L'Algérie bloque l'enquête canadienne sur la prise d'otages d'In Amenas

02/02/2013 - 16:21

OTTAWA (SIWEL) — « Nous n'avons reçu aucune information des autorités algériennes pour corroborer leurs allégations » a déclaré Rick Roth, un porte-parole du ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird,


Le ministre canadien des Affaires étrangères, John-Baird avec son homologue algérien, Mourad Medelci, le 28/09/2012 à New York (PH/DR)
Le ministre canadien des Affaires étrangères, John-Baird avec son homologue algérien, Mourad Medelci, le 28/09/2012 à New York (PH/DR)
Près de deux semaines après que le Premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, ait déclaré qu'un Canadien aurait joué un rôle de premier plan dans l'attaque, des agents de la GRC (Gendarmerie royale du Canada) et le SCRS (Service canadien du renseignement de sécurité) envoyés à Alger , pour tenter d'aider l'enquête algérienne. se sont vus refuser l'accès à des documents, des témoins et des échantillons de tissus,

« Un Canadien était parmi les terroristes, son rôle était de coordonner l'attaque ]g avait déclaré le premier ministre algérien Abdelmalek Sellal au lendemain de l'assaut final donné par l'armée algérienne sur le site gazier de Tiguentourine, précisant le nom du Canadien comme étant "Chedad".

Jusqu'à ce qu'un éventuel passeport canadien soit remis à des agents canadiens, il sera impossible de déterminer s'il était authentique et correctement délivré à un citoyen canadiens, ou s'il s'agit d'un passeport réel obtenu frauduleusement.

Selon des responsables assistant à ce bras de fer diplomatique, les agents canadiens ont également échoué à obtenir des dents ou des échantillons de tissus, vitaux pour toute tentative de faire correspondre les identités des listes de surveillance des terroristes au Canada.

wbw
SIWEL 021621 FEV 13




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu