Hocine Ait-Ahmed : Des funérailles populaires malgré la récupération de la "police politique" algérienne

01/01/2016 - 12:53

AT-YEHYA (SIWEL) — C'est une foule immense qui s'est déplacée à At Yehya pour accompagner Hocine Ait-Ahmed à sa dernière demeure, dans son village natal, en Kabylie. Le peuple kabyle a été à la hauteur de l'événement en rendant le plus beau des hommages à l'un des siens.

Malgré les tentatives de récupération du pouvoir colonial algérien avec la complicité de ses relais locaux, l'événement s'est caractérisé par son cachet populaire.

En effet, la foule a chassé tous les officiels algériens. Le cortège des ministres, conduit par le premier ministre algérien, a été attaqué par la jeunesse kabyle qui scandait : pouvoir assassin ! imazighen, imazighen !

Le cortège officiel algérien a été contraint à rebrousser chemin et à quitter les lieux sans pouvoir assister à l'enterrement, comme il l'avait prévu. C'était sans compter sur la détermination du peuple kabyle.


la foule est estimée à un million de personnes. Ici des jeunes qui brandissent le drapeau fédéral amazigh à At-Yehya
la foule est estimée à un million de personnes. Ici des jeunes qui brandissent le drapeau fédéral amazigh à At-Yehya
De plus, la police et la gendarmerie algériennes ont été chassées par les organisateurs qui sont venus d'un peu partout de Kabylie pour aider à organiser ces funérailles. Hormis le drapeau fédéral amazigh hissé pas de jeunes kabyles, on ne constate aucun emblème algérien dans la foule, hormis ceux qui ont été brandis par quelques vassaux du régime colonial algérien en se gardant bien de se mêler à la foule.

Il est à noter que 4 citoyens kabyles venus des Iwadiyen ont été arrêtés aux environs de Souamaa pour avoir accroché le drapeau kabyle sur leur véhicule. Il ont été relâchés après s'être vus fouiller leur véhicule et le drapeau confisqué.

Globalement, les militants et sympathisants du MAK ont respecté la consigne de ne brandir aucun drapeau, conformément aux derniers vœux de Hocine Ait-Ahmed, excepté quelques jeunes qui ont estimé injuste de ne pas brandir le drapeau kabyle... en Kabylie! alors que personne n'a respecté les dernières volonté de l'historique kabyle, excepté le MAK...

Enfin, il y a lieu de préciser que la presse algérienne s'évertue déjà à rendre responsable le MAK de la mésaventure des officiels algériens en Kabylie, à la différence près que le MAK a devancé leurs stratagèmes en appelant ses militants et ses sympathisants dès hier à la vigilance et à respecter la consigne de la neutralité pour cet enterrement, conformément aux vœux du défunt.

cdb/zp/wbw
SIWEL 011253 JAN 16

Hocine Ait-Ahmed : Des funérailles populaires malgré la récupération de la "police politique" algérienne

























Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu