Insinuant que les troubles de Ghardaia seraient lié à la présence d'éléments du MAK auprès de kameleddine Fekhar, le journal "Liberté" se met au service du régime

27/12/2013 - 00:56

ALGER (SIWEL) — Dans un article intitulé "Les conflits inter communautaires risquent de reprendre à tout moment", publié aujourd'hui dans les colonnes du journal algérien "Liberté", le journaliste qui a commis cet article, visiblement sur commande, a inversé les rôles entre agresseurs et agressés tout en insinuant sournoisement que le MAK n'y serait pas pour rien.


La presse libre en Algérie (PH/DR)
La presse libre en Algérie (PH/DR)
Les habitants de ce quartier qui ont vite fait, à tort ou à raison, de désigner l’agresseur qui serait, selon eux, leur voisin ibadite, ont menacé de se venger s’il venait à décéder. Mais, heureusement, aux dernières nouvelles, celui-ci en a émergé et ses jours ne sont plus en danger. Par ailleurs, des informations insistantes faisant état de la présence d’un membre du MAK de Ferhat Mehenni auprès de Kamel-Eddine Fekhar, en ces instants précis, ajoutent à la confusion et participent à alimenter le braséro.! à lire ce passage du journal Liberté, on pourrait croire que les agresseurs sont les ibadites, c'est à dire les amazighes mozabites et que les victimes sont les arabes châambas qui menacent de se venger mais heureusement...la victime arabe est sorti de son coma ! OUFFF, les amazighs mozabites l'ont échappé belle !!!

Puis Liberté dit : Les vieux démons se réveillent et la cohabitation intercommunautaire en prend un coup, réveillé par des pyromanes à l’affût de toutes espèces de faux arguments pour rallumer la braise. Il faut dire que les ingrédients étaient déjà bien prêts et réunis depuis les affrontements intercommunautaires du 22 novembre de Guerrara, à 120 km au nord-est du chef-lieu de wilaya. Affrontements qui ont, rappelons le, provoqué la mort d’un père de famille de 30 ans, causé des blessures à plus de 30 personnes et d’énormes pertes matérielles suite aux actes de pillage, saccage et incendie d’infrastructures, d’administrations et de mobilier urbain mais là, pour le coup, Liberté ne précise pas l'origine de la victime ni celle des victimes de saccages....Non, là, il doit certainement s'agir d'algériens comme les autres.

En revanche Liberté précise bien que ce sont Les autres quartiers populaires, à dominante Malékite, de Hadj Messaoud, de Theniet El-Makhzen, de Aïn Lebeau, de Ben Smara ainsi que ceux, Ibadites, de Souk Lehttab, de Salem Ouaïssa, de Belghenem, de Kerkoura et de bien d’autres restent continuellement sur les charbons ardents. C’est vraiment dommage pour les artisans de Ghardaïa qui ne méritaient pas un tel sort, eux qui n’attendent que ces occasions de vacances et de fêtes de fin d’année pour écouler leurs produits..

Et "Liberté", qui décidément porte bien mal ce nom, finit en apothéose avec cette chute digne des plus grands hypocrites de l'Histoire “Les pouvoirs publics doivent assumer leurs responsabilités et assurer la quiétude des citoyens et protéger leurs biens. C’est trop ! Cela ne peut plus durer. Que doit-on faire ? Plier devant des voyous et des aventuriers ?”, s’insurge un vieux coiffeur de la placette de Ghardaïa. Mais Liberté ne dit pas que ce sont les populations arabes châambas qui agressent depuis des années les amazighs mozabites et encore moins que ce sont les pouvoirs publics qui les assistent dans ces "fratricides affrontements".

S'il y avait un ministère de la propagande en Algérie, Liberté figurerait en bonne place parmi les bons éléments mais comme il dépend du ministère de la culture et de l'information de La bachagha Khalida Toumi, cela revient, au final, au même.

maa,
SIWEL 270056 DEC 13




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu