Journée d’étude sur la toxicomanie à Tizi-Ouzou en l'absence des services de sécurité sensés faire le bilan

09/04/2011 - 15:37

TIZI-OUZOU (SIWEL) — Le CHU de Tizi-Ouzou a abrité samedi matin une journée d’étude sur la toxicomanie. Les conférenciers, dont le Pr Ziri, directeur du CHU sont revenus sur la loi 04-18 du 25.12.2004, relative à la prévention et à la répression de l’usage et le trafic de stupéfiants.


Journée d’étude sur la toxicomanie à Tizi-Ouzou en l'absence des services de sécurité sensés faire le bilan
Le DG du CHU a relevé l’absence des magistrats et de la police, conviés à la rencontre. Pour le Pr Ziri « La frange de la population la plus exposée à ce fléau sont les adolescents en manque de repères » et d’ajouter « l’Algérie à l’instar des autres pays du monde n’a pas été épargnée par ce « fléau ».

Un fléau, dit-il, aggravé par la situation géographique au voisinage du Maroc premier producteur de cannabis dans le monde (60% de la production mondiale), ainsi que les pays du Sud du Sahara. « Le cannabis reste la drogue la plus prisée par les toxicomanes algériens avant les psychotropes », a révélé le conférencier.

Les études réalisées depuis 1990 ont démontré que le phénomène de la toxicomanie est en extension et est le plus souvent un jeune adulte, célibataire, au chômage. Les produits utilisés sont: le cannabis, l’alcool, les psychotropes (benzodiazépines), les solvants et les drogues dures, alors que la moyenne d’âge de la première consommation se situe entre 17 – 18 ans.

tt
SIWEL 09 1438 AVR 11




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu