La mairie (APC) d’Illulen Umalu transformée en "annexe" du commissariat de police

29/04/2016 - 00:04

ILLULEN UMALU (SIWEL) — Un fait gravissime s'est produit aujourd'hui à Illulen Umalu. Le jeune frère du martyr MEZIANI M’henni a été interrogé dans le bureau du président de l’APC (mairie) par le commissaire de police, et ce, en présence de "monsieur le maire", BELKALEM Yazid. C'est ce dernier qui a tendu un véritable guet-apens au frère du martyr MEZIANI M’henni le jour même de l'hommage qui devait lui être rendu ce jeudi 28 avril.


En proie au "doute", le maire BELKALEM Yazid, débourse 700 millions de centimes pour repeindre «sa» mairie aux couleurs du drapeau de Messali Hadj et surtout pour se convaincre d'être "algérien" (PH/DR)
En proie au "doute", le maire BELKALEM Yazid, débourse 700 millions de centimes pour repeindre «sa» mairie aux couleurs du drapeau de Messali Hadj et surtout pour se convaincre d'être "algérien" (PH/DR)
En effet, à sept heures du matin, le frère du martyr MEZIANI M’henni a reçu un appel de la part de BELKALEM Yazid, le président de ladite APC, c'est à dire le maire. Ce dernier a exigé que le frère du martyr se présente à son bureau au siège de la mairie, en compagnie de son père... Le jeune frère, en totale confiance s’y présente mais seul, sans son père.

En arrivant dans le bureau du maire, le frère de la victime du printemps noir découvre alors, dans le bureau du maire, un visage bien connu : le premier responsable du commissariat de Bouzeguene : le commissaire en personne ! Ce dernier, et avec la complicité du maire, a transformé la "maison du peuple" en un centre d’interrogatoire policier. Le jeune homme est alors interrogé comme dans un commissariat en effet :

"Pourquoi as-tu baissé le drapeau algérien ?" lui demande le commissaire. Le frère du martyr répond alors « ce n’est pas une atteinte au drapeau algérien, nous sommes en deuil, et cela s’appelle une mise en berne du drapeau, on l’a fait comme vous l’avez fait au décès de Ben Bella, loin de la polémique »

Le commissaire de police, en agent de répression bien rodé en Kabylie, a essayé de donner des orientations à la cause pour laquelle MEZIANI M’henni a été assassiné par la gendarmerie algérienne : " le martyr M’henni est tombé pour la démocratisation de l’Algérie, c’est un martyr de l’Algérie et non pas de la Kabylie !" ose-t-il lui dire.

Puis le commissaire questionne encore le jeune frère : " y aura-t-il un drapeau kabyle sur le panneau des martyrs du printemps noir qui sera inauguré durant la journée-même ?", ce à quoi le le frère du martyr Mhenni répond : " Oui, un grand drapeau même »

Le président de l’APC (maire) d’Illulen Umalu, au lieu de protéger les citoyens qui l’ont élus, travaille comme "chargé de mission", comme "collaborateur" du régime autoritaire algérien.

A cet effet, le Conseil communal d’Illulen Umalu dénonce avec force les pratiques anti-démocratiques du président de l’APC et l’appelle à prendre ses responsabilités sur toute éventuelle dérive et dérapage qui viendrait de sa part à l’encontre des militants Kabyles de la commune d’illulen Umalu.

Monsieur le président de l’APC, vous êtes chargé par le peuple de gérer les affaires de la commune. Vous n’avez pas été chargé de mission par le peuple pour agir contre les jeunes kabyles.

Vive la Kabylie libre
Vive l’union des Kabyles

Le Conseil communal d’Illulen Umalu

cd/zp/wbw
SIWEL 290004 AVR 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu