L'écrivain jordanien Nahed Hattar assassiné pour une caricature anti-jihadiste

25/09/2016 - 16:36

AMMAN, JORDANIE (SIWEL) — L'écrivain jordanien, Nahed Hattar, a été assassiné ce dimanche matin devant un tribunal à Amman le jour de son procès où il était jugé pour avoir partagé une caricature qui se moque des islamistes et de la manière dont ils imaginent Dieu et le paradis, considérée comme offensante à l'islam, rapporte l'agence officielle Petra.


Dans cette caricature qui se moque des jihadistes du groupe extrémiste sunnite État islamique (EI), on y voit un jihadiste sur un lit au paradis, entouré de deux femmes, s'adressant à Dieu comme un simple serviteur. Il lui demande d'apporter un verre de vin, et de dire à Gabriel de lui amener des noix de cajou et lui ordonne d'emmener quelqu'un pour nettoyer la chambre et de prendre avec lui les plats vides, avant de lui faire remarquer qu'il devait construire une porte à la tente afin de frapper à la porte avant d'entrer la prochaine fois. (PH/DR)
Dans cette caricature qui se moque des jihadistes du groupe extrémiste sunnite État islamique (EI), on y voit un jihadiste sur un lit au paradis, entouré de deux femmes, s'adressant à Dieu comme un simple serviteur. Il lui demande d'apporter un verre de vin, et de dire à Gabriel de lui amener des noix de cajou et lui ordonne d'emmener quelqu'un pour nettoyer la chambre et de prendre avec lui les plats vides, avant de lui faire remarquer qu'il devait construire une porte à la tente afin de frapper à la porte avant d'entrer la prochaine fois. (PH/DR)
Après avoir provoqué une tollé sur les réseaux sociaux, l'écrivain avait supprimé de son compte la caricature, dont il n'est pas l'auteur, Nahed Hattar avait expliqué sur sa page Facebook que la caricature "ne porte en aucun cas atteinte à Dieu".

Selon l'agence Petra, Nahed Hattar a été tué par trois balles, précisant que "l'assassin a été arrêté". Des témoins ont précisé qu'un homme avait ouvert le feu sur l'écrivain devant le tribunal à Abdali dans le centre d'Amman.

L'écrivain chrétien Nahed Hattar, âgé de 56 ans, accusé par les autorités d'"incitation aux dissensions confessionnelles" et d'"insulte" à l'égard de l'islam, a été arrêté le 13 août dernier, avant d'être libéré début septembre sous caution. L'islam interdit toute représentation de Dieu.

wbw/avec agences
SIWEL 251636 SEP 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu