Inauguration du Centre culturel kabyle à Montréal : « Maintenir la vitalité identitaire et culturelle kabyle »

28/11/2012 - 16:45

MONTRÉAL (SIWEL) — L’inauguration du Centre culturel kabyle (CCK) de Montréal a eu lieu le 25 novembre écoulé, en présence de plusieurs dizaines d’invités.


L'affiche del'activité de l'inauguration. PH/CCK
L'affiche del'activité de l'inauguration. PH/CCK
« Plus d’une centaine de Kabyles-Montréalais ont assisté dimanche 25 Novembre 2012 de 14h à 18h à la cérémonie d’ouverture du centre culturel kabyle.à Montréal. Elle a eu lieu au Centre Communautaire Lajeunesse à Montréal », a informé la cellule de communication et des relations publiques du CCK à travers un communiqué rendu public.

Le programme de cet évènement a démarré avec une présentation «power-point» de la nouvelle association, de ses objectifs et de son programme d’activités en kabyle et en français, a-t-on ajouté. Le reste de la soirée a été marqué par la prestation de plusieurs chanteuses et chanteurs, musiciens kabyles, d’une chanteuse québécoise et de la troupe de danse Tafsut.

Le nouveau centre culturel a pour mission de «promouvoir, développer, enrichir et maintenir la vitalité identitaire et culturelle kabyle au sein de la communauté kabyle du Québec et du Canada dans un cadre interculturel», soulignent les responsables du CCK, qui précise qu’outre l’aspect culturel, « le C.C.K. a introduit dans son plan la notion de services socio-économiques (recherche d’emplois, formation en informatique, aide aux devoirs, conseils juridiques, parité hommes-femmes etc.) ». Le C.C.K. a ainsi « défini en tout quatre axes autour desquels s’articuleront ses activités: kabylité, inter culturalité, services d’aide et parité hommes-femmes ».

Forte d’environ 30 000 membres, cette communauté est relativement bien intégrée à la société d’accueil, bien que certains irritants comme la reconnaissance à la baisse des acquis professionnels et scolaires freine l’insertion professionnelle. Et, c’est pour palier ce problème que certains n’hésitent pas à changer de carrière. Le marché de l’emploi s’ouvre malgré tout de plus en plus aux nouveaux immigrants professionnellement qualifiés à cause d’un vieillissement sensible de la population active canadienne, remarquent-ils, par ailleurs.

aai
SIWEL 281645 NOV12





Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu