imprégnés par des idées de révolte et le rejet des mouvements politiques qui contribuent grandement à la situation actuelle du RIF.

Pour sa propre promotion artistique, c’était le système “D”, il était question de s’appuyer sur ses moyens personnels pour prospérer dans sa voie artistique. Ses vidéos-promotionnelles, c’était lui-même qui les finançait sans l’espoir de faire des profits éventuels, dans ce sens il reproche à la puissance publique makhzenienne de dilapider de l’argent des contribuables pour faire la promotion des artistes étrangers. Il fait le constat amer d’artistes de talent dans le RIF mis au ban des manifestations culturelles dans le but cynique de tuer l’art local.

Un impressionnant élan de solidarité et d’étonnement affiché par ses connaissances dés que la nouvelle de sa mort est tombé...

Rachid OUFKIR
SIWEL 241542 MARS 15




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche