La Kabylie est bel et bien en marche pour son indépendance

20/04/2016 - 11:02

KABYLIE (SIWEL) — Ce 20 avril 2016, le peuple kabyle démontre aujourd'hui sa détermination à recouvrer sa souveraineté. Très tôt ce matin, les 3 principales villes de Kabylie se préparaient au grand jour enfin arrivé. Tizi, Vgayet et Tuvirett ont affirmé à la face du monde entier la soif de LIBERTÉ du peuple kabyle


Les services algériens ont travaillé toute la nuit pour parer les routes de Kabylie avec des drapeaux et des milliers de petits fanions algériens mais c'était peine perdue, les citoyens kabyles sont déterminés et accrochent tout le long des routes et sur les balcons des drapeaux kabyles et amazigh. Dans certaines localités, le drapeau algérien a carrément été retiré des frontons pour le remplacer par le drapeau naturel de la Kabylie.

Quant aux rues de Tizi, Vgayet et Tuvirett, elles accueillent des centaines de milliers de manifestants, des jeunes, des vieux, des enfants, des femmes, des familles entières et tous scandant en chœur " Kabylie indépendante !", "pouvoir assassin", "Ass-a azekka, Ferhat Yella Yella", "Ulac smah ulac".

Les chansons de Matoub Lounès, d'Oulahlou, de Ferhat sont entonnées à tue-tête et l'hymne national kabyle est scandé plusieurs fois avec fougue par les manifestants. Grâce à sa composante qui se compte essentiellement parmi la jeunesse kabyle, il y a une formidable ambiance dans les manifestations du MAK, pas un seul drapeau algérien et pas un seul slogan en arabe : Tous pour une KABYLIE INDÉPENDANTE.

Il y a lieu de noter dans la marche du MAK, la présence de nombreux enseignants universitaires, un doyen de faculté ainsi que d'anciens militants de la cause kabyle/amazigh comme Brahim Bengale et Madjid Ait Ouakli...

TIZI-OUZOU : La déferlante MAK

C'est une véritable marrée humaine qui se déverse dans la manifestation du MAK, entre 80.000 et 100.000 manifestants selon les estimations .

Pour éviter toute confusions, le MAK avait rendu public son itinéraire longtemps à l'avance, contrairement au RCD qui avait annoncé qu'il marcherait bien le 20 avril à Tizi-Ouzou mais sans donner d'horaire, ni d'itinéraire, ni de mot d’ordre. Le Jour J,, le RCD se pointe sur le lieu de départ donné par le MAK, affublés des drapeaux de Messali Hadj et des fameux drapeaux amazighs, ceux-ci n'étant désormais plus frappé d'interdit par la direction du RCD...

Bon prince, le MAK fait la fleur au RCD de le laisser démarrer sa marche à partir du point de départ des souverainistes kabyles. Le MAK laisse donc passer le RCD et prend le départ une demi heure après. Avec le MAK, la foule est deux à trois fois plus nombreuse que le 20 avril de l'année dernière, scandant des slogans pour l'indépendance de la Kabylie, des slogans hostiles au colonialisme arabo-islamique qui mine la Kabylie. Le Bachagha Ould Ali El hadi en a pris pour son grade de "ministre indigène"...

Des minutes de silence sont observées en hommage aux victimes de la barbarie arabo-islamique qui assassine impunément tout ce qui n’est pas conforme à sa doctrine criminelle sur plusieurs poins d'arrêts de la marche qui se termine à la place Slimane Azem par les prises de paroles de l'artiste Said Kessas, puis du Président du MAK, un Bouaziz Ait-Chebib des grands jours qui subjugue la foule par son verbe ciselé, et enfin d'un représentant du Mouvement pour l'autonomie du Mzab. La marche est clôturée par le chanteur populaire Oulahlou qui chante i tecveh la Kabylie, pouvoir assassin. La foule se disperse tranquillement... comme quoi, il suffit que les services algériens ne se mêlent pas de ce qui se passe en Kabylie pour que tout aille pour le mieux, ce qui n'a pas été le cas à Tuvirett

VGAYET : Le MAK en Force

La marche du MAK à Vgayet a mobilisé au moins 10.000 manifestants. Partant du campus universitaire de Targa Ouzemmour pour aller vers la place Said Mekbel, la manifestation du MAK a été suivie tout le long de son parcours par un hélicoptère qui a fortement agacé la foule qui scandait en retour " Pouvoir colonial" "Kabylie indépendante".

Mis à part l'arrestation de trois militants de la coordination d'Akbou au niveau de Sidi-Aich qui ont été finalement relâchés vers 11h et qui ont pu rejoindre la marche avec un peu de retard, ainsi qu'un autre militant arrêté à Amizour et qui a été relâché après la marche, tout s'est bien passé.

Il y a eu au moins 10 000 marcheurs qui ont battu le pavé du portail de l'université Targa n Uzemmur vers la place Said Mekbel où la marche a été clôturée par une prise de parole.

Il y a lieu de signaler que l'universitaire berbérisant Rabhi Alloua était en tête de marche avec les membres de la direction du MAK à Vgayet.

TUVIRETT : Le MAK en Force

C'est une mobilisation des grands jours à Tuviret pour le MAK. Malgré une très forte présence de la police algérienne, de policiers en civils et de CRS, et alors que leur seule présence constitue déjà une provocation, la marche du MAK démarre dans les temps depuis l'université de Mohend Oulhadj. Le RCD tente de se coller aux souverainistes kabyles avec des drapeaux algériens. Gentiment mais fermement écartés du parcours du MAK, quelques individus du RCD essayent de déstabiliser les souverainistes Kabyles mais les forces militantes du MAK sont au autrement plus nombreuses que celles du RCD.

La marche démarre de l’université Akli Mohand Oulhadj vers le siège de la wilaya. revendiquant haut et fort l'indépendance de la Kabylie. La marche qui devait se terminer par un lever du drapeau kabyle devant le siège de la Wilaya faillit finir mal en raison de la présence des services répressifs algériens qui a barré le passage de la marche du MAK vers le siège de la Wilaya. Un impressionnant déploiement des forces répressives algériennes a été mis en place pour "sécuriser" les lieux symboliques du "colonialisme arabo-islamique" en terre kabyle : le siège de la wilaya et la statue de l’Emir Abdelkader.

La marche du MAK évite de justesse l'affrontement avec la police algérienne et se rabat sur l’esplanade de la maison de la culture Ali Zammoum où, en lieu et place d'un lever de drapeau, les militants du MAK procèdent à une prise de parole où ils fustigent le Pouvoir colonial algérien, appelant les militants, les étudiants et tout le peuple kabyle à ne pas céder à la colère face aux provocations de l’administration arabo-islamique algérienne et de leurs immondes relais en Kabylie.

zp,
SIWEL 201102 AVR 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu