«La Kabylie est victime d'une conspiration » ! Interview de Ferhat Mehenni à Mondafrique

02/10/2014 - 17:41

DIASPORA (SIWEL) — " En France où tous les rassemblements organisés pour dénoncer cette barbarie furent médiatisés, on se demande pourquoi ceux des Kabyles à Toulouse et à Paris ont été soigneusement boycottés. En Algérie, en dehors de la Kabylie où trois rassemblements eurent lieu et dont l’un fut dispersé violemment par les autorités algériennes, il n’y a eu aucune action ni de sympathie en faveur de la victime, ni de dénonciation et de condamnation du crime."


Rassemblement du Trocadéro, organisé à Paris par le réseau Anavad, pour rendre hommage à Hervé Gourdel et dénoncer l’instrumentalisation du terrorisme par l’Etat Algérien. Un rassemblement qui a drainé bien plus de monde que celui de la mosquée de Paris…au sortir de la prière du vendredi ! MAIS dont aucun média français n’a soufflé un traitre mot !
Rassemblement du Trocadéro, organisé à Paris par le réseau Anavad, pour rendre hommage à Hervé Gourdel et dénoncer l’instrumentalisation du terrorisme par l’Etat Algérien. Un rassemblement qui a drainé bien plus de monde que celui de la mosquée de Paris…au sortir de la prière du vendredi ! MAIS dont aucun média français n’a soufflé un traitre mot !
...

FERHAT MEHENNI : «LA KABYLIE EST VICTIME D’UNE CONSPIRATION»

Chanteur de musique kabyle et figure de proue de la contestation estudiantine des années 1970, Ferhat Mehenni a, depuis son entrée en politique, mis son talent d’artiste au service des causes qu’il a toujours défendues : la liberté, la démocratie et la berbérité. Après l’assassinat de l’otage français Hervé Gourdel, qui entache un peu plus l’image de la Kabilye, il estime que cette région est vicitime d’une campagne de dénigrement par le pouvoir algérien.

Membre fondateur du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie, l’un des premiers partis politiques créés au lendemain de l’ouverture politique en Algérie, Ferhat Imazighen Imoula, de son nom d’artiste, n’a pas tardé à prendre ses distances avec cette formation. Ce militant kabyle est le premier chanteur algérien à avoir marié musique et activisme politique. Ses chansons ont d'abord été censurées avant qu’il ne soit lui-même interdit de séjour et ne subisse d'effroyables représailles. Son fils aîné a notamment été assassiné par des inconnus qui n'ont jamais été arrêtés.

Poudrière kabyle

Contraint à l’exil, il se lance à l’assaut du tabou des tabous. Celui de l’autonomie des régions. Il crée alors le Mouvement pour l’autonomie kabyle qui devient le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) en réaction au silence méprisant du pouvoir d’Alger.

Le sujet est sensible. Depuis quelques temps la Kabylie est secouée par de nombreux évènements d’ordre sécuritaire. D'abord, il y eut l’assassinat du footballeur camerounais Albert Ebossé qui jouait sous les couleurs de la JS Kabylie. D'après la version officielle, l'homme serait mort après avoir reçu un caillou sur la nuque à la fin du match ayant opposé, à Tizi-Ouzou, l’équipe locale à l’USM Alger. Aujourd'hui, l’enlèvement et la décapitation du français Hervé Gourdel par un groupe armé qui a proclamé son alliance à l'Etat islamique ensanglante de nouveau cette région. A deux reprises ces assassinats de ressortissants étrangers ont placé la Kabylie au centre de la chronique internationale.

Dans un entretien à Mondafrique, Ferhat Mehenni livre sa lecture des événements qui font de la Kabylie une région secouée de violences et un foyer du terrorisme aux yeux de l’opinion publique internationale.

ENTRETIEN AVEC FERHAT MEHENNI

Mondafrique. La Kabylie connaît une situation sécuritaire plus instable que les autres régions du pays. On y dénombre pas moins de 81 enlèvements, des embuscades tendues à des unités militaires, des attaques de groupes armés contre les populations et récemment de deux assassinats de ressortissants étrangers. Quelle lecture faites-vous de cette succession d’évènements ?

Ferhat Mehenni. La Kabylie est stigmatisée à tort. Elle est victime d’une conspiration dans laquelle le pouvoir algérien bénéficie de relais internationaux inouïs. La simultanéité des deux événements graves que vous citez le montre aisément.

Sans avoir de rapport apparent entre eux, ils poursuivent en fait un même objectif. Diaboliser la Kabylie dans l’opinion internationale pour la priver des soutiens dont elle a besoin pour son indépendance. Elle n’a aucune responsabilité dans les crimes que les médias tentent de faire passer pour les siens.

D’abord, le footballeur Albert Ebossé n’a pas été tué par des jets de pierres lancés par des spectateurs comme on le dit. Si c’était le cas, il serait tombé mort sur le terrain. Or, il avait regagné les vestiaires sans qu’il soit touché par le moindre projectile. C’était là, dans les vestiaires, qu’il fut assassiné au moyen d’un couteau, le 23 août 2014.

L’Etat algérien qui fait le black-out sur son enquête, avance des éléments faux et invraisemblables. Pour protéger l’assassin qui serait un agent en service commandé, il fallait en maquiller l’acte en faisant croire qu'Albert Ebossé était victime d’une pierre reçue sur la tête. Comment une carotide peut-elle être sectionnée par un jet de pierre ? Par cette fausse version des faits, on cherche à faire passer les Kabyles, à travers les supporters de l’une des meilleures équipes du football africain qu’est la JSK, pour un peuple de racistes et de sauvages.

Un mois plus tard, presque jour pour jour, un touriste français est enlevé en Kabylie, puis décapité. Les auteurs présumés de cet effroyable crime se revendiquent de la nébuleuse terroriste algérienne, composée pour l’essentiel d’agents du pouvoir. Le traitement de l’information par les médias internationaux semble se focaliser davantage sur la Kabylie comme territoire islamo-terroriste que sur la victime.

Or la Kabylie est surtout connue pour être une terre de laïcité et de démocratie. Ses enfants préfèrent descendre dans la rue que de prendre le maquis. Elle n’a aucune place pour l’intégrisme religieux, et encore moins pour son avatar terroriste.

Je m’insurge de toutes mes forces contre ces raccourcis médiatiques qui salissent la Kabylie. Pour laver ces affronts, je demande solennellement à la confédération africaine de football de diligenter une enquête internationale sur la mort d’Albert Eboss. De même le Conseil de Sécurité de l’ONU doit saisir la Cour Pénale Internationale (CPI) pour instruire le dossier Gourdel.

Toutefois, en tant qu’acteur et observateur politique faisant un peu de prospective, je me demande quelle sera la prochaine monstruosité dont on va accabler la Kabylie, les mois prochains ! Ceux qui pensent qu’ils ont réussi leurs coups contre elle, à travers les affaires Ebossé et Gourdel, ne vont probablement pas s’arrêter en si bon chemin.

Il leur faut à tout prix couper l’herbe sous les pieds de l’Anavad, le Gouvernement Provisoire Kabyle en exil, en dressant autour de la Kabylie des murs de calomnies médiatiques anéantissant toute action diplomatique en faveur du droit du peuple kabyle à son autodétermination.

Mondafrique. Hormis un communiqué peu médiatisé, quelle a été la réaction du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) suite à la décapitation d'Hervé Gourdel ?

Ferhat Mehenni. En France où tous les rassemblements organisés pour dénoncer cette barbarie furent médiatisés, on se demande pourquoi ceux des Kabyles à Toulouse et à Paris ont été soigneusement boycottés. En Algérie, en dehors de la Kabylie où trois rassemblements eurent lieu et dont l’un fut dispersé violemment par les autorités algériennes, il n’y a eu aucune action ni de sympathie en faveur de la victime, ni de dénonciation et de condamnation du crime.

Mondafrique. En réaction à l’assassinat du footballeur camerounais de la JSK, Albert Ebossé, le club phare de la Kabylie a subi de sévères sanctions. Comment les responsables qui ont prononcé pareille sanction sauront-ils distinguer les supporteurs kabyles de ceux de leurs équipes adverses ?

Ferhat Mehenni. Je comprends que la confédération africain de football sanctionne un club pour la mort d’un joueur. Mais il me semble que cette décision a été prise sur la base d’un rapport établi par les autorités algériennes, sans lien avec la réalité des faits. A mon avis, c’est l’Algérie qu’elle devrait suspendre et non la JSK.

Quant à la Fédération Algérienne de Football, elle n’a aucune autonomie pour trancher. La décision a été prise par le clan Toufik-Bouteflika. C’est là une sanction contre le fait d’avoir porté aussi brillamment les couleurs de la Kabylie depuis la fin des années soixante. Les succès de la JSK ont entretenu la conscience nationale kabyle.

Boumediene avait même interdit le nom de la Kabylie dans son acronyme. Désormais, le pouvoir algérien va tenter d’effacer jusqu’à son nom de nos mémoires.

Pour quelques années, il faudra apprendre à nous passer de ses victoires. Les Kabyles auront toujours le MAK et l’Anavad pour porter dignement cette conscience, l’amplifier et finir par concrétiser leur profonde aspiration à la liberté.

Mondafrique. Louiza Hannoune, la secrétaire générale et porte-parole du parti trotskiste algérien, le Parti des Travailleurs, accuse votre mouvement, le MAK, d’être l’instigateur de l’enlèvement et l’assassinat du français Hervé Gourdel. Comment réagissez-vous à cette accusation ?

Ferhat Mehenni. Tout le monde sait que cette trotskyste est un pion du clan Bouteflika, et une amie des islamistes dont elle a défendu la cause lors du Contrat de Sant ‘Egidio en 1995. Humainement, elle hait tout ce qui est kabyle. Elle véhicule de nombreux archaïsmes. Toutefois, on peut se demander si sa sortie n’est pas le signe avant-coureur d’une répression sanglante contre les responsables du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie ! L’avenir nous le dira.

Mondafrique. Dans ces conditions, envisagez-vous de déposer plainte contre elle ?

Ferhat Mehenni. Nous ne pouvons pas déposer plainte contre elle pour deux raisons toutes simples. La première est que nous sommes un mouvement illégal, n’ayant aucune existence juridique officielle. La seconde découle de ses protections politiques dans un pays où la justice est aux ordres et dans laquelle nous ne nous reconnaissons nullement. Mais des citoyens kabyles, indignés par ses propos lui ont répondu dans une déclaration publiée par les quotidiens francophones algériens

Source Mondafrique.com

SIWEL 021741 OCT 14
Pour lire l'article depuis sa source, suivre le lien ci-dessous

http://mondafrique.com/lire/politique/2014/10/01/la-kabylie-est-victime-dune-conspiration-pour-ferhat-mehenni-leader-des-aut http://mondafrique.com/lire/politique/2014/10/01/la-kabylie-est-victime-dune-conspiration-pour-ferhat-mehenni-leader-des-aut





Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu