L'ignominie à l'algérienne...

13/07/2015 - 13:11

DIASPORA (SIWEL) — Si le prix Nobel de l’ignominie existait, il reviendrait sans l’ombre d’un doute à l’Etat algérien. Sur son injonction, les chaamba, rejetons hilaliens escortés par sa police, assassinent le peuple du M’zab et ses dirigeants font jaser les hymnes infernaux contre Ferhat Mehenni avant de jeter l’hydre policière à l’assaut du militant pour l’Autonomie de M’zab, Kamal Fekhar.

Aucun engagement précis n'est pris pour réconforter le mozabite si ce n’est la menace venant à lui d’un premier ministre qui feint le responsable droit de faire actionner contre lui la machine judiciaire à la manière algérienne, arbitraire et partiale.

Déjà que l’hystérie burlesque et horrifiante des charlatans saoudiens l’a d’avance répertorié dans la catégorie des apostats, ennemis de Dieu, à exterminer. En haut lieux des partis démocrates, la priorité est donnée aux déclarations sophistes qui restent sans attraits sur le dédain du pouvoir, limite si au contraire, elles n’appuient pas, par effet inverse, la haine des services de sécurité algérienne de l’ibadite et du berbère géminés.


Si le prix Nobel de l’ignominie existait, il reviendrait sans l’ombre d’un doute à l’Etat algérien qui pille, assassine et récite ensuite la prière des morts (PH/DR)
Si le prix Nobel de l’ignominie existait, il reviendrait sans l’ombre d’un doute à l’Etat algérien qui pille, assassine et récite ensuite la prière des morts (PH/DR)
Il est clair que dans un conflit comme celui qui se joue à Ghardaïa, l’algérien qui se veut arabe –civil ou militaire- se rallie naturellement aux groupes malékite sans qu’il n’y soit bousculé par le côté religieux de sa personnalité tout bonnement parce qu’instinctivement il est antiberbère.

L’on comprend l’éminente médiocrité Abdelmalek Sellal qui en tant que premier ministre charge sans aucune enquête Kameleddine Fekhar et lui fait porter la responsabilité du drame pour dédouaner par parti pris les Chaambas.

Ce qui force le dégout c’est Ahmed Ouyahia, collabo de première classe d’un type kabyle accentué qui s’assigne le devoir de mériter sa place dans l'antichambre des généraux en poussant le zèle jusqu’à désigner ses "frères" kabyles, plus précisément Ferhat Mehenni à la vindicte des arabistes fanatiques du crime. Fils légitime du système et entremetteur intelligent de son mentor en coulisse, le général Toufik, ce félon Kabyle est prêt à jeter les flammes du napalm sur la terre de ses ancêtres à la gloire de ses maitres algériens, moyens-orientaux.

L’agression de l’Etat algérien contre les populations berbères a le mérite d’être cyclique et il se trouve qui font de l’esprit de bottine avec des peaux de merguez dans les yeux à force d’entretenir le raccourci vers la fameuse main étrangère. Or, la seule main étrangère qui échoit aux populations amazighes est algérienne.

L’infamie se dévoile aussi dans le postulat douteux qui accompagne le principe saugrenu qui dicte au kabyle l’objection de soutenir le Mozabite sous prétexte que celui-ci est religieux ou alors encore incapable de se défaire politiquement de l’Etat algérien. Puis en résulte le néophyte qui ne voit dans l’assistance du MAK à un peuple en danger qu’une manipulation qui soulève le cœur !

Il y a dans le sérail de Bouteflika des clans disparates faits de criminels hétéroclites, lesquels clans font fi de leurs minimes différences au nom d'un intérêt supérieur: celui d’écraser le kabyle et par extension, le mozabite, le chaoui et le Targui. La violence du regard criminel de l’État algérien sur la Kabylie et sur Ghardaïa se précise dans un entrain qui mord le ciel, étouffer leur vœu de liberté est son impératif suprême.

Ainsi, le kabyle, le mozabite ou tout autre se revendiquant amazigh et se dit non concerné est lâche, s’il ne l’est pas, il doit être quelque chose d’approchant.

Djaffar Benmesbah.

SIWEL 131311 JUIL 15




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche