L'Internationale des Services Publics interpelle Bouteflika sur la répression des gardes communaux

21/07/2012 - 11:57

Alger (SIWEL) — L'Internationale des services publics (ISP) s'inquiète de la féroce répression par l'Etat algérien lors de la manifestation des gardes communaux le 11 juillet dernier. Cette manifestation s'est soldée par un mort, plus de 44 interpellations dans de très mauvaises conditions et la disparition de quatre gardes communaux qui restent à ce jour introuvables.


Les gardes communaux empêchés d'aller vers la présidence. PH/DR
Les gardes communaux empêchés d'aller vers la présidence. PH/DR
Le 11 juillet dernier, les gardes communaux ont tenté d'organiser une marche de Blida vers Alger pour exiger le respect de leurs droits et la prise en charge de leurs doléances.

La répression dont ils ont été victimes de la part de l'Etat algérien a suscité l'indignation de l'organisation Internationale des Services Publics (ISP) qui interpelle Bouteflika.

En effet, dans une correspondance officielle, datant du 18 juillet, adressé au chef de l’Etat algérien, cette organisation a condamné l'attitude inhumaine des autorités publics: « Je vous écris au nom de l’Internationale des services publics (ISP), et de ses 20 millions de membres dans le monde entier, pour dénoncer vivement les violations et les atteintes aux droits syndicaux et droits humains en Algérie... Nous avons été informés que lors de la manifestation du 11 juillet 2012, à laquelle ont participé 45 000 gardes communaux pour protester auprès du ministère de l’Intérieur contre le non-respect des promesses faites par le gouvernement, les manifestants ont été victimes d’une violente répression policière.”

Concernant le bilan de cette répression, l’ISP cite dans sa correspondance “la mort de Lasfer Saïd, âgé de cinquante ans, et des centaines de manifestants ont été blessés. Plus de 44 personnes ont été arrêtées dans de mauvaises conditions. Les policiers leur ont confisqué les certificats médicaux prouvant qu’ils ont subi des sévices corporels”.

Il est à rappeler qu'en plus des personnes arrêtées et convoquées pour comparaître devant le tribunal le 26 juillet 2012, quatre manifestants sont toujours portés disparus sans que cela ne semble inquiéter des autorités concernées.

Par ailleurs, malgré la répression dont ils sont victimes, selon le journal en ligne "TSA", les gardes communaux sont déterminés à maintenir la pression. Ils reprendront leur marche sur la Présidence demain, dimanche, selon les propos du délégué national des gardes communaux rapportés par TSA.


zp/cbd
SIWEL 211157 JUIL 12




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu