La Libye ne sera pas à Alger pour la Conférence internationale sur la lutte contre le terrorisme au Sahel

04/09/2011 - 18:15

ALGER (SIWEL) — La Libye ne sera pas présente à la Conférence internationale sur la lutte contre le terrorisme au Sahel qui aura lieu les 7 et 8 septembre à Alger, a déclaré, aujourd'hui 4 septembre, Abdelkader Messahel, ministre algérien délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines. « La Libye n’est pas invitée », a lancé M. Messahel. « Le Maroc non plus ne sera pas invité».


Le Palais des nations du Club des Pins, Alger. (PHOTO: DR)
Le Palais des nations du Club des Pins, Alger. (PHOTO: DR)
Explications du ministre : « les quatre pays du champ concernés directement par la lutte contre le terrorisme, le crime organisé et le sous‑développement au Sahel sont l’Algérie, le Mali, le Niger et la Mauritanie. Il y a d’ailleurs un consensus international sur la définition de ces quatre pays du champ », a‑t‑il expliqué.

Néanmoins, la Libye sera au centre des débats de cette conférence qui réunira les ministres des Affaires étrangères des quatre pays du champ et des délégations internationales des États‑Unis, d’Europe et d’Asie, a reconnu M. Messahel. La situation en Libye peut avoir « des répercussions sur la sous‑région, notamment à travers deux phénomènes, à savoir la circulation des armes et le retour massif de personnes chez elles ». « Cela devient une source de préoccupation pour ces pays qui n'ont pas les moyens de faire face à cette situation », a‑t‑il dit. Le ministre algérien a insisté sur le fait que « la sécurité interne de la Libye est l’affaire des autorités de ce pays ». Mais, a‑t‑il dit, la sécurité régionale est l’affaire de tous les pays de la région.»

Cette conférence de deux jours se tiendra à Alger, au Palais des Nations. Son objectif est d'organiser le partenariat à travers, entre autres, la création de coopération entre les partenaires des pays de la région et d'une plus grande complémentarité entre les différentes stratégies et partenariats en direction du Sahel. Les participants débattront des moyens à mettre en œuvre pour lutter contre le terrorisme, le crime organisé et l’aide au développement pour le Mali, le Niger et la Mauritanie.

Le ministère français des Affaires étrangères attire tout de même l’attention des voyageurs, en direction de l'Algérie, sur le «risque terroriste élevé dans le nord du pays». Paradoxalement, le think tank américain Found for peace et le magazine Foreign Policy ont fait gagner dix places à l’Algérie dans leur classement des pays vulnérables du Failed States index. Selon le rapport, cette progression s'expliquerait en partie par la plus grande efficacité du gouvernement algérien à combattre les groupes terroristes.

cc
SIWEL 041815 SEPT11




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu