Hervé Gourdel : Louisa Hanoune accuse le MAK et les Etats-Unis

27/09/2014 - 12:25

ALGER (SIWEL) — Louisa Hanoune, 60 ans, pasionaria trotskiste parasite du pouvoir algérien, avocate et secrétaire générale du Parti des Travailleurs (PT) depuis 25 ans, candidate à la dernière présidentielle algérienne ayant obtenu 1,37 % des voix, n'a rien trouvé de mieux pour défendre son pré carré que d'accuser vendredi "le MAK et l'Administration américaine d'être derrière l'enlèvement puis l'exécution du ressortissant français Hervé Gourdel" (sic)


Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs (PH/DR)
Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs (PH/DR)
Alors que le Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK) est la seule force politique en Kabylie à battre les pavés depuis 2001, pour dénoncer l’installation et le maintien du terrorisme et de l'insécurité par le pouvoir algérien en Kabylie, pour mieux la dompter. L'on se demande comment le pouvoir qui claironne avoir vaincu le terrorisme en Algérie n'y soit pas arrivé en Kabylie lorsqu'on sait que 10% des forces armées algériennes y sont stationnées.

« L’assassinat du ressortissant français a été utilisé pour pousser l’Algérie à participer aux crimes, dans une tentative de remettre en cause ses décisions souveraines et d’attenter à son intégrité territoriale », a ainsi déclaré Louisa Hanoune à l’ouverture des travaux de l’organisation des jeunes du parti tenus à Zéralda les 26 et 27 septembre, parti dont elle a la tête depuis sa création en 1989.

Tout en appelant les médias algériens à davantage de « vigilance » face à ce genre de « campagnes féroces qui visent l’Algérie et qui portent à s’interroger sur les véritables motifs de cet acte terroriste », Louisa Hanoune, dont l'antikabylisme primaire est une constante, n’exclut pas « l’éventualité d’une implication du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK) (NDLR, le MAK est devenu depuis 2011, Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie) dans l’enlèvement et l’assassinat du ressortissant français, commandités de l’étranger afin de placer la région sous protection internationale », selon des propos rapportés par l’APS (agence de presse étatique algérienne, ndlr).

Selon elle, cet acte criminel « barbare n’est autre qu’une réponse au rejet catégorique par l’Algérie d’une intervention militaire en Libye et à son refus de se joindre à la coalition internationale mise en place par l’Administration américaine pour lutter contre « l’État islamique autoproclamé » créé par les services secrets américains et britanniques. « La mission de l’État islamique autoproclamé est bien définie par l’Administration américaine et vise la division des pays », a-t-elle dit, en fervente supportrice d'un antiaméricanisme primaire, ajoutant « qu’elle était convaincue que ce groupe terroriste n’est pas présent sur le territoire national »...

wbw/avec tsa
SIWEL 271225 SEP 14




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche