L'Assemblée Mondiale Amazighe interpelle le vice-Premier Ministre belge et Ministre des Affaires étrangères à propos des événements de Mzab

30/07/2015 - 22:07

BRUXELS (SIWEL) - Le président de l'Assemblée Mondiale Amazighe, Rachid Raha, accompagné par la présidente déléguée de l'AMA-Maroc, Ibnou-Cheikh Amina, vient de déposer au bureau du cabinet du vice-premier ministre belge et ministre des affaires étrangères et des affaires européennes une lettre en appelant son attention sur la très grave situation des militants mozabites et sur les préoccupantes violations des droits humains commises par l'état algérien dans la région du Mzab.

Siwel publie ci-aprés, le contenu de la lettre:


L'Assemblée Mondiale Amazighe  interpelle le vice-Premier Ministre belge et Ministre des Affaires étrangères à propos des événements de Mzab
Bruxelles, 30 juillet 2015-Z 2965

A Son Excellence M. Didier Reynders
Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères, et des Affaires européennes
Rue des Petits Carmes, 15
1000 Bruxelles



Objet : tueries, violences, abus, exactions et emprisonnement de militants dans la région du M’Zab et l’accord d’association Union Européenne-Algérie


Excellence,

Permettez-nous d’appeler votre attention sur l’alarmante situation de santé physique et psychique catastrophique des militants algériens mozabites qui ont entamé une grève de la faim depuis deux semaines et de vous rappeler de la Résolution du Parlement européen sur l'incarcération des militants des droits de l'homme et des travailleurs en Algérie (2015/2665(RSP) adoptée le 30 avril dernier ( www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+MOTION+P8-RC-2015-0418+0+DOC+XML+V0//FR&language=fr ), où elle est stipulé que :

« l'Algérie est liée par l'article 2 de l'accord d'association, qui stipule qu'un élément essentiel de l'accord est le respect des principes démocratiques et des droits fondamentaux de l'homme, par le pacte international relatif aux droits civils et politiques, par le pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels ainsi que par la charte africaine des droits de l'homme et des peuples, et que l'Algérie a donc l'obligation de respecter les droits de l'homme universels, dont la liberté de réunion et d'association; » et vous priez : « instamment les autorités algériennes de mettre fin à toutes les formes de harcèlement et d'intimidation à l'encontre des militants pour le droit au travail et des défenseurs des droits de l'homme ». En plus vous demandez : « aux autorités algériennes de garantir le droit à un procès équitable et d'assurer au moins la garantie du droit à la défense de tous les détenus, dont les défenseurs des droits de l'homme et les militants pour le droit au travail,… ».

Les autorités algériennes, au lieu de respecter cet accord et améliorer la situation des droits de l’homme, en Algérie, violent délibérément ces droits de l’homme les plus élémentaires. En témoignent les graves événements dans la région du Mzab où les autorités algérienne, dans leur folie obsessive de continuer à mener une politique génocidaire à l’encontre du peuple mozabite, soutiennent la communauté arabophone « Chaânba » contre la communauté autochtone amazighe. Les derniers évènements retiennent l’assassinat de 25 personnes en sus de plus de 70 blessés.

Au lieu de déployer leurs efforts à protéger les personnes et leurs biens, les services sécuritaires Algériens (polices, gendarmes et agents de renseignements) violent tous les instruments internationaux des droits humains et piétinent toutes les lois nationales et conventions internationales ainsi que l’accord d’association avec l’Union Européenne.
En se comportent comme une force coloniale et d’occupation, et au lieu de traduire devant la justice les vrais criminels, les services sécuritaires algériens détiennent des dizaines de militants des droits humains dont notre représentant le Dr. Kameleddine Fekhar, président délégué de l’Assemblée Mondiale Amazighe pour le Mzab. Ce dernier et ses compagnons à qui les autorités algériennes voudraient leur accoler de très graves accusations comme celle d’atteinte à l’intérêt national et outrage à corps constitué se trouvent entre la vie et la mort du fait que leur situation physique et psychique est devenu catastrophique à cause de leur grève de faim qui a duré maintenant quatorze jours.

Les massacres de civils sont très lourds et le bilan ne fait que s’empirer comme en témoignent les photos et les vidéos diffusées sur les réseaux sociaux. Le peuple mozabite aspire à vivre en paix dans ses terres ancestrales et à jouir de ses droits identitaires et culturels et de ses manifestations religieuses.

Excellence,

Dans la résolution précitée, le parlement européen « demande instamment aux autorités algériennes, à la vice-présidente de la Commission et haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et au Service européen pour l'action extérieure d'inclure, dans le futur plan d'action UE-Algérie, un chapitre important sur les droits de l'homme qui exprime la volonté politique ferme d'encourager ensemble, de jure et de facto, la promotion et la protection des droits de l'homme conformément à la constitution algérienne et aux traités internationaux relatifs aux droits de l'homme ainsi qu'aux instruments régionaux africains relatifs aux droits de l'homme auxquels l'Algérie est partie; est d'avis que des objectifs spécifiques en matière de droits de l'homme devraient être adoptés dans le plan d'action UE-Algérie et qu'ils devraient s'accompagner d'un calendrier de réformes à entreprendre par l'Algérie, avec la participation essentielle de la société civile indépendante; demande la définition d'indicateurs permettant l'évaluation objective et régulière de la situation des droits de l'homme en Algérie; »

Dans ce sens, nous vous demandons de faire de votre mieux afin d’exercer une pression sur les autorités algériennes dans le but d’arrêter, immédiatement, cette tragédie humaine, de libérer urgemment tous les détenus politiques, d’arrêter les poursuites contre les militants des droits humains et d’ouvrir une enquête internationale impartiale sur le massacre de ces citoyens pacifistes, à défaut de suspendre carrément l’accord d’association Union Européenne-Algérie.

En vous remerciant de l’intérêt que vous pourrez porter à cette requête et en attendant votre réponse, veuillez agréer, M. Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères, et des Affaires européennes, nos salutations fort distinguées.




Rachid Raha
Président et chargé des relations internationales de l’Assemblée Mondiale Amazighe (AMA)b[



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu