L'AMA/ Les Amazighs interpellent le Conseil de Sécurité de l’ONU à propos de l’Azawad

05/02/2015 - 13:16

BRUXELLES (SIWEL) —Dans un courrier adressé au Président du conseil de sécurité de l'ONU, l'Assemblée mondiale Amazighe (AMA) interpelle le Conseil de sécurité de l'ONU " interpelle les Nations Unies et tout particulièrement le Conseil de sécurité afin que la situation ne se détériore encore plus en Azawad. Nous rappelons que ni la France, ni l’Algérie et encore mois les autorités maliennes ne veulent sérieusement une résolution juste et durable aux conflits armés de l’Azawad et sont inaptes à trouver une solution politique satisfaisante et dans l’intérêt des différentes parties en conflit.". Nous publions ci-après, l'intégralité du courrier en question




Monsieur le Président du Conseil de Sécurité De l’Organisation des Nations Unies (ONU)

Objet : Sécurité et paix dans l’Azawad

Monsieur le Président du Conseil de Sécurité,

L’Assemblée Mondiale Amazighe (AMA) est au regret de devoir vous interpeller au sujet de la sécurité et de la paix en Azawad, notamment, après l’agression des forces de la MINUSMA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali) des positions du MNLA. Les bombardements par des avions à Tabankort, près de Gao, le mardi 20 janvier dernier, ont coûté la vie à plusieurs personnes dont en particulier de nombreux civils. Ceci va à l’encontre des principes élémentaires du droit international humanitaire et du rôle sensé être suivi par une mission des Nations Unies pour le maintien de la paix.

La MINUSMA a manqué à son rôle de neutralité, de soutien au processus politique et de stabilisation de la région, en prenant partie en faveur des milices pro-maliennes contre les mouvements de libération d’Azawad. Cette agression de la MINUSMA a donné lieu à de nombreuses manifestations dans plusieurs localités à Ber, à Kidal, à Aguelhoc, à Tinzawaten… Cette agression engage la responsabilité pénale de la MINUSMA et le Conseil de sécurité est appelé à s’en désolidariser.

L’AMA interpelle les Nations Unies et tout particulièrement le Conseil de sécurité afin que la situation ne se détériore encore plus en Azawad. Nous rappelons que ni la France, ni l’Algérie et encore mois les autorités maliennes ne veulent sérieusement une résolution juste et durable aux conflits armés de l’Azawad et sont inaptes à trouver une solution politique satisfaisante et dans l’intérêt des différentes parties en conflit.

Le Mali poursuit à l’encontre de l’Azawad une politique et des mesures qui ne font que perpétuer le problème avec de graves répercussions sur la population de l’Azawad : Cette dernière souffre de la mauvaise gouvernance, des discriminations politiques, économiques, sociales, culturelles, ethniques, de l’analphabétisme, des famines, les sécheresses, des détournements des aides et financements destinés aux populations, des conflits tribaux et ethniques, de l’emploi aux sales besognes, des cadres fantoches de l’Azawad, au détriment des populations,…

Le Mali a livré le territoire de l’Azawad aux trafiquants de drogue, aux terroristes et autres, à l’intervention armée, dans le dessein de parachever le travail de génocide déjà entrepris depuis 50 ans. En outre, il est impensable que les Nations Unies continuent à confier la résolution de ce grave problème aux mêmes États qui en sont à la base, à savoir la France et l’Algérie.

L’AMA rappelle solennellement à l’ONU que de la stabilité de la Région Sahel/Sahara dépend étroitement d’une solution juste et durable de la question de l’Azawad qui perdure malheureusement depuis plus de 50 ans.

Pour sa crédibilité, l’ONU n’a d’autre choix que de :

1. soutenir le projet d’autodétermination pour l’autonomie de l’Azawad, la mise en œuvre du droit à l’autonomie des peuples touaregs et azawadiens, dans le respect de la déclaration universelle des droits des peuples autochtones et des autres instruments internationaux pertinents et de mettre en place une démocratie effective, réelle et participative, dans le cadre d’un Etat fédéral malien.

2. rechercher et engager la responsabilité des responsables des bombardements sous couvert de la MINUSMA.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, nos salutations distinguées.

Rachid RAHA

Président de l’AMA

Copies à :

– Messieurs les membres du Conseil de sécurité ;

– Monsieur le Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies.

ASSEMBLEE MONDIALE AMAZIGHE

Rue de Fierlant n°86,1190 Forest, Bruxelles

GSM: 00 212 668 292 153

Fax: 00 212 537 727 283


assemblee.mondiale.amazighe@gmail.com




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu