Grande émotion dans les Aurès pour le retour de Dihya sur la terre de ses ancêtres

19/12/2014 - 16:09

BATNA (SIWEL) — Une foule nombreuse à accueilli Dihya, la Diva des Aurès, à l’aéroport de Batna. Des Chaouis, en grand nombre, se sont munis des drapeaux chaouis et amazighs pour réserver un accueil chaleureux leur Diva et acclamer son retour tant attendu, après 33 ans d’un exil forcé, sournoisement imposé par les autorités algériennes. C’était un grand moment d’émotion pour la Diva des Aurès. Venus des quatre coins du pays Chaoui, ses fans lui ont réservé un accueil à la hauteur de son statut d’enfant chérie des Aurès. Celle qui a chanté la première en Chaoui, celle qui a revisité la glorieuse histoire des amazighs à travers « Yougourthen » et qui a invoqué ses sœurs à recouvrer la liberté confisquée avec «Ekkerd ekkerd a yelli ad nawi Thilili» est revenue fouler la terre de ses ancêtres, dont l’identité millénaire est bafouée par des apprentis sorciers se réclamant de l'arabo-islamisme


Après 33 ans d'exil forcé, Dihya foule à nouveau la terre de ses ancêtres ( PH/DR)
Après 33 ans d'exil forcé, Dihya foule à nouveau la terre de ses ancêtres ( PH/DR)

Dihya est enfin retournée dans son pays, dans les Aurès. Après 33 ans d’exil forcé, elle est rentré au pays. Elle était accompagnée du militant Chaoui Salim Yezza, fer de lance de la révolte de Tkoukt en 2004 et de Nadia, la militante kabyle, bien connue de la diaspora. L’accueil réservé à Dihya a été grandiose. Dihya était attendue par une foule nombreuse qui s’était munie de dizaines de drapeaux Chaouis et amazighs et par une troupe d’Idheballens (musiciens traditionnels). Les retrouvailles ont été un grand moment d’émotion, tant pour Dihya que pour tous ceux qui s’étaient déplacés en masse pour l’accueillir.

Mais qui est Dihya ?

En raison d’un répertoire musical jugé « subversif » et d’une certaine accointance avec le mouvement berbériste de Kabylie, Dihya a quitté précipitamment sa terre natale en 1979. Dihya et son mari Messaoud Néjahi, étaient effectivement les premiers amazighs des Aurès à composer des chansons engagées en Chaoui, ce qui n’était pas du gout des autorités algériennes, qui faisaient déjà face à la contestation identitaire en Kabylie. Il n’était pas question qu’ils laissent germer la même contestation en pays Chaoui.

Effectivement, l’Etat algérien ne voulait surtout pas qu’un autre printemps amazigh se déroule en pays Chaoui. Dihya et Messaoud sont d’abord étroitement surveillés, avant d’être littéralement poussés à l’exil. Le répertoire de Dihya est entièrement interdit d’antenne en Algérie. Pas question que les Chaouis entendent les chansons de Dihya, dont « Ekkerd ekkerd a yelli ad nawi Thilili », ou « Yougerthen » (Jugurtha), seules les chansons Chaouis « en arabe » sont diffusées par la radio algérienne.

Après 33 ans d'un exil forcé, La diva des Aurès est accueillie comme une reine! la Reine des Aurès, la bien nommée DIHYA!
Ansuf yess-em gher tmurt-im a Tasedda !

maa,
SIWEL 191609 DEC 14

Dihya à Orly avec Nadia qui l'accompagne et un militant kabyle, juste avant son départ pour Batna.(PH/DR)
Dihya à Orly avec Nadia qui l'accompagne et un militant kabyle, juste avant son départ pour Batna.(PH/DR)

L'attente de Dihya à l'aéroport de Batna.(PH/DR)
L'attente de Dihya à l'aéroport de Batna.(PH/DR)

L'attente de Dihya à l'extérieur de l'aéroport (PH/DR)
L'attente de Dihya à l'extérieur de l'aéroport (PH/DR)

Le militant chaoui salim Yezza est également attendu. Sa mère, ici à l’aéroport est radieuse, ivre de bonheur à l'idée de revoir enfin son fils, lui aussi contraint à l’exil ( PH/DR)
Le militant chaoui salim Yezza est également attendu. Sa mère, ici à l’aéroport est radieuse, ivre de bonheur à l'idée de revoir enfin son fils, lui aussi contraint à l’exil ( PH/DR)




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu