Interview de Hocine Azem, SN du MAK aux Relations extérieures et vice-président du CMA pour la Kabylie

05/08/2016 - 04:38

KABYLIE (SIWEL) — Hocine Azem jumelle son combat pacifique en qualité de défenseur de Droits Humains dans les rangs du Congrès Mondial Amazigh (CMA) en sa qualité de Vice-président pour le Pays Kabyle dans cette ONG internationale et son engagement politique dans le cadre du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) en sa qualité de Secrétaire national aux Relations extérieures.
Il revient dans cet entretien exclusif accordé à Siwel sur bon nombre de questions traversant la société kabyle en particulier et le Monde Amazigh en général


Hocine Azem à la tribune de la Conférence Mondiale contre le racisme au Siège des Nations-Unies à Genève en Suisse (PH/DR)
Hocine Azem à la tribune de la Conférence Mondiale contre le racisme au Siège des Nations-Unies à Genève en Suisse (PH/DR)
Lors de la dernière Assemblée Générale du Congrès Mondial Amazigh (CMA) vous avez été désigné comme le vice-président du CMA pour le pays Kabyle ? Pouvez-vous nous en parler ?

Hocine Azem : Lors du VII congrès du Congrès Mondial Amazigh tenu au sud du Maroc parce qu’il était impossible de le tenir ailleurs sur le territoire historique amazigh. Soit pour des raisons d’insécurité publique soit pour des raisons d’interdiction par les autorités publiques des Etats du Nord de l’Afrique hormis le Maroc qui autorise les Congrès du CMA.

Quant aux pays à forte Diaspora amazighe ; les entraves de visas pour les participants se posent avec acuité pour nous les Amazighs qui affectionnons les valeurs universelles, qui sommes les promoteurs des idéaux de la Laïcité, de la Démocratie ; les porteurs des valeurs de vivre-ensemble dans le cadre du respect des standards des Droits Humains. Il nous est arrivé de constater que des chancelleries étrangères octroient des visas à des organisations peu respectueuses des droits Humains et les refuser pour les organisations amazighes qui défendent corps et âme les valeurs de la dignité, de la liberté et de l’égalité humaine…

Ainsi donc, nous avons tenu notre VII Congrès historique du CMA à Agadir sur le territoire amazigh au Maroc. Durant lequel nous avons reconfiguré les Statuts du CMA afin d’accompagner les bouleversements géopolitiques qui ont touché la région de Tamazgha indépendamment des frontières artificielles créées par les ex-Etats coloniaux. Pour enfin revenir aux frontières historiques naturelles des Pays comme la Kabylie et l’Azawad et d’autres Pays en gestation dans le ventre de l’Histoire.

En effet, j’ai été élu Vice-président du CMA pour le Pays kabyle comme d’autres amazighs ont été élus pour leurs Pays respectifs à savoir :un vice-président pour le Pays mozabite, un Vice-président pour le Pays chawi sans pour autant oublier qu’un autre Amazigh de l’Ex-Nord du Mali est aussi élu Vice-président du Pays de l’Azawad ;nous souhaiterions que les autres Amazighs de tous les Pays naturels de Tamazgha soient en mesure de s’autodéterminer pour s’organiser dans le cadre de leurs idéaux en tenant en ligne de compte leurs valeurs, leurs langues et leurs territoires tout en assumant leur amazighité dans l’unité et dans sa diversité.

Vous êtes chargés des Relations internationales au sein du mouvement souverainiste kabyle, pouvez-vous nous dire en quoi consiste votre tâche ?

Je suis Secrétaire national aux Relations extérieures du MAK ce qui n’est pas en contradiction avec ma fonction de vice-président du CMA pour le Pays Kabyle. D’autant plus que mes missions au sein de ces deux organisations se complètent et se nourrissent mutuellement dans l’intérêt du Peuple kabyle et des autres Peuples amazighs. Le MAK a toujours témoigné une solidarité agissante pour tous les Amazighs se trouvant dans des situations préoccupantes et inquiétantes. J’en veux pour preuve le Comité de soutien à Docteur Fekhar qui est présidé par un de nos militants les plus actifs du MAK en France.

Ajoutons à cela toutes les initiatives entreprises par le MAK et le CMA en faveur des peuples amazighs pour les défendre et dénoncer les atteintes à leurs droits respectifs dans tous les domaines soit auprès des instances et consciences universelles éprise de liberté, de justice, de dignité ainsi que de valeurs de l’Humanité…soit aussi auprès des ONG qui défendent les Droits Humains… et ce, « sans relâche et sans mépris » dixit Matoub Lounès.
En un mot, ma mission dans l’Exécutif du MAK consiste à développer les relations extérieures pour l’intérêt du peuple kabyle dans tous les domaines.

D’autre part, le Gouvernement Provisoire Kabyle (GPK) agit dans ses missions politiques en faveur du peuple kabyle d’abord et de tous les peuples amazighs par ses retombées politiques d’autant plus que Mas Ferhat Mehenni est vu admirablement par tous les Amazighs du Monde comme leur leader historique auquel ils s’identifient pour trouver les voies et les moyens à leurs propres situations politiques analogues plus au moins à tous les peuples amazighs.

La proclamation de l’Anavad en l’an 2010, par Mas Ferhat Mehenni a produit une reconfiguration historique dans tout le Nord de l’Afrique par le management des idées et des connaissances boostées par le processus de la Kabylie qui s’est dotée d’un Gouvernement Provisoire pour une Autodétermination du peuple Kabyle et qui inspire tous les autres peuples amazighs d’aller en s’inventant des perspectives pour leurs sorts confisqués par les Etats postcoloniaux respectifs.

Cela confirme que Mas Ferhat Mehenni est un Homme visionnaire et un être exceptionnel dont la Kabylie et son Peuple ne peuvent qu’être fiers pour reconfigurer par ses initiatives politiques tout le Monde Amazigh en sus du sort du Peuple kabyle auquel il voue tous ses talents et son engagement.

Le Peuple kabyle va dans le sens de l’Histoire et c’est la raison pour laquelle il émancipera à terme tous les peuples amazighs du Nord de l’Afrique (Tamazgha) pour recomposer toute l’organisation socio-politique de la région et imposer la Renaissance pluridimensionnelle afin de revenir au cours l’Histoire.

L’Etat algérien intensifie la répression envers les militants du MAK, quelle lecture faites-vous de cela ?

On doit savoir qu’aucune répression fut-elle féroce dans l’Histoire de l’Humanité n’a eu raison devant un Peuple qui milite pour sa liberté et à plus forte raison lorsqu’il le fait avec des armes pacifiques !
Notre combat au MAK est pacifique. C’est la raison pour laquelle les détenteurs du régime algériens accentuent la répression contre nous : militants(es) pour notre droit à l’autodétermination inscrit dans tous les Traités internationaux relatifs aux droits de l’Homme auxquels l’Etat algérien pourtant souscrit et adhère à leurs principes, à leurs valeurs et à leurs objectifs.

Que reproche l’Etat algérien aux militants du MAK qui défendent leurs droits à l’Etat kabyle pacifiquement et politiquement ?

Le droit du peuple kabyle à disposer de lui-même dans le cadre d’un référendum d’autodétermination est en conformité avec tous les engagements internationaux de l’Algérie par-devant la Communauté internationale. Cette Algérie qui réclame à cor et cri, ce droit, dans tous les forums internationaux aux peuples palestinien et sahraoui. Elle le refuse bec et ongle aux Peuples kabyle et azawadien. Est-ce pour l’Algérie le droit à l’autodétermination est subordonné à se renier dans l’arabo-islamisme pour que l’Algérie vous reconnaisse le droit à l’autodétermination ?

Y’a-t-il une volonté de pousser vers le pourrissement ?

L’occurrence et la récurrence des atteintes graves aux libertés des militants du MAK démontrent, si besoin est, que le régime algérien dans tous ses clans confondus est pris de panique par la stratégie pacifique du MAK. L’Algérie doit répondre aux aspirations politiques du peuple kabyle non pas par des réponses sécuritaires de répression et de pourrissement mais plutôt par des réponses idoines aux problèmes politiques par des solutions politiques en dehors de toutes formes d’intimidation, d’interpellations policières, d’instrumentalisation des entités de tous genres contre le projet politique pacifique du MAK qui oppose des valeurs des lumières de la modernité aux ténèbres du projet arabo-islamiste contre la Nation kabyle qui veut s’émanciper vers son propre destin politique.

Qu’elle est l’attitude des organisations des droits de l’homme et des autres partis dits démocratiques ?

Un défenseur des droits de l’homme est quelqu’un qui défend n’importe quel droit fondamental au nom d’une personne ou d’un groupe de personnes. Les défenseurs des droits de l’homme cherchent à promouvoir et protéger les droits civils et politiques ainsi qu’à promouvoir, protéger et mettre en œuvre les droits économiques, sociaux et culturels.

Le MAK reste toujours la mauvaise conscience de ces pseudo-organisations qui se complaisent et se taisent sur les violations des libertés fondamentales de l’Etat algérien en Kabylie et qui se font aboyeurs publics de la moindre violation des droits en dehors de la Kabylie dans le but de s’algérianiser dans le moule arabo-islamiste.
La liberté d’expression s’use lorsque l’on ne s’en sert pas, le MAK l’a sert et s’en sert !

Vous-même, vous avez été interpellé à plusieurs reprises, que vous reproche-t-on ?

Mon engagement et mon appartenance au MAK ! Ils sont et demeurent les griefs et les chefs d’interpellation ! Selon la théorie de l’Algérie coloniale contre la Kabylie qui veut sa liberté par des voies pacifique et politiques.

Le MAK représente et symbolise les idéaux, tels que la Kabylité, la Nation, l’Identité, le Peuple, l’Histoire, le Territoire, Patrie, la Pensée, le Droit, la Culture, la Laïcité, le Pays, le mode de vie, l’Economie, l’Universalité et de la Modernité de la Kabylie qui aspire et milite politiquement et pacifiquement pour l’avènement d’un Etat kabyle.

Tout militant(e) du MAK qui est interpellé (e), l’Etat algérien voit en lui toutes ces valeurs de l’Humanité en contradiction avec ses archaïsmes, ses anachronismes, ses algérianismes et ses obscurantismes qu’il veut instaurer en Kabylie au forceps de ses Institutions.

Avant de clore, avez-vous un message à faire passer ?

Sortir des ténèbres de l’inculture par l’émancipation dans la liberté.
Aux militants souverainistes : assumez le combat pacifique, allez de l’avant, maintenez le cap dans le cadre des valeurs et des idéaux du MAK. Il nous appartient de faire attention aux manipulations, aux infiltrations, aux provocations, pour ne pas succomber aux chants de sirènes…

Aux kabyles de tous bords que vous soyez de tribord et de bâbord : votre mission historique c’est d’être à bord du bateau Kabyle qui tangue contre vents et marées du tsunami algérien dont les conséquences pourraient aller jusqu’à l’extinction de notre Nation dans toutes ses dimensions.

Nous avons une responsabilité historique de ne pas laisser mourir notre Peuple dans les méandres de l’arabo-islamisme d’une part, d’autre part nous sommes condamnés par l’Histoire à l’union sacrée de Tous les Kabyles au-delà de toutes nos divergences de forme. Ce qui nous unit dépasse ce qui nous désunit. Pour cela, nous devons réinventer notre perspective et notre droit à l’existence tout en refusant le fatalisme de la théorie d’extinction promise pour notre Kabylité.

nu/wbw
SIWEL 050438 AOU 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu