Kidnappings en Kabylie : des centaines de personnes à Azeffoun pour exiger la libération d'Aghilès Hadjou

21/10/2012 - 16:03

AZEFFOUN (SIWEL) — Ils étaient plus de 2 000 personnes a avoir répondu favorablement à l'appel à la marche initiée par lacellule de crise du village Aït Illoul,dans la commune d'Azeffoun, à 60 km au nord-ouest du chef lieu de Tizi-Ouzou, pour exiger la libération du jeune Aghilès Hadjou, en captivité depuis jeudi 18 octobre.


Ghilès Hadjou, la victime du kidnappings. PH/DR
Ghilès Hadjou, la victime du kidnappings. PH/DR
Une cellule initiée pour rappel, suite à l’enlèvement jeudi dernier, 18 octobre, du jeune Aghilès Hadjou, âgé de 19 ans, fils d’un entrepreneur. Les manifestants ont brandi des banderoles où il était écrit « Halte aux kidnappings », « Libérez Aghilès ».

Conjointement à cette marche, une grève de deux heures à été décrétée par la cellule de crise, une démarche suivie massivement par la population qui a dénoncé énergiquement ce 71 ème enlèvement qu’enregistre la Kabylie.

Selon des membres de la cellule de crise : « Nous sommes sans nouvelles de Aghilès et à ce jour, les ravisseurs ne se sont pas encore manifestés ».

Sur place, une délégation du Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie, MAK, conduite par son président M. Bouaziz Ait Chebib a participé à la marche. « Nous sommes ici apporter notre soutien à la famille de la victime, dénoncer les kidnappings en Kabylie, condamner le silence habituel et criminel synonyme de complicité des autorités algériennes », a indiqué M. Ait Chebib.

Lors de la prise de parole, les maires des communes d’Azeffoun, Aït-Chaffaï, Aghribs, Iflissen, Tigzirt et Akerrou ont appelé les ravisseurs à relâcher le jeune Aghilès. A signaler qu'aucune condamnation du silence des autorités algériennes n'a eu lieu.

tt/aai/wbw
SIWEL 211603 OCT12




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu