L’Anavad appelle « toute la Kabylie, les Aurès et le Mzab à boycotter ces élections et à exiger chacun son référendum d’autodétermination »

08/04/2014 - 14:05

PARIS (SIWEL) — Dans un communiqué rendu public aujourd’hui, le Gouvernement provisoire kabyle, l’Anavad, au terme de son conseil des ministres tenu le 06/04/2014 est revenu sur la situation qui prévaut en Kabylie en cette période indigeste de manigances électorales algériennes et de de drames en pays Mozabite. Dans cette déclaration, l’Anavad a réitéré son « soutien à la déclaration d’indépendance de l’Azawad » et a invité les Chaouis et les Mozabites à « envoyer des délégations aux marches grandioses du 20 avril prochain pour construire ensemble, sur le terrain, une solidarité indispensable à la victoire de chacun d’entre nous ». L’Anavad a en outre appelé « toute la Kabylie, les Aurès et le Mzab à boycotter ces élections et à exiger chacun son référendum d’autodétermination ». Nous publions ci-après la déclaration dans son intégralité .


ANAVAḌ AQVAYLI UΣḌIL
GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLE
PROVISIONAL GOVERNMENT OF KABYLIA



CONSEIL DES MINISTRES du 06 avril 2014

Un Conseil des Ministres s’est tenu le 06/04/2014 sous la présidence de M. Ferhat Mehenni. L’ordre du jour a été consacré essentiellement à l’actualité en Kabylie, dans les pays Amazighs et à travers le monde.

Le premier point abordé concerne l’élection présidentielle algérienne qui n’arrête pas de défrayer la chronique notamment par les vulgarités et autres agressions verbales du directeur de campagne de Bouteflika, fantôme candidat officiel des généraux.

1-) En effet, l’Anavad et le peuple kabyle expriment leur vive indignation devant les insultes proférées par le représentant de Bouteflika à l’encontre de l’identité Chawie. Dans tout pays un tant soit peu civilisé, ces propos, pour le moins scandaleux, auraient entrainé la démission ou le limogeage de leur auteur sur-le-champ, en attendant des poursuites judiciaires par les victimes. En Algérie, le pouvoir récompense ses voyous.

L’Anavad se tient aux côtés des Aurès et du peuple Chawi qui ont donné tant de brillantes et grandes figures de notre histoire commune. Il les exhorte à revendiquer à leur tour haut et fort leur légitime droit à l'autodétermination.

2-) Le peuple Mzab, quant à lui, est toujours soumis au feu du terrorisme islamiste et des hordes arabes châambies avec le soutien du pouvoir algérien. Celui-ci arme, assiste et finance les agresseurs qui ont déjà tué de nombreuses personnes, pour expulser les Mzabs de leurs terres trop riches en hydrocarbures. Par ailleurs, la résistance de l’identité mzabe faite d’amazighité, d’ibadité et d’insularité oasienne, rappelle la résistance des Kabyles, des Touaregs et des Chawis que cinquante ans d’arabisation ne sont pas parvenues à altérer.

Le Gouvernement Provisoire Kabyle dénonce et condamne de toutes ses forces ce complot génocidaire ourdi contre le peuple amazigh du Mzab qu’il assure de sa solidarité indéfectible. Il exige que cesse le harcèlement judiciaire et policier contre le porte-voix du Mzab, le Dr Kamel Eddine Fekhar.

3-) En Kabylie où la campagne des présidentielles s’est invitée par effraction, ce ne sont pas moins de sept cents personnes, payées et ramenées par bus de localités non kabyles, qui devaient former une assistance nombreuse que les médias à la solde du pouvoir allaient pouvoir faire passer pour des habitants de la région. Vgayet (Bejaïa) ne s’est pas laissé faire. La ville a empêché le meeting de la honte que devait animer le 05/04/2014 le même scandaleux personnage qui n’a dû son salut qu’à la fuite par hélicoptère militaire. L’Anavad adresse ses félicitations les plus chaleureuses aux citoyens qui ont ainsi fait montre de bravoure, de civisme et de patriotisme kabyle.

L’Anavad met en garde le pouvoir de Bouteflika et de ses séides contre toute tentation de représailles sur des citoyens qui lui ont fait passer ce message simple et clair : « En Kabylie, vous n’êtes pas en terrain conquis, vous n'êtes pas chez vous ! Vous avez le droit, en tant que voisins, de nous rendre visite, mais en nous respectant en tant que peuple kabyle. La Kabylie veut sa liberté pour ne plus subir les humiliations auxquelles vous la soumettez depuis 1962. Vive la Kabylie kabyle ! »

Le lendemain, c’est à quatre heures du matin qu’un dispositif répressif, composé de milliers de militaires et d'engins blindés, est déployé dans la ville de Tizi-ouzou où, les centaines de personnes étrangères à la Kabylie avec l’assistance de quelques félons ont pu remplir le contrat pour lequel elles ont été payées. Le meeting, même tenu très tôt, a été accueilli à coup de jets de pierres et a suscité une indignation profonde de toute la Kabylie.
Les médias antikabyles (Echorouk-tv et Ennahar-tv…) n’ont pas cessé d’appeler à la vengeance contre les Kabyles, les Chawis et les Mzabs. Enfin, pour eux et pour leurs donneurs d’ordre au sommet de l’armée et de l’Etat, tous les Amazighs sont des empêcheurs d’arabiser et de gouverner en rond.

L’Anavad appelle toute la Kabylie, les Aurès et le Mzab à boycotter ces élections et à exiger chacun son référendum d’autodétermination.

Il invite les Aurès et le Mzab à envoyer des délégations aux marches grandioses du 20 avril prochain pour construire ensemble sur le terrain une solidarité indispensable à la victoire de chacun d’entre nous.

Au niveau international, la démission du gouvernement malien, moins de six mois après sa nomination, est la preuve qu’il n’y a pas de « peuple » ou de « nation » malienne. Le Mali est un Etat artificiel qui ne peut exister que contre les peuples qu’il soumet par la dictature installée et soutenue par la France néocoloniale de François Hollande.

Le Gouvernement Provisoire Kabyle réitère son soutien à la déclaration d’indépendance de l’Azawad.

En Libye, les Amazighs sont à la recherche de leur Etat. L’Anavad les soutient et les exhorte à exiger explicitement le droit à leur autodétermination et non quelques miettes de reconnaissance de leur langue.

Enfin, le Gouvernement Provisoire Kabyle, après avoir passé en revue le référendum qui s’est déroulé en Crimée, souhaite que l’Occident, tout en tenant compte de ses intérêts géostratégiques légitimes, n’en vienne pas à remettre en cause l’une des pierres angulaires du droit international, le droit des peuples à leur autodétermination consacré par l’article 1, alinéa 2 de la Charte des Nations Unies.

Fait en exil, le 07/04/2014
Pour l’Anavad
M. Makhlouf IDRI, Porte-parole





Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu