L’officialisation de Tamazight ne libérera pas le peuple kabyle ! par Farid ATTOUI

27/12/2013 - 10:40

(SIWEL) — Tamazight langue officielle ne sera pas la panacée pour tous nos maux. Elle ne freinera pas l’arabisation de notre peuple qui lui vient de tous côtés tel un tsunami qui ravage tout sur son passage et qui arrache des parcelles entières à notre chère Kabylie. Elle ne nous protégera pas de cette colonisation de peuplement qui demain, fera subir au peuple kabyle les mêmes humiliations que subissent actuellement nos frères mzab sur leurs propres terres. Elle ne nous défendra pas contre leur racisme et leur violence en plein cœur de notre Kabylie. Elle n’épargnera pas à nos filles et à nos femmes leurs voiles et leurs tchadors. Elle ne nous sera d’aucune aide contre leurs plans macabres à notre égard, contre la « salafisation » de nos villes et de nos villages, contre leurs balles bien réelles et bien explosives…


Un immense drapeau amazigh déployé par un militant du MAK pour flotter sur les hauteur de la Kabylie de la Soummam (PH/DR)
Un immense drapeau amazigh déployé par un militant du MAK pour flotter sur les hauteur de la Kabylie de la Soummam (PH/DR)
Malgré les évidences et malgré le temps, certains persistent à croire, et surtout à faire croire, que notre problème est seulement d’ordre linguistique. Ils s’entêtent dans l’erreur, ils s’obstinent dans l’illusion que l’apartheid que nous subissons n’est que culturel, que notre situation de dominés et de peuple sans souveraineté disparaîtra le jour où notre langue sera langue officielle en Algérie. Quelle naïveté et quel déni de la réalité ! Notre chère langue deviendrait ainsi officielle dans un pays qui ne clame que son arabité et son islamité, un pays qui n’a jamais caché son hostilité, sa haine et son aversion pour tout ce qui est kabyle et amazigh. Dans ce pays, le racisme anti-kabyle est le socle fondateur du régime qui le dirige. Tamazight langue nationale et officielle n’y changera rien.

Sont-ils amnésiques à ce point nos chers frères ? Ces chantres de l’officialisation de tamazight comme s’il s’agit d’une fin en soi, comme si c’est la finalité absolue et la fin éternelle de nos malheurs, la délivrance, l’ultime et le suprême qui viendraient subitement mettre un couvercle sur tant d’années de revendications et de combats, en faisant comme si la mission est enfin accomplie et réussie ! Tamazight langue officielle dans ce pays qui ne veut être qu’arabo-arabe serait enfin, à les entendre, le « terminus » pour ce long combat pour notre existence et pour notre indéfectible résistance; après ça, il n’ y aura plus rien à revendiquer, plus rien à exiger, notre désir d’auto-détermination sera mis aux oubliettes, nous serons enfin des citoyens à part entière, des vrais, nous baignerons dans la joie et le bonheur mais nous continuerons, quand même et toujours, à confier notre destin et celui des enfants kabyles entre les mains de ceux qui ne renonceront jamais à leur plan initial : notre disparition de la surface de la terre.

C’est fort plausible, pour un besoin conjoncturel, pour un quatrième mandat du tyran ou pour un énième plan machiavélique de leur part, nos ennemis nous jetteraient un os à ronger, ils concéderaient l’officialisation de notre langue d’autant plus qu’ils savent bien que même officielle, tamazight ne menacera ni leur pouvoir, ni leur langue – l’arabe, la vraie langue officielle de l’Algérie, celle qui est très chère à leurs cœurs-, et ce nouveau statut ne la mettra en aucun cas à l’abri de la régression et de la disparition tant attendue et souhaitée. Ils savent que Tamazight langue officielle ne changera rien car l’essentiel est entre leurs mains et sera toujours entre leurs mains: Le pouvoir.

Tamazight langue officielle, peut-être, et pourquoi pas, mais faudrait-il déjà se rendre à l’évidence et regarder la réalité en face. Nos ennemis continueront à tout diriger et à nous commander, ils continueront à être les maîtres et nous les soumis et les sans voix, ils décideront des moyens à mettre, ou pas, pour notre propre langue, ils nous imposeront la manière de l’écrire - ça ne sera pas de gauche à droite, sûr et certain -, ils mettront de multiples obstacles sur son chemin pour entraver son évolution et son épanouissement, ils la travestiront, la gangrèneront de religion et de bédouinisme, ils l’orientaliseront à leur guise, ils l’arabiseront…Tamazight ne sera plus Tamazight, elle régressera encore et encore, ils la videront de sa vraie substance, ils la ridiculiseront et nous avec. Tamazight ne véhiculera plus les valeurs des Hommes libres, les nôtres, mais les leurs, celles qui nous étaient venues de loin et qui avaient tout saccagé et détruit ; celles qui ont causé tant de maux et de désespérance pour notre peuple et qui continuent à nous tuer à petits feux.

Cette sournoiserie de l’officialisation de notre langue dans une Algérie arabo-arabe, c’est juste pour nous égarer encore un peu plus et tarir notre ambition principale et fondamentale à vouloir être libres.

Tamazight langue officielle ne sera pas la panacée pour tous nos maux. Elle ne freinera pas l’arabisation de notre peuple qui lui vient de tous côtés tel un tsunami qui ravage tout sur son passage et qui arrache des parcelles entières à notre chère Kabylie. Elle ne nous protégera pas de cette colonisation de peuplement qui demain, fera subir au peuple kabyle les mêmes humiliations que subissent actuellement nos frères mzab sur leurs propres terres. Elle ne nous défendra pas contre leur racisme et leur violence en plein cœur de notre Kabylie. Elle n’épargnera pas à nos filles et à nos femmes leurs voiles et leurs tchadors. Elle ne nous sera d’aucune aide contre leurs plans macabres à notre égard, contre la « salafisation » de nos villes et de nos villages, contre leurs balles bien réelles et bien explosives…

Il n’est pas de peuple sans langue certes, mais il n’est pas aussi de langue sans peuple souverain et libre. Que vaudra tamazight langue officielle si son propre peuple est bâillonné, muselé, dominé et sans souveraineté ? Que peut la langue d’un peuple colonisé fut-elle officielle, face à celle du dominant et du colonisateur ? Que vaudra l’officialisation d’une langue si ceux qui la parlent ne sont pas libres ? Que vaudra l’officialisation de tamazight si le peuple kabyle n’est pas souverain, ne décide de rien de son destin et de celui de ses enfants ?

Le peuple kabyle ne subit pas seulement un apartheid linguistique mais un apartheid tout court. Il est temps d’ouvrir les yeux et de voir les choses telles qu’elles sont et non telles qu’elles devraient être. Tamazight langue nationale n’a rien donné et n’a pas empêché sa propre régression, Tamazight langue officielle au Maroc ne l’a pas avancé d’un iota et n’a pas fait de nos frères des citoyens à part entière, ils demeurent toujours à part, discriminés et marginalisés.

Même les plus racistes et les plus radicaux de nos ennemis se sont mis à réciter le même slogan « Tamazight langue nationale et officielle », malins et futés qu’ils sont, ils ne l’officialiseront que pour mieux la travestir et l’enterrer. Nos ennemis sont toujours constants et acharnés pour nous nuire et pour nous faire du mal, leur plan est notre disparition et ils y mettent les moyens nécessaires pour le réaliser. Tamazight langue officielle ou pas.

Tamazight a besoin d’un territoire et d’un peuple libres. Tamazight a besoin d’un peuple kabyle souverain et maître de son destin sur son territoire : La Kabylie. Une Kabylie libre et indépendante offrira à notre langue son espace vital, son « chez-elle », où elle sera protégée, où elle sera la première, l’officielle, la privilégiée et la plus favorisée. Notre langue a besoin d’un état kabyle, de son armée et de sa police. Un état qui mettra tous les moyens nécessaires pour son épanouissement et pour sa modernisation et qui décidera de son écriture, du contenu et des valeurs qu’elle véhiculera.

Combattre pour l’autodétermination de notre Kabylie n’est pas une désolidarisation de nos frères amazighs des autres régions, comme voudraient faire croire et prétendent certains esprits mal-informés ou malintentionnés, mais c’est tout le contraire car, une Kabylie libre sera aussi le refuge et la référence pour tous les berbères opprimés d’où qu’ils soient. « Avant de s’agrandir au dehors, il faut s’affermir au-dedans » disait Victor Hugo.

Un peuple Kabyle souverain doit se préserver des agressions de nos ennemis très résolus à nous faire disparaître. Seules notre police et notre armée défendront notre honneur, protégeront notre langue et notre culture, préserveront notre sécurité et nous épargneront la soumission aux autres. La sécurité des kabyles, comme leur langue et leur destin, doit être aux mains des kabyles.

Le temps est l’ennemi de l’illusion et de l’utopisme. L’arabisation de notre société est déjà fortement entamée, elle avance vite, il n’est plus possible de perdre d’avantage des années dans des revendications pour l’accessoire et dans des débats interminables qui ne servent qu’à faire gagner du temps à nos oppresseurs. Le temps joue pour eux et contre nous. Le moment est venu pour bâtir notre souveraineté et notre état… avant que mon village au pied du Djurdjura ne soit rendu définitivement muet de sa kabylité.


Farid ATTOUI




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu