SIWEL | Agence kabyle d'information

La coordination MAK de Michelet rend hommage à Mustapha Bacha

08/08/2012 - 23:41

ASEQQIF N TMANA-MICHELET (SIWEL) — La coordination MAK de Michelet a organisé une réunion le 08 août 2012, à laquelle a été invité le président du mouvement autonomiste, Bouaziz Ait Chebib. Un hommage a été rendu à Mustapaha Bacha, décédé il y a 18 ans, d'une crise cardiaque.


Mustapha Bacha, né le 27 Juillet 1956 , décédé le 08 Août 1994. (PH/DR)
Mustapha Bacha, né le 27 Juillet 1956 , décédé le 08 Août 1994. (PH/DR)
La réunion, tenue afin de débattre de la restructuration, du lancement de la Carte d'identité kabyle, prévu pour le 20 août, et des questions internationales relatives aux autres peuples amazighs, a été entamée par une minute de silence à la mémoire de celui qui fût parmi « les 24 détenus » lors du soulèvement kabyle d'Avril 1980.

Pour Tarik Ben sliman, responsable de la coordination, le choix du 08 août pour l'organisation de cette réunion n'est pas fortuit : « C'est une façon pour nous de rendre hommage à Mustapha Bacha et d'exprimer notre détermination à poursuivre son oeuvre pour l'émancipation de notre peuple. »

Le président du MAK, Bouaziz Ait Chebib, a profité de l'occasion pour parler de de ce « militant intègre et incorruptible », natif de Tassaft Ouguemmoun (Ath Yanni) : « du MCB au RCD, deux organisations dont il a été l'un des membres fondateurs, en passant par le GCR et le mouvement syndical qu'il a marqué de son empreinte en créant le premier syndicat autonome, Mustapha a été l'homme de tous les combats justes et nobles », assure le président du MAK, avant d’enchaîner : « La Kabylie est fière d'avoir enfanté ce grand bâtisseur qui avait, comme tous ses compagnons kabyles de lutte, cru et oeuvré pour une Algérie plurielle et démocratique, réconciliée avec son amazighité. Organisateur hors paire, modeste et respectueux du militant de base, clairvoyant, avangardiste, il a été pour nous et restra sûrement pour les futures générations un exemple. »

Bouaziz Ait Chebbib a condamné le fait qu'aucune institution n'est baptisée au nom de Mustapha Bacha. «C'est un crime contre la mémoire collective du peuple kabyle. » s'indigne-t-il, avant d'assurer que « son nom est inscrit en lettres d'or en dépit de l'oubli officiel dont il fait l'objet. »

mld
SIWEL 090114 AOUT 2012




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu