Interview du président du MAK : « Les législatives algériennes ne nous concernent pas. Le peuple kabyle est appelé à se mobiliser pour Yennayer et le 20 Avril »

11/10/2016 - 16:17

KABYLIE (SIWEL) — Dans une interview que nous a accordée le président du MAK, Mas Bouaziz Ait Chebib est revenu sur l’actualité politique en Kabylie, notamment sur l’éventualité d’un Congrès extraordinaire, sur les législatives algériennes, la répression, les convocations, la solidarité, etc...
Siwel publie, ci-après, l'intégralité de l'entretien :


Interview du président du MAK : « Les législatives algériennes ne nous concernent pas. Le peuple kabyle est appelé à se mobiliser pour Yennayer et le 20 Avril »
M. Ait Chebib, quel bilan faites-vous du Mouvement depuis que vous êtes à la tête du MAK ?

Avant de répondre à votre question, je dois rappeler que mon élection à la présidence du MAK n’a pas été un choix personnel mais une nécessité, un devoir auquel je n’ai pas pu échapper. J’ai toujours été un militant de terrain, nullement intéressé par les postes à responsabilité qui vous imposent une certaine réserve et je ne voulais pas postuler à cette fonction en 2011. Cependant, vu la crise qu’avait traversée le MAK à cette époque, tous les cadres qui ont été invités à se porter candidats avaient refusé d’en prendre la responsabilité et c’est ainsi que je m’étais trouvé par la force des choses à la tête du MAK, un Mouvement que nous avions créé le 5 juin 2001 sous la houlette de Ferhat Mehenni et que j’ai servi depuis à ce jour en lui consacrant toute ma vie.

Concernant le bilan du Mouvement depuis que j’en ai pris la tête, de l’avis de tous, il est globalement positif, tant en terme de conscientisation du peuple kabyle qu’en terme de structuration du Mouvement jusque dans les coins les plus reculés de Kabylie. J’ai sillonné avec d’autres cadres tout le territoire kabyle des années durant, à travers l’organisation de centaines de meetings, de conférences, d’installation de sections et de coordinations. C’est ce qui a permis au MAK de s’implanter partout en Kabylie et de lui conférer une suprématie politique quasi absolue en Kabylie, notamment depuis 2014, en étant omniprésent sur le terrain et en réussissant de grandioses marches à l’occasion de Yennayer et du 20 avril.

Dès aout 2012, nous avons établi des milliers de cartes d’identités kabyles en Kabylie, au nez et à la barbe du régime colonial algérien. Nous avons organisé les votes pour l’élection du drapeau kabyle, accomplissant par là un acte citoyen kabyle de haute symbolique. Nous avons organisé des levers de drapeau kabyle un peu partout, célébré la Journée de la Nation sous la protection des citoyens. La forte mobilisation citoyenne suivie de la répression féroce des services algériens à l’occasion du 14 juin dernier, notamment à Laverâa N’At Iraten a définitivement consacré cette date comme journée de la nation kabyle.

Toutes ces actions incarnant les prémices de la souveraineté kabyle ont été menées grâce à l’engagement indéfectible de la direction, comme de l’ensemble des militants. Et je pourrais encore citer beaucoup d’autres actions, telle que la grandiose action de solidarité en direction des sinistrés de l’hiver 2012 sur l’ensemble du territoire kabyle, comme les questions de l’environnement qui ont été mises au cœur de notre combat. Nous avons également aidé plusieurs associations et auteurs qui travaillent dans le domaine de la promotion de la langue et de la culture kabyles. Nous avons réhabilité la mémoire des hommes et des femmes kabyles qui ont marqué notre histoire après avoir été cachés, oubliés, ou carrément détournés au profit de l’Algérie arabo-islamique, telle que Fadma N Summer par exemple qui est qualifiée d’héroïne algérienne alors qu’avant 1857, année de la défaite kabyle face au colonialisme français, la Kabylie n’était même pas encore annexée à l’Algérie que la France avait créée de toute pièce.

Je voudrais aussi souligner qu’après avoir été accusé à tort d’écarter des militants kabyles qui ne partagent pas ses opinions et d’agir sans aucune concertation, le MAK a donné une leçon magistrale de démocratie, d’unité des rangs et d’appels à la fraternité, en organisant en octobre 2014 la conférence nationale kabyle où tous les acteurs politiques kabyles, y compris le RCD et le FFS, avaient été conviés. Dès mon élection le 9 décembre 2011, j’ai tout fait pour que le MAK entretienne des relations de fraternité et de convivialité avec l’ensemble des acteurs politiques kabyles et c’est de cette manière que nous avons réussi à mettre un terme aux interminables polémiques qui envenimaient les rapports au sein de la mouvance kabyliste pour instaurer une nouvelle culture, celle du respect, de la fraternité et du débat démocratique.

Grâce au formidable investissement de ses militants, le MAK s’est imposé en tant qu’organisation qui s’inscrit et dans les valeurs kabyles et dans l’universalité, notamment à travers son discours et son soutien actif à toutes les causes justes et à toutes les victimes de l’arbitraire. De plus, sur le plan international, les secrétaires nationaux que j’ai nommés en France, en Espagne et au Canada ont été d’un apport des plus positifs au président de l’Anavad, Mas Ferhat Mehenni, notamment en lui organisant des rencontres avec des députés et des responsables politiques, secondant ainsi le président de l’Anavad dans l’internationalisation de la question kabyle, établissant les contacts, tissant les liens d’amitié et de solidarité avec les peuples amis et frères, à l’image des Kurdes, des catalans et des autres peuples amazighs. En Tchéquie, en Suisse, au Canada, en Afrique du sud et aux USA, tant à Philadelphie que devant le siège de l'ONU, ce sont encore les responsables nommés par la direction du MAK qui ont organisé les levers de drapeaux kabyles pour le compte, et sous l’égide de l’Anavad.

Je voudrais aussi souligner que la répression a commencé dès mon accession à la présidence du MAK. Ma première marche en tant que président du mouvement a été réprimée à l’occasion de Yennayer 2012 et depuis, le mouvement subit une répression permanente qui a atteint son paroxysme le 20 avril 2014 à Tizi-Ouzou et ce 14 juin 2016 à Larevâa N’At Iraten. Or, cette répression qui va crescendo dénote clairement que la peur a changé de camps. Le régime colonial algérien a peur de la fulgurante ascension du MAK. D’ailleurs, après les succès historiques des marches de Yennayer et du 20 avril de ces deux dernières années, le MAK est reconnu même par ses adversaires comme la première force politique qui fait trembler l’Etat algérien. Et pour preuve de la force du MAK sur le terrain, nous avons réussi à tenir un congrès avec plus de 800 congressistes sans compter les 200 militants arrêtés, dans un climat d’occupation, c’est dans une Kabylie en état de siège que nous avons tenus ce congrès.

Enfin, pour clore ce bilan, je peux vous dire que malgré les innombrables embuches que le MAK a dû affronter, il a d’ores et déjà accompli sa principale mission, celle de conscientiser le peuple kabyle, mettant ainsi la Kabylie sur les rails de sa propre libération.

Des rumeurs font état de contacts entre le pouvoir algérien et le MAK. Que répondez-vous à cela, sachant que rien que le mot négociation avec le pouvoir algérien n’a pas bonnes presses chez les Kabyles ?

Quand vous parlez de rumeurs, vous voulez sans doute parler de cette gravissime et très virulente campagne calomnieuse qui est en train d’être menée contre la direction du MAK. Des rumeurs sournoises et malveillantes tentent en effet de faire croire que le MAK aurait été en «pourparlers avec le régime colonial algérien» dans le but de «négocier un statut d'autonomie». Non, le MAK n’est pas un ramassis d’idiots, il n’est pas dupe, il ne négocie rien du tout, et encore moins «en cachette» avec un régime crapuleux et criminel, un statut qu’il ne revendique même pas.

Il est assez incroyable que la direction du MAK soit accusée de négocier un statut d’autonomie quand, faut-il le rappeler, c’est sous ma direction que le MAK est passé de la revendication d’autonomie à celle du droit à l’autodétermination, en déployant à cet effet un discours pédagogique, information et concertation avec la base pour convaincre tout le monde de façon à franchir ce cap sans turbulence, ni gros dégâts pour le Mouvement.

A vrai dire, le MAK est finalement victime de sa transparence mais le MAK n’a rien à cacher et surtout pas les tentatives d’approche de l’Etat algérien. Nous sommes loin d’être naïfs, nous savons bien que tout huis-clos avec l’Etat algérien ne peut être qu’un piège à éviter absolument, d’autant plus que nous n’avons jamais rien caché. Donc oui, le MAK a bien été approché de façon indirecte par des relais du régime colonial d'Alger, et contrairement aux divagations malveillantes de ces rumeurs, pas un seul responsable, cadre ou militant, informé de la situation n’a été dupe de la manœuvre. Tous ont immédiatement situé la «proposition» dans le registre des «pièges attendus» du régime colonial algérien.

De plus, contrairement à ce qu'affirment certains manipulateurs zélés, le président de l'Anavad, mas Ferhat Mehenni, ainsi que d’autres responsables du MAK ont tout de suite été avertis de cette tentative d'approche de l'Etat algérien et après discussion et concertation avec l’Anavad, il a été formellement convenu que :

(1) Nous ne répondons pas à une démarche informelle. Nous avons besoin que la proposition nous soit faite par le premier ministre algérien ou le porte-parole de la présidence

(2) Après cette première étape, très importante, nous aviserons.

C’est donc, preuve à l’appui, que j’affirme que rien n’a été caché, ni aux cadres et responsables du MAK, ni au président de l’Anavad. Il y a donc très clairement une grossière MANIPULATION, d’où la nécessité de la transparence dans tout ce que nous entreprendrons. C’est la seule façon de garder la confiance du peuple kabyle.

Pour clore définitivement cette scandaleuse manipulation, je rappelle que ma position est connue de tous. Je l’ai très clairement exprimée devant les militants. La décision de négocier ou de ne pas négocier, de même que les points à négocier ainsi que la dynamique à enclencher pour ces négociations doivent être arrêtés à l’issue d’un Congrès National Kabyle (CNK) qui se réunira spécialement à cet effet le moment voulu, plus exactement quand l’Etat algérien s'engagera à reconnaitre le MAK-Anavad comme légitime représentant du peuple kabyle et à négocier avec lui un referendum d’autodétermination, et ce, obligatoirement sous l'égide des instances internationales, l’Etat algérien n’étant pas fiable par définition. Voir les propos du secrétaire national à l’information : http://www.siwel.info/Nordine-Mezzi-Secretaire-national-a-l-Information-Pour-le-malheur-du-regime-algerien-le-MAK-se-porte-a-merveille_a9717.html

Je tiens à préciser encore une chose, contrairement à ce qu'affirment ces rumeurs malveillantes, et c’est bien là qu’on voit qu’il s’agit d’une diabolique manipulation, je n'ai personnellement jamais été approché par qui que ce soit. Quiconque affirme le contraire est invité à apporter les preuves de ces accusations diffamatoires qui ne cherchent évidemment qu’à entacher mon honneur et ma réputation en tant que président du MAK. Cela montre bien que cette virulente campagne d’intoxication vise à affaiblir le MAK, à le couper de l’Anavad, à semer le doute dans l’esprit des militants, à démobiliser et à décourager le peuple kabyle pour l’empêcher de poursuivre cette formidable épopée initiée par le MAK et qui le mène petit à petit à réaliser sa condition d’indigène soumis malgré lui au colonialisme arabo-islamique.

De plus, il y a lieu de préciser une dernière chose, c’est qu’en cas de négociation, le MAK en tant que Mouvement populaire n’a pas vocation à négocier quoi que ce soit avec le Gouvernement algérien. Cette prérogative relève exclusivement des compétences du Gouvernement provisoire kabyle, comme le stipulent nos statuts et c’est bien pour cela que le président de l’Anavad en a été immédiatement informé. Aussi, cette grossière manipulation selon laquelle la direction du MAK, et moi-même en l’occurrence, aurait négocié l’autonomie de la Kabylie avec le régime algérien, relève d’une puissante intoxication qui aura failli emporter et le MAK et l’Anavad, l’un ne pouvant aller sans l’autre, la chute de l’un entraînant automatiquement la chute de l’autre.

Selon certains ouï-dire, le président de l’Anavad, Mas Ferhat Mehenni, aurait déclaré que vous l’auriez trahi ?

Je ne suis pas né de la dernière pluie pour croire aux ragots colportés ici et là et qui ne visent qu’à semer la zizanie dans nos rangs. Le président de l’Anavad a démenti ces fausses déclarations devant des cadres du MAK et sa parole me suffit amplement. Mas Ferhat Mehenni a en effet juré sur la tête de ses enfants qu’il n’avait jamais tenu de tels propos et qu’il n’avait jamais pensé une telle absurdité. Voir à cet effet, cet article http://www.kabylie-actualite.com/2016/10/06/info-derniere-minute-le-mak-et-lanavad-ont-retrouve-leur-cohesion/.

De plus, Ferhat Mehenni connait mieux que personne mon engagement, mon investissement et mon indéfectible loyauté à son égard, non par esprit de zaïmisme comme on me l’a très souvent reproché, et cela depuis au moins le boycott scolaire de 1994, mais parce que pour moi, Ferhat Mehenni incarne à tous points de vue le leader naturel de la Kabylie. Il est le père fondateur de la nation Kabyle et tous mes discours, dans toutes les conférences, dans tous les meetings, dans toutes les manifestations en apportent la preuve formelle. Donc, personne ne me fera croire que le Président de l’Anavad aurait déclaré que je l’aurais trahi et rien ni personne ne pourra ébranler l’unité de nos rangs. Le MAK et l’Anavad constituent les deux faces d’une même pièce que personne ne peut dissocier.

Oui, mais suite à ces ragots, une campagne de dénigrement a été menée contre vous personnellement. Que répondez-vous à cela ?

Pour chaque personne qui m’insulte, me diffame ou qui tente de me salir sur la base d’allégations mensongères particulièrement honteuses, 100 autres personnes montent au créneau pour rétablir la vérité. Je tiens d’ailleurs à exprimer ma gratitude à toutes les personnes qui m’ont témoigné leur respect, leur estime et leur solidarité face à cette campagne honteuse visant à salir mon honneur. Heureusement, comme on dit en kabyle : Tidett d uzzal, lekdev d uffal.

De plus, ce n’est pas dans ma nature de répondre à l’insulte par l’insulte, j’ai toujours répondu à mes détracteurs sur le terrain et mon bilan parle pour moi. En tant que président élu à l’unanimité des 830 congressistes, je préfère leur tendre la main de la fraternité et leur dire qu’au nom de TAQVAYLIT, qui est plus importante que tout, je vous pardonne.

Je saisis cette occasion pour saluer et remercier un frère et ministre de notre Anavad qui m’a touché avec ses mots que je partage avec les lecteurs : « Quelques soient les ragots qui peuvent être racontés par ci par là, touchant à ta probité morale ou ton engagement, tu restes pour moi et la majorité d'entre nous, l'ami et l'homme d'exception que la Kabylie a la chance de compter parmi ses enfants ».

Certains avancent que le harcèlement policier visant les militants du MAK servirait à délégitimer le président de l’Anavad, Mas Ferhat Mehenni. Qu’en dites-vous ?

Vous savez, au point où en sont les choses, je pense qu’il est plus sage de ne relever que l’aspect positif de ce genre de propos et souligner que ces gens-là reconnaissent au moins que nous subissons un harcèlement policier, c’est déjà ça. Ensuite, en son âme et conscience, chacun est bien sûr libre de nous soutenir ou pas.

Je reviens donc à l’essentiel et j’insiste sur le fait que ce que nous subissons de la part du régime colonial algérien doit interpeller toutes les consciences éprises de liberté afin de nous soutenir au lieu d’en faire un sujet de polémique, et surtout en pareilles circonstances. C’est ce qu’on appelle « rajouter de l’huile sur le feu » et cela n’est absolument pas normal.

Cela dit, il faut savoir que le MAK et l’Anavad ne sont pas dans « une compétition de légitimité », ils ne l’ont jamais été et ne le seront jamais. L’Anavad et le MAK sont les deux faces d’une même pièce. L’Anavad tire sa légitimité du combat que nous menons aussi bien en Kabylie que dans la diaspora pour l’internationalisation de la question kabyle. Toutes les actions de terrain du MAK, marches, rassemblements, levers de drapeau, établissement de cartes d’identité visent à affirmer l’existence du peuple kabyle en tant que Nation, historiquement fondée à édifier son propre Etat et la répression que subit le MAK en Kabylie légitime davantage l’Anavad en lui donnant plus d’arguments pour accabler le caractère répressif et colonial de l’Etat Algérien. Quant au MAK, l’Anavad lui garantit la protection des militants sur le terrain à travers ses réseaux et le travail diplomatique qu’il accomplit à l’étranger.

Le président de l’Anavad a proposé la tenue d’un congrès extraordinaire pour trancher les questions stratégiques, adhérez-vous à cette proposition ?

Avant de vous répondre, je tiens à préciser que contrairement aux ragots colportés ici et là, il n’existe aucun problème personnel entre moi et le président de l’Anavad pour qui j’ai un respect incommensurable et il le sait pertinemment. Il nous arrive de diverger et tant mieux car la divergence entraîne la discussion et c’est de la discussion que jaillit la lumière.

Notre président a proposé un congrès extraordinaire pour trancher les questions de fond qui prêtent encore à confusion et je ne peux qu’adhérer à cette démarche qui va renforcer la démocratie dans nos structures, rassurer nos militants et les millions de kabyles qui investissent tous leurs espoirs dans la réussite de notre formidable projet de libération de la Kabylie.

Mais pour l’heure et dans l’immédiat, l’urgence est au rassemblement, au resserrement des rangs et à la solidarité absolue. N’oublions jamais que nous avons affaire à un régime des plus pervers du monde. Ne prêtons pas le flanc à la discorde dans nos propres rangs et travaillons toutes et tous ensemble pour forcer le destin et relever les grands défis qui nous attendent.

Vous avez reçu trois convocations de la police algérienne. Allez-vous vous présenter à la sûreté de "wilaya" de Tizi Ouzou ?

Les militants du MAK subissent un harcèlement policier sans précédent. L’objectif vise évidemment à nous perturber psychologiquement, mais aussi à faire peur aux citoyens kabyles pour ne pas se rapprocher du MAK. La manœuvre est ingénieuses dans le sens où nos militants, victimes permanentes de ces harcèlements, n’ont même pas un statut de victime mais heureusement. Notre seule défense est la justesse de notre combat et Laânaya du peuple kabyle.

Moi-même et plusieurs de mes proches collaborateurs, nous avons reçu trois convocations établies au début du mois d’août et elles n’ont été envoyées que le 16 septembres, soit un mois et demi après. Aussi quand mes camarades se sont présentés le 09 octobre au commissariat central de Tizi-Ouzou, et comme il fallait s’y attendre, les autorités algériennes leur ont signifié qu’ils étaient venus « en retard » et que leurs dossiers ainsi que celui du président du MAK avaient été transférés à la "justice" algérienne. Inutile donc de se présenter au commissariat, les convocations étant par ailleurs largement entachées d’irrégularités, je ne me présenterai pas à la sûreté de "wilaya" de Tizi Ouzou. Nous observerons, mes camarades et moi, l’évolution de nos dossiers envoyés à la « justice » algérienne, puis nous aviserons en conséquence.

Quelle est la position du MAK concernant les élections législatives du 20 avril ?

La position du MAK vis à vis des élections algériennes restent inchangées. Elles ne nous concernent pas et de ce fait nous les rejetons. La seule échéance électorale qui nous intéresse c’est le référendum d’autodétermination qui redonnera la voix au peuple kabyle pour choisir lui-même le statut politique qui lui sied.

Notons la ruse du régime colonial algérien qui fait coïncider sa mascarade électorale avec une date hautement symbolique pour la Kabylie: le 20 avril. Visiblement, en organisant des élections algériennes un 20 avril, le régime algérien et ses relais ont tablé sur la gigantesque manipulation qui avait pour but de provoquer l'effondrement du MAK et du GPK. Ils seront déçus.

Le peuple kabyle est d’ores et déjà appelé à se mobiliser pour les célébrations de Yennayer et du 20 Avril

Quel est votre mot de la fin ?

J’ai une pensée particulière pour Slimane Bouhafs et sa famille auxquels je réitère mon soutien et celui du MAK. Je tiens également à témoigner mon indéfectible solidarité et celle du MAK aux militants kabyles et amazighs en général qui subissent la répression du régime colonial algérien. Je pense à M. Amrioui et à son épouse, « interdite » d’entrée en Kabylie à cause des écoles kabyles « Axxam n tmusni » mises en place par son mari. Je pense aussi à notre frère et ami, le Dr. Kameleddine Fekhar, et à ses camarades de lutte, illégalement détenus dans les prisons algériennes pour avoir osé dénoncer les abominables crimes commis par l’Etat algérien contre le peuple Mozabite. Qu’ils soient assurés de notre soutien et de notre solidarité. Nous ne les oublions pas.

Enfin, et pour terminer sur une note de joie, je profite de cet entretien pour féliciter chaleureusement le MOB pour sa qualification à la finale de la Coupe de la Confédération africaine de football (CAF). Nous sommes heureux que cet immense club représente dignement la Kabylie à cette compétition continentale. Je félicite le MOB, ses joueurs et son staff, et les remercie pour tout le bonheur qu’ils donnent au peuple kabyle.

SIWEL 111617 OCT 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu