L’affairiste Ali Haddad et le préfet de Tizi-Ouzou, Brahim Merad, concluent un accord politico-financier pour «casser le MAK»

30/03/2016 - 15:14

TIZI-OUZOU (SIWEL) — En marge de la rencontre de samedi 26 mars à la maison de la culture de Tizi-Ouzou entre l’affairiste-bachagha Ali Haddad et des opérateurs économiques triés sur le volet, une autre rencontre beaucoup plus discrète a eu lieu entre le même Ali Haddad et le préfet (wali) de Tizi-Ouzou, Brahim Merad.

Cette rencontre s’est soldée par un accord politico-financier qui consiste à motiver par un «financement» conséquent des «volontaires» qui auront pour mission «l’impérieuse nécessité» de réussir à «briser» le MAK…


A gauche, Brahim Merad, préfet de Tizi-Ouzou, à droite, l'affairiste Ali Haddad (PH/DR)
A gauche, Brahim Merad, préfet de Tizi-Ouzou, à droite, l'affairiste Ali Haddad (PH/DR)
En effet, lors de la rencontre de samedi dernier à la maison de la culture de Tizi-ouzou, Ali Haddad ne s’est pas simplement contenté de réciter la feuille de route que lui a tracé la présidence de la république algérienne pour diaboliser le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) et attiser la haine arabo-islamique contre toute velléité Kabyle à la liberté et à l’authenticité ; Il a aussi rencontré le préfet (wali) Brahim Merad en vue de trouver une « solution » au MAK.

Pour «régler le problème du MAK» l’affairiste Haddad et le préfet Merad ont convenu d’un accord politico-financier: Le préfet Brahim Merad, en tant que premier représentant de l’Etat algérien dans la région de Tizi-Ouzou, a pour mission d’instruire tous les commissaires de police de la région d’organiser la petite délinquance et les "indicateurs" de quartier en groupes de «Citoyens volontaires contre le MAK». Quant à l’affairiste-bachagha Ali Haddad, c'est à lui que revient le financement de cette opération «Dhedd el MAK» (ndlr, anti-MAK en arabe, langue officielle de l’Etat algérien).

L'accord a été mis en application le jour-même. Le hasard faisant bien les choses, le samedi 26 mars, à 10h et demi, le MAK tenait effectivement un meeting populaire à Iwadiyen (Ouadhias). Brahim Megherfi, le commissaire de police de cette localité s'est chargé de faire appel à un groupe de voyous et de jeunes désœuvrés pour perturber le meeting du MAK et agresser ses animateurs. Quant à Ali Haddad, c'est avec le zèle bien connu des bachaghas qu'il assuré «sidi lwali» qu’il allait payer ces braves «volontaires»...

Cependant, pour en revenir au meeting du MAK à Iwadiyen, il y a lieu de rappeler que parmi les jeunes désœuvrés instrumentalisés par le commissaire Brahim Megherfi, certains réalisant la gravité de ce qui leur était demandé, ont été pris de remords et sont allés présenter des excuses aux animateurs du MAK. Ils ont assuré ces derniers qu’ils ne pensaient pas que c’était «aussi grave que ça» et qu’ils ont vraiment réalisé la gravité de la chose quand le commissaire Megherfi, très contrarié, leur a reproché de ne pas avoir agressé «au couteau» les animateurs du meeting…

Par ailleurs, la population d’Iwadiyen (Oudhias) s'est quant à elle félicitée de la sagesse du MAK. En effet, plusieurs citoyens ayant assisté au meeting ont tenu à féliciter le Mouvement souverainiste kabyle pour son calme et sa maîtrise de la situation malgré le climat de tension que les groupes de voyous ont tenté de leur imposer.

En effet, le meeting s’est bien déroulé et la tentative d’agression dont a été victime le Mouvement souverainiste kabyle s’est finalement retournée contre ses instigateurs. Les citoyens composant l'assistance du meeting ont activement participé à la marche improvisée en fin de meeting pour dénoncer l'agression orchestrée contre le mouvement souvenait kabyle, celui-ci menant effectivement un combat pacifique et civilisé face à un pouvoir mafieux et assassin

cdb/zp

SIWEL 301514 MAR 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu