L'Occident coordonne l'expulsion des ambassadeurs syriens

29/05/2012 - 14:16

PARIS (SIWEL) — La France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, l'Italie, l'Australie et le Canada ont décidé ce mardi de coordonner l'expulsion des diplomates syriens en réponse au massacre de Houla ayant fait 108 victimes dont 49 enfants dans la province assiégée de Homs. D'autres pays suivront le mouvement, selon une source diplomatique à Bruxelles.


L'ambassadrice de Syrie en France, Mme Lamia Chakkour, le 08/06/2011 (PH/BFMTV)
L'ambassadrice de Syrie en France, Mme Lamia Chakkour, le 08/06/2011 (PH/BFMTV)
Paris a annoncé que l'ambassadrice de Syrie en France, Lamia Chakkour, serait expulsée ce mardi ou mercredi mais l'exécusion de cette décision pourait prendre du temps, car Lamia Chakkour est également l'ambassadrice de Syrie à l'UNESCO, dont le siège est à Paris.

A Londres, le ministère des Affaires étrangères a déclaré que le Royaume-Uni a expulsé trois diplomates syriens.

Berlin a presque simultanément annoncé avoir convoqué mardi au ministère des Affaires étrangères l'ambassadeur de Syrie en Allemagne afin de lui signifier son expulsion du territoire allemand.

Canberra, par la voix du ministre australien des Affaires étrangères, Bob Carr, il a été annoncé que Jawdat Ali, le chargé d'affaires syrien en Australie, ainsi qu'un autre diplomate, avaient été sommés de quitter le pays dans les 72 heures.

Ottawa a annoncé en début d'après-midi que le Canada a décidé d'expulser les diplomates syriens encore en poste à Ottawa. Le communiqué du ministre des Affaires étrangères John Baird précise que les diplomates et leurs familles auront cinq jours pour quitter le pays.

A Rome, le ministère italien des Affaires étrangères a annoncé avoir convoqué mardi l'ambassadeur de Syrie pour le déclarer persona non grata en Italie.

Selon une source diplomatique à Bruxelles, il est possible que d'autres pays dont l'Espagne se joignent au mouvement.

Le Président français Francois Hollande a déclaré que le mouvement des expulsions a été coordonnée au plus haut niveau lors de discussions avec le Premier ministre britanique, David Cameron et le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon.

« Nous avons décidé d'un certain nombre de moyens de pression... à appliquer au régime syrien, y compris l'expulsion de ses diplomates » a-t-il ajouté.

wbw
SIWEL 291416 MAI 12




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu