L’Azawad paye sa défiance vis à vis de l'accord d'Alger : 5 enlèvements et une exécution

24/03/2015 - 14:44

AZAWAD (SIWEL) — Malgré les pressions monumentales exercées sur la Coordination des Mouvements de l'Azawad par ceux qui s’estiment être les dépositaires du droit de vie ou de mort de l'Azawad, autrement dit la France et l'Algérie, la Coordination azawadienne a tenu bon et n’a pas cédé aux pressions et autres menaces de représailles exercées sur elle.

L’accord d’Alger n’a donc pas été signé et par conséquent les représailles n’ont pas tardé à se manifester et, comme de coutume, c’est encore une fois le Mouvement national de libération de l’Azawad qui en a fait les frais. En effet, 5 membres du MNLA ont été enlevés samedi dernier par des « inconnus » et , la veille, un autre membre du MNLA, Mohamed Ousmane Ag Oumar, qui avait été enlevé le 26 février 2015 été retrouvé exécuté.

Étrangement, le MNLA demeure, en toute circonstance une cible privilégiée pour toutes les parties, que ce soit le Mali, La France, l’Algérie, l’AQMI, le Mujao ou encore, en son temps… Ansar Dine et son "fantomatique" Iyad Ag Ghaly, à qui il est pressenti un très prochain retour aux affaires, celui-ci n'ayant pas fini le travail...



Samedi 20 mars, 5 membres du MNLA dans un véhicule de patrouille ont été interceptés par 4 autres véhicules, « non identifiés » », à environ trente kilomètres au Nord-ouest d'Aguelhoc. Le véhicule du MNLA, en panne, a été retrouvé abandonné mais sans ses occupants. Les traces des 4 véhicules de leurs ravisseurs ont conduits les recherches aux abords de Tabankort. La Milice « touarègue »du gouvernement malien, dénommée GATIA (Groupe d’Autodéfense Touareg Imghad et Alliés » semble être à l’origine de cet enlèvement.

Les cinq combattants du MNLA enlevés sont:

Mohamed Ag Alghissawi,
Cheick Ag Bady,
Elmoctar Ag Babahmed,
Alhassane Ag Erlaf,
Ibrahim Ag Sidi Elmoctar.

La vielle de cet enlèvement, un autre touareg, également membre du MNLA, a été exécuté le jeudi 19 mars par des djihadistes, à Techefite, près de Tin-Buktu. Il s’agit de Mohamed Ousmane Ag Oumar qui avait été enlevé le 26 février 2015 dans la localité de Tinagalhaj, à environ quarante kilomètres au Nord de Tin-Buktu par des djihadistes qui l'accusait d'être un informateur des Français.

Par ailleurs, les violations de cessez-le-feu et les actes d'hostilités envers les populations civiles comme envers les positions du MNLA, en particuliers, sont régulièrement commis par l'armée malienne et ses milices sans que ni l'ONU (MINUSMA), ni la France, ni l'Algérie, ni aucun membre de ces « médiateurs de la paix » n'y trouvent rien à y redire.

Lors des consultations avec la société civile, la base militante et les responsables militaires, Bilal Ag Acherif, le Secrétaire Général du MNLA, et Président en exercice de la Coordination des Mouvement de l'Azawad, avait déclaré ceci :

« Il ne s’agit pas à travers ce document de faire la paix, mais plutôt de sauver un mandat ou, j’allais dire, une feuille de route bidon [...] Nous ne signerons absolument rien du tout et pour rien au monde si ce n’est notre statut particulier. Nous n’avons aucune crainte des menaces, ni de la communauté internationale, ni de qui que ce soit. Nous sommes appelés à mourir, autant mourir pour une cause noble. Et même si nous mourons, cette flamme restera allumée. Donc les menaces et toute option autre que le dialogue ne fera qu’amplifier la situation.»

zp,
SIWEL 241444 MARS




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu