"La Kabylie est ma patrie, le Kabyle est ma langue, et je suis laïc" : Contribution de Mohamed Benarous.

05/04/2016 - 20:07

CONTRIBUTION (SIWEL) — "La Kabylie est ma patrie, le Kabyle est ma langue, et je suis laïc" : contribution de Mohamed Benarous.
Que mes ancêtres soient Kabyles depuis Massinissa ou depuis 1857, je suis Kabyle, un enfant de la montagne, un fils des Bâbords et du Djurdjura. Beaucoup disent que nous ne pouvons pas nous revendiquer comme « pur » Kabyle du fait que durant l’Histoire, il y a eu d’innombrable invasions que ce soit des nomades venus du nord ou de l’orient. Je réponds : en effet, mais une chose est sûre, je suis né sur ce territoire colonisé situé au Nord de l’Afrique que nous appelons « Kabylie » ou « Tamurt n laqbayel» et je partage l’honneur, et l’amour envers ce peuple et cette patrie, et c’est pour cela que je suis Kabyle.


Nous naissons tous quelques part, et cela ne défini pas nécessairement ce que nous sommes, mais nous avons le choix de partager ou de ne pas partager les valeurs d’un pays et notamment ici de ce pays nommé Kabylie.

C’est ainsi que certains se disent Kabyles mais sont des Algériens comme ces personnes intrigantes qui cherche à se faire valoir ou quand d’autres se disent également Kabyles pour défendre une Algérie unie depuis Paris. Peu importe depuis quand nous sommes Kabyles, pourvu que l’on ne la trahisse pas et que l’on soit fier d’être né libre.

Je parle la langue de ma mère, qui elle-même parlait celle de sa mère, qui est aujourd’hui, le Kabyle. Je sais que les algérianistes vont pérorer en me disant que le Kabyle est une langue parlée avec des mots étrangers qu’ils soient principalement français ou arabe. Je réponds que oui, effectivement, vous avez raison, le Kabyle emprunte des mots venus d’autres langues car elle est une langue vivante qui s’enrichie au fil du temps et qui n’est nullement une langue morte telle que le « Tamazight » que vous prônez et qui n’est aucunement parlé. Il se peut, que d’autres langues très proches de la mienne soient pratiquées ici et là, je pense par exemple au Chaoui ou au Chleuh mais cela reste leur langue et leur pays. C’est comme le Français de France ou le Français Suisse ou de Belgique, il y a trois pays, pourtant parlant le Français.

J’ai pu voir, lors de mes voyages, des personnes se déclarant d’une confession pour se protéger et se prémunir de la religion. Cette dernière n’a jamais été le moteur de ma réflexion, il est évident que je suis laïc, ce qui ne veut absolument pas dire que je suis athée, chrétien ou agnostique. Je laisse la croyance à l’individu et je pense que l’Etat ou le peuple ne doit s’occuper de la vie privée. Chaque personne est libre de penser et est capable d’avoir une liberté de conscience, par cela, je n’impose rien au gens sur ce qu’ils doivent être ou ce qu'ils doivent faire.

Je crois que cela nous manque car, depuis que notre peuple a était perverti par les orientaux et les suppôts, nous ne cessons jamais de voir ce que font nos voisins sans jamais vouloir balayer devant leur porte. Pour ma part, je côtoie énormément de Kabyles musulmans, pratiquants ou non, mais surtout, j’ai, par la force des choses et notamment celle du travail, beaucoup d'arabes ou arabophones goûtant aux délices, parait-il de l’alcool et celui de la chair. Aujourd’hui, je les vois, ici parmi nous, grâce à vous, les Kabyles De Service. Il est très facile de rencontrer ces derniers, il y en a partout prêts à tout pour que l’on soit de bon citoyens algériens, que cela se passe avec de l’argent ou de la violence. Il y a tellement d’étranger en Kabylie, que je comprends les raisons endémiques du chômage..

Vous, les KDS, vous recrutez ces importés qui détestent ce que nous sommes au lieu et place d’employer vos semblables. Vous, les KDS, vous participez activement à construire des lieux de culte au lieu d’usines ou centres culturels. Vous les KDS, vous vous exprimez en langue de l’occupant pour préserver votre apanage. Et pour satisfaire vos parrains, vous les KDS, vous favorisez ce qui est le plus déviant et fourbe, ceux qui haïssent notre mode de vie et notre histoire. Enfin, vous les KDS, vous êtes donc les premiers responsables du marasme social et économique de la Kabylie. Sachez une chose, vous les Kabyles De Service, une certitude est née, vos jours sont comptés.

Nous sommes, pour l’instant, beaucoup plus nombreux que les KDS et importés en Kabylie. Il serait donc facile d’endiguer le fléau algérianiste et algérien. Dorénavant, tous les militants, sympathisants pour une Kabylie libre se doivent être solidaire et également soutenir publiquement Ferhat Mehenni et Bouaziz Aït Chebib. Nous sommes unis, nous sommes uniques, nous sommes Kabyles.



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche