Illilten : ils contestent la construction d’une brigade de gendarmerie, les citoyens ferment la route

20/05/2011 - 14:50

ILLILTEN (SIWEL) — Les citoyens de la commune d’Illilten à 70 km au sud-est de Tizi-Ouzou ont procédé, hier, à la fermeture de la route (chemin de wilaya n° 250), menant de leur localité à Aqvu pour contester la construction d’une brigade de gendarmerie dans leur commune.


Vue sur la région d'Illilten. Ph/DR
Vue sur la région d'Illilten. Ph/DR
Les citoyens, après avoir fermé la route à la circulation automobile ont invité l’entrepreneur en charge des travaux à quitter les lieux où des travaux pour la construction de la brigade de gendarmerie à proximité du village Taourirt Amrous.

Les citoyens venus de tous les villages de la commune d’Illilten, s’opposent à cette construction.

Un des jeunes contestataires a indiqué à Siwel « parce que notre commune est pauvre, elle a besoin de projets de développement » un autre a enchainé « trouvez vous réaliste qu’une région oubliée par le pouvoir depuis le temps, vienne faire l'objet d'intérêt ? On vient y installer l'armée pour nous museler, nous qui vivons en harmonie entre nous depuis que nos ancêtres se sont installés sur ces terres arides». La déclaration de ce jeune universitaire a fait réagir tous les présents qui ont appelé « les citoyens de la commune à signer la pétition » lancée afin « de dissuader les autorités d’installer la brigade ».

Selon des informations recueillies sur place par Siwel, c’est au niveau de la première région militaire que le projet d’achat a été lancé. Selon les mêmes sources, le terrain a été acheté à quelques 280 millions de centimes à un particulier. Selon un sexagénaire rencontré sur place, « la région des At Yellilten n’a jamais connue de présence militaire depuis la révolte du FFS en 1963 où plusieurs jeunes militants avaient été tués ».

Poursuivant son récit, Dda Belaid a ajouté: « nous sommes une commune révolutionnaire, la deuxième à l’échelle de la wilaya après Illulen Umalu ; le nombre de martyrs de notre région équivaut à celui de toute une wilaya de l’Ouest du pays », et de prédire que « même si notre région ne connaît point de fléaux ou de problèmes d’insécurité à ce jour, ils vont être créés avec cette histoire de brigade pour pouvoir alors l’imposer ! ».

aai
SIWEL 201516MAI11



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche