Kidnappings en Kabylie : marche demain à Azeffoun pour exiger la libération de H. G.

20/10/2012 - 15:50

AZEFFOUN (SIWEL) — Les habitants de la localité d’Azeffoun, à une soixantaine de kilomètres au nord-ouest de Tizi-Wezu, marcheront demain, dimanche, à l’appel de la cellule de crise, créée au lendemain du kidnapping d’un jeune homme de 19 ans, H.A, fils d’un entrepreneur, natif de la localité.


La Kabylie enregistre son 71e rapt. PH/DR
La Kabylie enregistre son 71e rapt. PH/DR
La victime a été enlevée dans la soirée de jeudi dernier, 18 octobre, alors qu'elle se rendait à son village à bord de sa voiture de marque Peugeot Partner. Depuis, aucune nouvelle de la victime n'est parvenue à ses proches.

En réaction à cet enlèvement, la population a décidé de se mobiliser et de demander la libération immédiate du jeune enlevé. Seule la mobilisation citoyenne est à même de venir à bout de cette terreur érigée en mode de fonctionnement en Kabylie, depuis quelques années. A rappeler que c’est le 71ème enlèvement enregistré en Kabylie depuis l’année 2005.

De son coté, le Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie (MAK), a appelé les citoyens à se joindre massivement à la marche.

dans une déclaration rendue publique, le mouvement kabyle a rappelé que la Kabylie enregistre son 71e kidnapping. Les quelques entrepreneurs, qui y restent sont la cible permanente du délit du même genre.

Armés de leur seule conviction et fidélité à la région, ils tentent tant bien que mal de résister face à la déferlante des intégristes, de l’Administration et des ravisseurs. La plupart des entrepreneurs kabyles ont délocalisé depuis quelques années. Près d’une centaine a déjà quitté la région pour s’installer ailleurs. Ils ont quitté la région sous la menace de la mort, de la faillite programmée par les impôts et surtout la pression exercée sur eux par le pouvoir.

Les expériences passées ont montré que le pouvoir algérien, allié des islamistes terroristes et des bandits de tout acabit n’a jamais déployé le moindre de ses efforts pour sécuriser la région malgré la présence de plusieurs dizaines de milliers de militaires, de policiers et de gendarmes. Face à cette situation, seule la mobilisation citoyenne kabyle est à même de venir à bout de ce phénomène qui met à genoux la région, avec la complicité, bien évidente, du pouvoir algérien.

Le Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie, MAK, condamne avec la plus grande force les kidnappings qui touchent la Kabylie, et prend pour responsable le pouvoir algérien, qui à travers l'indifférence criminelle de ses forces de répression fortement présentes en Kabylie, ne fait qu'amplifier et cautionner ce phénomène.

aai/tt
SIWEL 201550 OCT 12




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu