Kamira Nait-Sid à la 15è session du Forum permanent des Peuples autochtones : " Même l’ONU ne nous entend pas lorsque nous crions, même très fort ! "

18/05/2016 - 15:33

NEW YORK, USA (SIWEL) — La quinzième session de l’instance permanente des Nations unis sur les questions autochtones s’est ouverte lundi 9 mai à New-York, au siège des Nations-Unis. Hier, mardi 17 mail, Kamira Nait-Sid est intervenue au titre de présidente du Congrès Mondial Amazigh pour dénoncer le dni de droit, de justice et d’égalité dont sont victimes les peuples amazighs.

Siwel publie ci-après l’intervention de la présidente du congrès Mondial Amazigh, Mme Kamira Nait-Sid


Kamira Nait-Sid, à New York au siège des Nations Unies pour la 15e session du Forum permanent des Peuples autochtones (PH/DR)
Kamira Nait-Sid, à New York au siège des Nations Unies pour la 15e session du Forum permanent des Peuples autochtones (PH/DR)
Quinzième session de l’instance permanente des Nations Unis sur les Questions autochtones, du 09-20 Mai 2016, Siège des Nations-Unis, New-York

Intervention de Kamira Nait-Sid, présidente du Congrès Mondial Amazigh



Mas Aslway, aytma/yestma,
Azul fellawen

Monsieur le président, frères et sœurs autochtones je vous salue.

Nelson Mandela disait : « Je ne suis pas vraiment libre si je prive quelqu'un d'autre de sa liberté. L'opprimé et l'oppresseur sont tous deux dépossédés de leur humanité. »

Les Amazighs, peuples autochtones de Afrique du nord et du Sahel, comme tous les peuples autochtones subissent toutes formes de violences, l’aliénation, la spoliation, l’assimilation forcée, les persécutions, l’oppression. Les révoltes que nous avons menées sont très souvent réprimées dans le sang.

Dans le Mzab
Depuis plus de 2 ans (2013) de graves violences perpétrées par des groupes appartenant à la communauté arabe Chaamba contre le peuple Amazighe du M’zabs avec le soutien des autorités, policières et judiciaires algériennes. En année 2015 une trentaine de Mozabites sont assassinés et une cinquantaine d’autres sont emprisonnés arbitrairement, dont le Dr. Kamel-Eddine Fekhar, défenseur des droits de l’Homme, attendent depuis près de 11 mois leur jugement.

Cette terreur dans la vallée du Mzab, a pour but de casser le projet du MAM (le Mouvement pour l’autonomie des Mzab)

En Kabylie
Les autorités judiciaires et policière algériennes harcèlent sans cesse les défenseurs des droits des Amazighs et particulièrement les membres du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) : Arrestations arbitraires, intimidation, criminalisation du militantisme pacifique et campagne médiatique haineuse, mensongère et diffamatoire contre les militants du MAK. Des mesures radicales doivent être prises à l’encontre de ces médias de la haine qui rappellent à plus d’un titre la propagande qui a causé le génocide Rwandais.

L'incitation au meurtre du leader du mouvement pour l’autodétermination de Kabylie dans les medias et les islamistes

Il faut rappeler que le MAK lutte pacifiquement conformément au droit légitime et reconnu par les textes des Nations unies, à savoir le droit des peuples autochtones à l’autodétermination.

Au mois de novembre 2015, la police a scellé et fermé notre entreprise familiale sans aucun justificatif légale .Ma famille et moi-même, sommes victimes de harcèlements et pression des autorités algériennes. Cet acharnement a pour but de nous priver de toute ressource financière afin de m’empêcher de poursuivre mon action de défense des droits des Amazighs et des droits de l’homme en général

A Tamanrasset
Un village entier de touaregs a êtes détruit par la police algérienne et les habitants chassés et matraqués.


Au Maroc
En ce moment même, environ 80 ouvriers de la mine d’Awam au Maroc font grève à 800 m en dessous de la surface et leurs familles manifestent dans les rues pour dénoncer : le non respect des mesures de sécurité! Car la particularité de cette mine est d'être entre autres, particulièrement meurtrière

Les habitants du village d’Imider au Maroc sont en sit-in permanent depuis 5ans contre la Société minière qui exploite l’argent, qui les dépossède abusivement de leur terre et de leurs ressources naturelles, notamment l’eau, ressource rare et vitale pour cette communauté vivant dans une zone désertique du sud-est du Maroc

Nous menons un combat à armes inégales avec les Etats : Ils ont les forces armées, l’administration, l’a-justice, l’argent, la reconnaissance internationale. Nous, rien de tout cela !

L’impunité dont jouissent les Etats: Même l’ONU ne nous entend pas lorsque nous crions, même très fort ! Le sentiment d’injustice est alors très fort et les jeunes en particulier ne trouvent pas d’autre recours que la révolte…

Pour éviter les drames à répétition, il faut absolument arriver à trouver des mécanismes contraignants pour obliger les Etats à respecter effectivement leurs obligations notamment en matière de droits humains, à respecter la résolution de la 1er conférence mondiale des peuples autochtones et la déclaration des droits des peuples autochtones notamment le droits à l’autodétermination, soit sous la forme d’une autonomie de leur territoire comme (Mzab, pays Chawi en Algérie), soit sous la forme de l’indépendance comme en Kabylie, l’Azawad, le Rif et l’Archipel de Canaris .

Tannemirt
Je vous remercie

Kamira Nait Sid
Présidente du Congrès mondial Amazigh (CMA)

New York, le 17 mai 2016


SIWEL 181533 MAI 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu