L’indépendance est ma seule zone de confort (Contribution)

09/10/2016 - 16:03

CONTRIBUTION (SIWEL) — Mas K. A., militant indépendantiste kabyle expatrié nous a fait parvenir son opinion en réponse aux déblatérations ineptes du torchon des généraux algériens : « Dans toute structure, politique ou autre, il n'y a qu'un seul ''Number One'' et ce Leader ‘’Number One’’ doit avoir les deux mains sur le volant pour orienter l'entreprise et avoir le plein droit d'accélérer ou de ralentir». Ci-dessous la contribution dans son intégralité :


Évacuons tout de suite l’inutile et l’insignifiant en nous adressant à un ‘’journal’’ dont le patriotisme se mesure au passé collaborateur de ses mentors-bailleurs de l’Algérie Française.
Ce ‘’journal’’ prétend voir vu une brindille dans l’œil ‘’stalinien’’ du MAK-GPK et oublie la poutre plantée dans les yeux du système politique et idéologique qui le sponsorise.

Alors, nous lui rappelons certains de ses faits, pas tous car sa triste liste est si longue :
- Ce ne sont pas les structures du MAK-GPK qui ont livré à l’ennemi une colonne de patriotes conduite par deux colonels,
- Ce ne sont pas les structures du MAK-GPK qui ont étranglé un stratège et un imminent politicien en avance sur son époque,
- Ce ne sont pas les structures du MAK-GPK qui ont aligné et exécuté froidement et sans aucun procès plus de 450 combattants kabyles le lendemain de ‘’l’indépendance’’,
- Ce ne sont pas les structures du MAK-GPK qui ont étranglé dans un hôtel le Patriarche de la révolution,
- Ce n’est pas au congrès du MAK que des chiens dobermans et gourdins étaient exhibés pour faire taire les voix discordantes …
- Ce n’est pas le MAK-GPK qui use de balles explosives … et détruit des vies, des familles et des rêves …
- Ce n’est pas le gouvernement du MAK-GPK qui peine, en 2016, à assurer l’eau potable dans les robinets pour ses administrés de sa capitale nationale !

Au MAK-GPK, on a une autre culture. Une culture puisée dans les méandres de notre mémoire restée intacte et vigile pour réaliser notre prochaine libération.

Au MAK-GPK, on travaille autrement pour que la Kabylie n’ait plus à en pâtir de vos pratiques politiques moyenâgeuses.

Au MAK-GPK, au besoin, on tient des réunions, des assemblées générales, des congrès et on s’envoie des emails aussi pour débattre, proposer, améliorer, corriger, demander des avis et conseils, … On fait tout cela en Taqvaylit au sens propre et au sens figuré.
Et c’est cela qui vous fait tant vomir de haine de voire la Kabylie renaître et reprendre ses forces.
Ceci étant dit, revenons à l’essentiel et l’important.
Les dernières interventions publiques du Président de l’ANAVAD ne me dérangent absolument pas.

Elles sont conformes aux prérogatives du poste de Président et du contenu du mandat que lui a confié le Congrès et qu’il doit réaliser.

Personnes ne doit se ‘’sentir visé’’ lorsque le Président utilise les prérogatives présidentielles que lui donne ce poste.

Dans toute structure, politique ou autre, il n'y a qu'un seul ''Number One'' et ce Leader ‘’Number One’’ doit avoir les deux mains sur le volant pour orienter l'entreprise et avoir le plein droit d'accélérer ou de ralentir.

Ceux qui y voient ''Staline'' voient en réalité la réincarnation de l'âme kabyle et ils paniquent et tant mieux !

Le Président, avant de s’adresser aux militants et cadres, est le premier à se mettre la barre haute pour lui-même, exigeant qu’il est d’abord envers lui-même en déclarant ‘’ « Je ne suis pas là pour expédier les affaires courantes et militer dans le confort ».

Il est alors en droit d’exiger de la rigueur et de la discipline dans les structures et des Cadres.

Je rêve de le voir, ne serait-ce qu’un soir, déposer la charge et mettre un smoking pour aller dans une loge d’un orchestre écouter la troisième symphonie de Beethoven et oublier ainsi pour un instant Ta3kumt …

Non, il ne le fera jamais, il vendra son smoking et son billet pour ‘’ payer des sandwichs aux militants en Kabylie …’’

Nous avons tous à un moment donné eu l’immense honneur de travailler sur un projet précis et directement avec le Président et sa force est et demeure dans son écoute active et respectueuse des idées et avis émanant de toute l’arborescence du MAK-GPK.

Ces tentatives du pouvoir d’isoler le Président ou de semer le doute parmi ses cadres sont vaines et ne font que renforcer nos rangs et enrichira nos débats et visions sur notre avenir en tant que peuple et nation libres.

En Kabyle, on dit: ‘’Ur keĉem ger yicer d weksum.’’
L'indépendance de la Kabylie doit devenir une zone de confort pour tous les niveaux politiques du MAK-ANAVAD.

Car le pouvoir colonial que nous subissons fera tout pour faire d’une éventuelle autonomie politique de la Kabylie sa seconde zone de confort à lui seul comme il l’est actuellement avec Tamazight langue nationale et officielle selon ses propres règles de jeux.

Si, par respect des pratiques en cours et des usages internationaux, le MAK-GPK avait fait le tournant salutaire de l’autodétermination, c’est pour garantir à la Kabylie et à son peuple un avenir apaisé et de progrès et cela n’est possible que dans l’option de l’indépendance.

L’autodétermination est le mécanisme reconnu et il comprend selon le cas plus d’une option : Statuquo, large autonomie ou indépendance.

Le statuquo étant vite évacué, quel kabyle ferait encore confiance de lier par une autonomie, aussi large soit-elle, les futures générations kabyles à l’Algérie ?

S’il en sera ainsi, alors le sort des futurs Abane, Amirouche, Matoub … qui naitront en Kabylie est dors et déjà scellé.

Non, notre génération ne doit pas hypothéquer l'avenir des futurs enfants de la Kabylie.

Elles ne nous le pardonneront jamais ou pire encore elles deviendront normalisées et oublieront que nous étions un peuple et une nation libre et indépendante avant l'arrivée de la France coloniale et écriront Taqvaylit en caractères arabes !

Notre génération doit remettre tous les leviers de souveraineté, je dis bien tous, entre les mains de la Kabylie. Ces leviers ne lui seront restitués que dans le cadre d’une indépendance. Toute autre option n’est que médecine d’urgence.

Les militantes et militants en Kabylie connectés et couplés par divers moyens aux énergies expatriées à travers les réseaux kabyles de part le monde font un travail colossal qui inspire respect et admiration.

Les réalisations de la diaspora kabyle aux quatre coins du globe font gagner des pas de géant à la cause kabyle.

Il n’y a pas de ‘’Kabyles de l’extérieur …’’. Car combien même il est à Johannesburg, à Kuala Lumpur … le Kabyle ne vibre que pour la Kabylie et son référentiel est le devenir de sa terre natale et participe à sa discrétion à l’effort collectif.

Nous sommes dans la bonne direction et avec la bonne direction aussi.

Mes sincères salutations aux deux Présidents, de l’ANAVAD et du MAK.

Forces et Honneurs aux enfants de la Kabylie !

K. A., militant indépendantiste kabyle expatrié

SIWEL 091603 OCT 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu